jeudi 4 janvier 2018

Projet Justine / Elena – texte 158

Archivo de los otros

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.  Es su antigua rutina, autoimpuesta, que completa lamentándose mientras revisa el botín.  Lamentarse es un proceso, lo conoce de memoria. Comienza al contar su tesoro y no puede evitar hacerlo con el mismo susurro que emplearía un glotón al elegir sus masas favoritas. Termina escribiendo la cifra final en un registro donde también detalla lo que observa al desplegarlos.  Los sueños robados huelen; para elegir cuál tomará en primer término se deja guiar por ese olor. Y accede al que le atrae menos. Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.  Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta. Jamás.  Jamás pudo generar sus propios sueños. Todas las noches corre a buscar los ajenos. Están cada vez más lejos.

Traduction temporaire :

Dans les archives des autres

Le Croque-mitaine se poste près de l'homme qui dort et lui vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac. C'est sa vieille routine, auto-imposée, qu'il complète en se lamentant alors qu'il scrute son butin. Se lamenter est un processus qu'il connaît par cœur. Il commence en comptant son trésor et ne peut s'empêcher de le faire avec le murmure d'un glouton choisissant ses viennoiseries préférées. Il termine en inscrivant le chiffre final sur un registre où il détaille également ce qu'il remarque en les dépliant. Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel il prendra en premier, il se laisse guider par leur odeur. Là, il accède à celui qui l'attire le moins. C'est sa façon de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des bizarreries futiles pour atteindre motivé les visions qui frayent le chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires. Tous les matins, il décide de rester tranquille, mais la nuit tombe et il est toujours vaincu par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que le mot toujours produit en lui parce qu'il lui rappelle son contraire.  Jamais. Jamais il n'a pu générer ses propres rêves. Toutes les nuits, il court chercher ceux des autres. Ils sont de plus en plus loin.

52 commentaires:

Elena a dit…

Archivo de los otros
Dans les archives des autres

Tradabordo a dit…

Archivo de los otros
Dans les archives des autres

OK.

Justine ?

Justine a dit…

Archivo de los otros
Dans les archives des autres

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.

Le Croque-mitaine s'arrête à côté de l'homme qui dort et vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

Tradabordo a dit…

Dans les archives des autres

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.

Le Croque-mitaine [pas attaché ?] s'arrête à côté [« se poste près » ? Comme vous préférez] de l'homme qui dort et [lui ?] vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

Justine a dit…

Il y a bien un trait d'union

Dans les archives des autres

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.

Le Croque-mitaine se poste près de l'homme qui dort et lui vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

Elena a dit…

Dans les archives des autres

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.

Le Croque-mitaine se poste près de l'homme qui dort et lui vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

Tradabordo a dit…

Dans les archives des autres

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.

Le Croque-mitaine se poste près de l'homme qui dort et lui vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Le Croque-mitaine se poste près de l'homme qui dort et lui vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

OK.

Justine a dit…

Dans les archives des autres

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.

Le Croque-mitaine se poste près de l'homme qui dort et lui vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

OK.

Justine a dit…

Dans les archives des autres

El Cuco se para junto al hombre que duerme y roba su sueño. Pasa de una alcoba a otra. Acumula sueños, tantos como quepan en su bolsa.

Le Croque-mitaine se poste près de l'homme qui dort et lui vole son rêve. Il passe d'une chambre à l'autre. Il accumule autant de rêves que peut en contenir son sac.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Es su antigua rutina, autoimpuesta, que completa lamentándose mientras revisa el botín. Lamentarse es un proceso, lo conoce de memoria.

C'est sa vieille routine, auto-imposée, qu'il complète en se lamentant alors qu'il scrute son butin.
Se lamenter est un processus qu'il connaît par cœur.

Tradabordo a dit…

Es su antigua rutina, autoimpuesta, que completa lamentándose mientras revisa el botín. Lamentarse es un proceso, lo conoce de memoria.

C'est sa vieille routine, auto-imposée, qu'il complète en se lamentant alors qu'il scrute son butin.
Se lamenter est un processus qu'il connaît par cœur.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

C'est sa vieille routine, auto-imposée, qu'il complète en se lamentant alors qu'il scrute son butin.
Se lamenter est un processus qu'il connaît par cœur.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Comienza al contar su tesoro y no puede evitar hacerlo con el mismo susurro que emplearía un glotón al elegir sus masas favoritas. Termina escribiendo la cifra final en un registro donde también detalla lo que observa al desplegarlos.

Il commence en comptant son trésor et ne peut s'empêcher de le faire avec le même murmure qu'un glouton choisissant ses viennoiseries préférés. Il termine en inscrivant le chiffre final sur un registre où il détaille également ce qu'il remarque en les dépliant.

Tradabordo a dit…

Comienza al contar su tesoro y no puede evitar hacerlo con el mismo susurro que emplearía un glotón al elegir sus masas favoritas. Termina escribiendo la cifra final en un registro donde también detalla lo que observa al desplegarlos.

Il commence en comptant son trésor et ne peut s'empêcher de le faire avec le même [nécessaire ?] murmure qu [« d »]'un glouton choisissant ses viennoiseries préférés [grammaire]. Il termine en inscrivant le chiffre final sur un registre où il détaille également ce qu'il remarque en les dépliant.

Justine a dit…

Comienza al contar su tesoro y no puede evitar hacerlo con el mismo susurro que emplearía un glotón al elegir sus masas favoritas. Termina escribiendo la cifra final en un registro donde también detalla lo que observa al desplegarlos.

Il commence en comptant son trésor et ne peut s'empêcher de le faire avec le murmure d'un glouton choisissant ses viennoiseries préférées. Il termine en inscrivant le chiffre final sur un registre où il détaille également ce qu'il remarque en les dépliant.

Tradabordo a dit…

Comienza al contar su tesoro y no puede evitar hacerlo con el mismo susurro que emplearía un glotón al elegir sus masas favoritas. Termina escribiendo la cifra final en un registro donde también detalla lo que observa al desplegarlos.

Il commence en comptant son trésor et ne peut s'empêcher de le faire avec le murmure d'un glouton choisissant ses viennoiseries préférées. Il termine en inscrivant le chiffre final sur un registre où il détaille également ce qu'il remarque en les dépliant.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Il commence en comptant son trésor et ne peut s'empêcher de le faire avec le murmure d'un glouton choisissant ses viennoiseries préférées. Il termine en inscrivant le chiffre final sur un registre où il détaille également ce qu'il remarque en les dépliant.

OK.

Justine a dit…

Il commence en comptant son trésor et ne peut s'empêcher de le faire avec le murmure d'un glouton choisissant ses viennoiseries préférées. Il termine en inscrivant le chiffre final sur un registre où il détaille également ce qu'il remarque en les dépliant.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Los sueños robados huelen; para elegir cuál tomará en primer término se deja guiar por ese olor. Y accede al que le atrae menos.

Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel il prendra en premier, il se laisse guider par leur odeur. Là, il accède à ce qui l'attire le moins.

Tradabordo a dit…

Los sueños robados huelen; para elegir cuál tomará en primer término se deja guiar por ese olor. Y accede al que le atrae menos.

Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel il prendra en premier, il se laisse guider par leur odeur. Là, il accède à ce qui [CS ?] l'attire le moins.

Elena a dit…

Los sueños robados huelen; para elegir cuál tomará en primer término se deja guiar por ese olor. Y accede al que le atrae menos.

Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel prendre en premier, il se laisse guider par cette odeur et accède à celui qui l'attire le moins.

Justine a dit…

Los sueños robados huelen; para elegir cuál tomará en primer término se deja guiar por ese olor. Y accede al que le atrae menos.

Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel il prendra en premier, il se laisse guider par leur odeur. Là, il accède à celui qui l'attire le moins.

Tradabordo a dit…

Los sueños robados huelen; para elegir cuál tomará en primer término se deja guiar por ese olor. Y accede al que le atrae menos.

Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel il prendra en premier, il se laisse guider par leur odeur. Là, il accède à celui qui l'attire le moins.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel il prendra en premier, il se laisse guider par leur odeur. Là, il accède à celui qui l'attire le moins.

OK.

Elena a dit…

Les rêves volés ont une odeur ; pour choisir lequel il prendra en premier, il se laisse guider par leur odeur. Là, il accède à celui qui l'attire le moins.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa manière de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des songes mineurs pour arriver motivé aux visions qui ouvrent un chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires.

Tradabordo a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa manière [« façon » ?] de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des songes [Elena ?] mineurs pour arriver motivé aux [sens ? pb de syntaxe ?] visions qui ouvrent un chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires.

Justine a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa façon de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des songes [Elena ?] mineurs pour arriver aux visions qui ouvrent un chemin, dévoilent des mondes, aux visions révolutionnaires, motivé .

Elena a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa façon de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des fantaisies futiles pour atteindre motivé les visions qui ouvrent un chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires.

Tradabordo a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa façon de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des fantaisies [pas certaine du sens] futiles pour atteindre motivé les visions qui ouvrent un chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires.

Elena a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa façon de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des bizarreries futiles pour atteindre motivé les visions qui frayent le chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires.

Tradabordo a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa façon de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des bizarreries futiles pour atteindre motivé les visions qui frayent le chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires.

OK.

Justine ?

Justine a dit…

Es su modo de jugar, su solitario de regla única: partir de las fantasías menores para llegar motivado a las visiones que abren camino, develan mundos, las visiones revolucionarias.

C'est sa façon de jouer, son solitaire a une seule règle : partir des bizarreries futiles pour atteindre motivé les visions qui frayent le chemin, dévoilent des mondes, les visions révolutionnaires.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta. Jamás. Jamás pudo generar sus propios sueños. Todas las noches corre a buscar los ajenos. Están cada vez más lejos.

Tous les matins, il se propose de tranquille, mais la nuit vient et il est toujours gagné par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que produit chez lui le mot toujours en lui rappelant son contraire. Jamais. Jamais il n'a pu générer ses propres rêves. Toutes les nuits, il court chercher ceux des autres. Ils sont de plus en plus loin.

Tradabordo a dit…

Attention de ne pas recommencer à mettre des sections trop longues.

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta. Jamás. Jamás pudo generar sus propios sueños. Todas las noches corre a buscar los ajenos. Están cada vez más lejos.

Tous les matins, il se propose de tranquille [CQFD ; trop longues sections = trop de travail pour moi et manque d'attention pour toi],


mais la nuit vient et il est toujours gagné par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que produit chez lui le mot toujours en lui rappelant son contraire. Jamais. Jamais il n'a pu générer ses propres rêves. Toutes les nuits, il court chercher ceux des autres. Ils sont de plus en plus loin.

Justine a dit…

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta.

Tous les matins, il se propose de rester tranquille, mais la nuit tombe et il est toujours gagné par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que produit chez lui le mot toujours en lui rappelant son contraire.

Tradabordo a dit…

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta.

Tous les matins, il se propose de [pas très naturel] rester tranquille, mais la nuit tombe et il est toujours gagné [littéral ?] par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que produit chez lui le mot toujours en lui rappelant son contraire.

Elena a dit…

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta.

Tous les matins, il décide de rester tranquille, mais la nuit tombe et il est toujours vaincu par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que le mot toujours lui produit en lui rappelant son contraire.

Tradabordo a dit…

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta.

Tous les matins, il décide de rester tranquille, mais la nuit tombe et il est toujours vaincu par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que le mot toujours lui produit [« produit en lui »] en lui [« parce qu'il lui… »] rappelant son contraire.

Justine a dit…

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta.

Tous les matins, il décide de rester tranquille, mais la nuit tombe et il est toujours vaincu par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que le mot toujours produit en lui parce qu'il lui rappelle son contraire.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Elena a dit…

Todas las mañanas se propone quedarse quieto, pero llega la noche y siempre le vence la ansiedad, el miedo a la inmovilidad y el dolor que le produce la palabra siempre al recordarle su opuesta.

Tous les matins, il décide de rester tranquille, mais la nuit tombe et il est à chaque fois vaincu par l'anxiété, la peur de l'immobilité et la douleur que le mot toujours produit en lui parce qu'il lui rappelle son contraire.

Justine a dit…

Jamás. Jamás pudo generar sus propios sueños. Todas las noches corre a buscar los ajenos. Están cada vez más lejos.

Jamais. Jamais il n'a pu générer ses propres rêves. Toutes les nuits, il court chercher ceux des autres. Ils sont de plus en plus loin.

Tradabordo a dit…

Vous ne continuez pas avec la même chose. Quelle est la bonne suite ?

Elena a dit…

*** Nos commentaires se sont croisés.

Jamás. Jamás pudo generar sus propios sueños. Todas las noches corre a buscar los ajenos. Están cada vez más lejos.

Jamais. Jamais il n'a pu générer ses propres rêves. Toutes les nuits, il court chercher ceux des autres. Ils sont de plus en plus loin.

Tradabordo a dit…

Jamás. Jamás pudo generar sus propios sueños. Todas las noches corre a buscar los ajenos. Están cada vez más lejos.

Jamais. Jamais il n'a pu générer ses propres rêves. Toutes les nuits, il court chercher ceux des autres. Ils sont de plus en plus loin.

OK.

VPC.