jeudi 27 avril 2017

Projet Chloé 12 – phrases 128-137

—¡Quién vive! gritó uno de los soldados.
—…¡Escolares! respondió Rubén. Y del Castilla, conchetumadre, agregó en voz baja.
—¡Acérquense, mierdas! gritó el mismo soldado. ¡Las manos arriba, mierdas!
El camión se acercó un poco más. Un tercer soldado bajo de la caseta y se detuvo a mirar todo de perfil. Nos acercamos. Yo agitaba el trapo blanco como si de ello dependieran nuestras vidas. El corazón se me trepó a la garganta, el miedo y el frío se hicieron uno solo en todo mi cuerpo.

Traduction temporaire :

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !
Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène du coin de l'œil. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. J'eus le cœur au bord des lèvres, la peur et le froid ne firent qu'un dans tout mon corps.

9 commentaires:

Chloé Gauthier a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats. — Des écoliers ! répondit Rubén. Et du "Castilla", fils de pute, ajouta t-il à voix basse. — Approchez-vous, sales merdeux ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, enfoirés ! Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène sur le côté. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. Mon cœur monta jusqu'à ma gorge, la peur et le froid ne firent qu'un dans mon corps entier.







Tradabordo a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— [les points de suspension ?] Des écoliers [adapté ici ?] ! répondit Rubén. Et du "Castilla", [ajout : « espèce de » ? Je te laisse voir] fils de pute, ajouta[tiret] t-il à voix basse.
— Approchez-vous [« vous est-il nécessaire ?»], sales merdeux [pas plus fort en V.O. ?] ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, enfoirés [la répétition n'est-elle pas volontaire ?] !

Faisons déjà cela.

Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène sur le côté. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. Mon cœur monta jusqu'à ma gorge, la peur et le froid ne firent qu'un dans mon corps entier.

Chloé Gauthier a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !

Faisons déjà cela.

Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène sur le côté. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. Mon cœur monta jusqu'à ma gorge, la peur et le froid ne firent qu'un dans mon corps entier.

Tradabordo a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !
Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène sur le côté [naturel ?]. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. Mon cœur monta jusqu'à ma gorge [naturel ?], la peur et le froid ne firent qu'un dans mon corps entier [naturel ?].

Chloé Gauthier a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !
Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène de côté. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine, la peur et le froid ne firent qu'un dans tout mon corps.







Tradabordo a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !
Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène de côté [avec du « coin de l'œil », pas plus naturel ?]. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine [avec : « avoir le cœur au bord des lèvres » ?], la peur et le froid ne firent qu'un dans tout mon corps.

Chloé Gauthier a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !
Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène du coin de l'œil. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. J'eus le cœur au bord des lèvres, la peur et le froid ne firent qu'un dans tout mon corps.


Tradabordo a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !
Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène du coin de l'œil. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. J'eus le cœur au bord des lèvres, la peur et le froid ne firent qu'un dans tout mon corps.

OK.

Justine ?

Justine a dit…

— Qui est là ? cria l'un des soldats.
— … Des étudiants ! répondit Rubén. Et du "Castilla", espèce de fils de pute, ajouta-t-il à voix basse.
— Approchez, connards ! beugla le même soldat. Les mains en l'air, connards !
Le camion avança un peu plus. Un troisième soldat descendit de la cabine et s'arrêta pour regarder la scène du coin de l'œil. Nous nous approchâmes. Moi, j'agitais le chiffon blanc comme si nos vies en dépendaient. J'eus le cœur au bord des lèvres, la peur et le froid ne firent qu'un dans tout mon corps.

OK.