mercredi 8 février 2017

Projet Pauline M.G. – phrases 184-186

Piensa que quizás eso sienta la gente que alguna vez jugó con una madre: él nunca tuvo infancia, del puericultorio pasó a la calle a los siete años, y en la calle se hizo de su fama apenas supo cómo robar para comer. La única ración de ternura la ha recibido de los animales: perros, gatos, aves y hasta de una iguana verde que mordía los pasadores de sus zapatillas. Animales que lo comprenden porque no le piden nada: les dan su lomo y él pasa la mano distraído.

Traduction temporaire :
Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans, il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois là, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris à voler pour manger.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien. Ils lui présentent leur échine sur laquelle il passe une main distraite.

17 commentaires:

Pauline MG a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une mère : lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes à la rue à sept ans, et dans la rue il sut à peine comment voler pour manger, ce qui fit sa réputation. Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une mère : lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes à la rue [virgule] à sept ans, et dans la rue il sut [vous ne pouvez pas passer du passé composé au passé simple / vous devez harmonisez… Vous étiez à quel temps dans les sections d'avant ? Le cas échéant, vérifiez] à peine comment voler pour manger, ce qui fit sa réputation [j'hésite sur la syntaxe].

Faisons déjà cela.

Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Pauline MG a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une mère : lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes à la rue, à sept ans, et dans la rue il savait à peine comment voler pour manger, ce qui a fait sa réputation.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une mère : lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes à la rue, à sept ans, et dans la rue il savait [on ne remplace jamais un passé simple par un imparfait !] à peine comment voler pour manger, ce qui a fait sa réputation.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Pauline MG a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une mère : lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes à la rue, à sept ans, et dans la rue il a à peine su comment voler pour manger, ce qui a fait sa réputation.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une mère : [au fait, pourquoi deux points ? Sont-ils adaptés en français ?] lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes à la rue, à sept ans, et dans la rue [virgule] il a à peine su comment voler pour manger [je pense que vous avez un CS / voulez-vous l'aide d'Elena ?], ce qui a fait sa réputation.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Pauline MG a dit…

Je ne sais pas quel est ce CS ni comment y remédier, si Elena voulait bien y jeter un coup d'oeil ça serait très gentil oui, merci !

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une mère... Lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes à la rue, à sept ans, et dans la rue, il a à peine su comment voler pour manger, ce qui a fait sa réputation.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Je lui ai demandé de voir ça.

Elena a dit…

Bonjour, je me permets quelques suggestions, à vous de voir :

Piensa que quizás eso sienta la gente que alguna vez jugó con una madre: él nunca tuvo infancia, del puericultorio pasó a la calle a los siete años, y en la calle se hizo de su fama apenas supo cómo robar para comer.
Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec une ["leur" ?] mère... Lui n'a jamais eu d'enfance, il est passé des couches-culottes [CS ?] à la rue, à sept ans, et dans la rue, il a à peine su comment voler pour manger, ce qui a fait sa réputation. [Je paraphrase : une fois dans la rue, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris a voler pour pouvoir manger.]

* puericultorio: en el Perú designa la institución encargada del cuidado de niños abandonados

La única ración de ternura la ha recibido de los animales: perros, gatos, aves y hasta de una iguana verde que mordía los pasadores de sus zapatillas. Animales que lo comprenden porque no le piden nada: les dan su lomo y él pasa la mano distraído.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chat [Pluriel], oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine ["dos" ?] et il y passe une main distraite.

Pauline MG a dit…

Un grand merci Elena pour cette correction bien complète !

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois dans la rue, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris a voler pour manger.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Merci, Elena.

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans [pas le sujet : virgule] il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois dans la rue [là ?], il a fait sa réputation lorsqu'il a appris a [grammaire / il faut vraiment que vous régliez ces pbs récurrents de grammaire ; pas possible pour la traduction] voler pour manger.

Faisons déjà cela.

Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Pauline MG a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans, il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois là, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris à voler pour manger.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux. Chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans, il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois là, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris à voler pour manger.

La única ración de ternura la ha recibido de los animales: perros, gatos, aves y hasta de una iguana verde que mordía los pasadores de sus zapatillas. Animales que lo comprenden porque no le piden nada: les dan su lomo y él pasa la mano distraído.

Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux. [pourquoi avoir supprimé les deux points ?] Chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien : [ici, pas adaptés en français] ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Pauline MG a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans, il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois là, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris à voler pour manger.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien. Ils lui présentent leur échine et il y passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans, il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois là, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris à voler pour manger.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien. Ils lui présentent leur échine et il y [« sur laquelle il » ?] passe une main distraite.

Pauline MG a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans, il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois là, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris à voler pour manger.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien. Ils lui présentent leur échine sur laquelle il passe une main distraite.

Tradabordo a dit…

Il se dit que c'est peut-être ce que ressentent les gens qui ont déjà joué avec leur mère... Lui n'a jamais eu d'enfance. À sept ans, il est passé de l'orphelinat à la rue et, une fois là, il a fait sa réputation lorsqu'il a appris à voler pour manger.
Le peu de tendresse qu'il a reçu lui vient des animaux : chiens, chats, oiseaux et même un iguane vert qui mordait les lacets de ses chaussures. Des animaux qui le comprennent parce qu'ils ne lui demandent rien. Ils lui présentent leur échine sur laquelle il passe une main distraite.

OK.