mardi 6 juin 2017

Projet Cindy 4 – phrases 192-197

Puede que hubiera gritado: «No, no; te quiero, Luis, te quiero», si él le hubiera dado tiempo, si no hubiese agregado, casi de inmediato, con su calma habitual: En todo caso, no creo que nos convenga separarnos, Brígida. Hay que pensarlo mucho. En ella los impulsos se abatieron tan bruscamente como se habían precipitado. ¡A qué exaltarse inútilmente! Luis la quería con ternura y medida; si alguna vez llegara a odiarla, la odiaría con justicia y prudencia. Y eso era la vida.

Traduction temporaire :

S'il lui en avait laissé le temps, si, presque aussitôt, il n'avait pas ajouté, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime ». Ses impulsions furent aussi brusques que précipitées.

11 commentaires:

Cindy Gailledrat a dit…

Il est possible qu'elle eût crié « Non, non ; je t'aime, Luis, je t'aime », s'il lui avait laissé le temps, s'il n'avait pas ajouté, presque aussitôt, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que cela nous convienne de nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Les impulsions s'abattirent sur elle aussi brusquement qu'elles s'étaient précipitées. À quoi bon s'exalter inutilement ? Luis l'aimait avec douceur et mesure ; si une fois, il en arrivait à la détester, il la détesterait avec justice et prudence. Et ça c'était la vie.

Cindy Gailledrat a dit…

Il est possible qu'elle eût crié « Non, non ; je t'aime, Luis, je t'aime », s'il lui avait laissé le temps, s'il n'avait pas ajouté, presque aussitôt, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que cela nous convienne de nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Les impulsions s'abattirent sur elle aussi brusquement qu'elles s'étaient précipitées. À quoi bon s'exalter inutilement ? Luis l'aimait avec douceur et mesure ; si une fois, il en arrivait à la détester, il la détesterait avec justice et prudence. Et ça c'était la vie.

Tradabordo a dit…

Il est possible qu'elle eût [juste : « ait » ?] crié [les deux points de la V.O.] « Non, non ; [plutôt pas de ; et de : dans les dialogues] je t'aime, Luis, je t'aime », s'il lui [cheville : « en » ? J'hésite… Voyez ce qui est le mieux] avait laissé le temps, s'il n'avait pas ajouté, presque aussitôt, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que cela nous convienne de nous séparer [manque de naturel], Brígida. Il faut bien y réfléchir. Les impulsions s'abattirent sur elle aussi brusquement qu'elles s'étaient précipitées [sens ?].

Faisons déjà cela.

À quoi bon s'exalter inutilement ? Luis l'aimait avec douceur et mesure ; si une fois, il en arrivait à la détester, il la détesterait avec justice et prudence. Et ça c'était la vie.

Cindy Gailledrat a dit…

Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime », s'il lui en avait laissé le temps, s'il n'avait pas ajouté, presque aussitôt, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Les impulsions furent aussi brusques que précipitées.

Tradabordo a dit…

Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime », s'il lui en avait laissé le temps, s'il n'avait pas ajouté, presque aussitôt [ou placé avant ; par exemple avec « s'il » ? Essayez et voyez ce que ça donne], avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Les impulsions furent aussi brusques que précipitées [mais là, on ne sait pas que c'est chez elle].

Cindy Gailledrat a dit…

S'il lui en avait laissé le temps, s'il n'avait pas ajouté, presque aussitôt, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime ». Ses impulsions furent aussi brusques que précipitées.

Tradabordo a dit…

S'il lui en avait laissé le temps, s'il n'avait pas ajouté, presque aussitôt [« si, presque aussitôt »], avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime ». Ses impulsions furent aussi brusques que précipitées.

Cindy Gailledrat a dit…

S'il lui en avait laissé le temps, si, presque aussitôt il n'avait pas ajouté, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime ». Ses impulsions furent aussi brusques que précipitées.

Tradabordo a dit…

S'il lui en avait laissé le temps, si, presque aussitôt [virgule] il n'avait pas ajouté, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime ». Ses impulsions furent aussi brusques que précipitées.

Cindy Gailledrat a dit…

S'il lui en avait laissé le temps, si, presque aussitôt, il n'avait pas ajouté, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime ». Ses impulsions furent aussi brusques que précipitées.

Tradabordo a dit…

S'il lui en avait laissé le temps, si, presque aussitôt, il n'avait pas ajouté, avec son calme habituel : dans tous les cas, je ne crois pas que nous devions nous séparer, Brígida. Il faut bien y réfléchir. Il est possible qu'elle ait crié : « Non, non ! Je t'aime, Luis, je t'aime ». Ses impulsions furent aussi brusques que précipitées.

OK.

Je colle, et vous pouvez boucler la section.