mercredi 15 février 2017

Projet Sonita – micros série 1

Cuando desperté la tele estaba prendida. El periodista relataba el crimen. Era en mi barrio, en mi calle. Cuando salí del cuarto oí voces y vi mucha sangre.
Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste relatait le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre, j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.

*

Aterrado nos gritó que la Venus de Milo lo había abrazado. Nos reímos mucho, y lo vimos irse con dos brazos pegados en su espalda.
Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On rigola beaucoup et on le regarda s’en aller, deux bras collés dans le dos.

*

Como en el grupo algunos seguían murmurando la psicóloga insistió: ¡Muchachos! Oigo voces...
Comme certains continuaient de murmurer dans le groupe, la psychologue insista : Les enfants ! J'entends des voix…

*

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.
« Je suis innocent », crie le magicien, ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi le public.

*

Si alguien es capaz de contar algo interesante, conmovedor, inteligente, gracioso, etc., usando apenas 160 caracteres, la verdad, merece un premio.
Si quelqu'un est capable de raconter quelque chose d'intéressant, d'émouvant, d'intelligent, de drôle, etc., n'utilisant que 160 caractères, eh bien, il mérite un prix.

*

Cayó la noche y con ella el frío. Entre su cara y el asfal-to solo hay un cartón viejo. Entre su presente y su pasado solo hay ocho años.
La nuit tomba et avec elle le froid. Entre son visage et la chaussée, il n'y a qu'un vieux carton. Entre son présent et son passé, il n'y a que huit ans.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

35 commentaires:

Sonita a dit…

Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste rapportait le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.
Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On a beaucoup ri et on l’a vu s’en aller avec deux bras collés dans le dos.

Tradabordo a dit…

Il faut me mettre l'espagnol avec à chaque fois… Comme c'est un bloc, quand on aura plus de 10 commentaires, on n'y verra plus rien.

Sonita a dit…

Cuando desperté la tele estaba prendida. El periodista relataba el crimen. Era en mi barrio, en mi calle. Cuando salí del cuarto oí voces y vi mucha sangre.

Aterrado nos gritó que la Venus de Milo lo había abrazado. Nos reímos mucho, y lo vimos irse con dos brazos pegados en su espalda.

Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste rapportait le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.

Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On a beaucoup ri et on l’a vu s’en aller avec deux bras collés dans le dos.

Tradabordo a dit…

Comme indiqué dans un message précédent, je te demande de les faire un par un.

Sonita a dit…

Là, je suis perdue... je n'ai proposé qu'un seul micro récit.
Peut-être que tu veux phrase par phrase, c'est ça ?
***
Cuando desperté la tele estaba prendida. El periodista relataba el crimen. Era en mi barrio, en mi calle. Cuando salí del cuarto oí voces y vi mucha sangre.

Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste rapportait le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.

Tradabordo a dit…

Ça, c'est un micro à part entière.

Cuando desperté la tele estaba prendida. El periodista relataba el crimen. Era en mi barrio, en mi calle. Cuando salí del cuarto oí voces y vi mucha sangre.

Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste rapportait [mal dit] le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre [virgule] j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.

Sonita a dit…

D'accord. Comme je n'ai pas vu d'astérisque entre l'un et l'autre, j'ai cru que c'était le même...

***
Cuando desperté la tele estaba prendida. El periodista relataba el crimen. Era en mi barrio, en mi calle. Cuando salí del cuarto oí voces y vi mucha sangre.

Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste relatait le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre, j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.

Tradabordo a dit…

Cuando desperté la tele estaba prendida. El periodista relataba el crimen. Era en mi barrio, en mi calle. Cuando salí del cuarto oí voces y vi mucha sangre.

Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste relatait le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre, j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.

OK.

Tu peux passer au suivant.

Sonita a dit…

Aterrado nos gritó que la Venus de Milo lo había abrazado. Nos reímos mucho, y lo vimos irse con dos brazos pegados en su espalda.

Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On rit beaucoup et on le regarda s’en aller, deux bras collés sur le dos.

Tradabordo a dit…

Aterrado nos gritó que la Venus de Milo lo había abrazado. Nos reímos mucho, y lo vimos irse con dos brazos pegados en su espalda.

Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On rit [ce sera sans doute plus naturel avec "rigola"] beaucoup et on le regarda s’en aller, deux bras collés sur [dans] le dos.

Sonita a dit…

Aterrado nos gritó que la Venus de Milo lo había abrazado. Nos reímos mucho, y lo vimos irse con dos brazos pegados en su espalda.

Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On rigola beaucoup et on le regarda s’en aller, deux bras collés dans le dos.

Tradabordo a dit…

Aterrado nos gritó que la Venus de Milo lo había abrazado. Nos reímos mucho, y lo vimos irse con dos brazos pegados en su espalda.

Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On rigola beaucoup et on le regarda s’en aller, deux bras collés dans le dos.

OK.

Sonita a dit…

Como en el grupo algunos seguían murmurando la psicóloga insistió: ¡Muchachos! Oigo voces...

Comme certains continuaient de murmurer dans le groupe, la psychologue insista : Les enfants ! J'entends des voix…

Tradabordo a dit…

Como en el grupo algunos seguían murmurando la psicóloga insistió: ¡Muchachos! Oigo voces...

Comme certains continuaient de murmurer dans le groupe, la psychologue insista : Les enfants ! J'entends des voix…

OK.

Sonita a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », hurle le magicien qui ne sait plus quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes parmis l'audience.

Tradabordo a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », hurle le magicien qui ne sait plus quoi [je ne comprends pas pourquoi tu n'es pas restée littérale] faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes parmis l'audience.

Sonita a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », hurle le magicien ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi l'audience.

Tradabordo a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », hurle le magicien [virgule] ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi l'audience [hispanisme].

Sonita a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », hurle le magicien, ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi le public.

Tradabordo a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », hurle [au fait : pourquoi pas « crie » ?] le magicien, ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi le public.

Sonita a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », crie le magicien, ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi le public.

Tradabordo a dit…

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », crie le magicien, ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi le public.

OK.

Sonita a dit…

Si alguien es capaz de contar algo interesante, conmovedor, inteligente, gracioso, etc., usando apenas 160 caracteres, la verdad, merece un premio.

Si quelqu'un est capable de raconter quelque chose d'intéressant, d'émouvant, d'intelligent, de drôle, etc., n'utilisant que 160 caractères, et bien, il mérite un prix.

Tradabordo a dit…

Si alguien es capaz de contar algo interesante, conmovedor, inteligente, gracioso, etc., usando apenas 160 caracteres, la verdad, merece un premio.

Si quelqu'un est capable de raconter quelque chose d'intéressant, d'émouvant, d'intelligent, de drôle, etc., n'utilisant que 160 caractères, et [« eh »] bien, il mérite un prix.

Sonita a dit…

Si alguien es capaz de contar algo interesante, conmovedor, inteligente, gracioso, etc., usando apenas 160 caracteres, la verdad, merece un premio.

Si quelqu'un est capable de raconter quelque chose d'intéressant, d'émouvant, d'intelligent, de drôle, etc., n'utilisant que 160 caractères, eh bien, il mérite un prix.

Tradabordo a dit…

Si alguien es capaz de contar algo interesante, conmovedor, inteligente, gracioso, etc., usando apenas 160 caracteres, la verdad, merece un premio.

Si quelqu'un est capable de raconter quelque chose d'intéressant, d'émouvant, d'intelligent, de drôle, etc., n'utilisant que 160 caractères, eh bien, il mérite un prix.

OK.

Sonita a dit…

Cayó la noche y con ella el frío. Entre su cara y el asfal-to solo hay un cartón viejo. Entre su presente y su pasado solo hay ocho años.

La nuit tomba et avec elle le froid. Entre son visage et la chaussée il n'y a qu'un vieux carton. Entre son présent et son passé, il n'y a que huit ans.

Tradabordo a dit…

Cayó la noche y con ella el frío. Entre su cara y el asfal-to solo hay un cartón viejo. Entre su presente y su pasado solo hay ocho años.

La nuit tomba et avec elle le froid. Entre son visage et la chaussée, il n'y a qu'un vieux carton. Entre son présent et son passé, il n'y a que huit ans.

J'ai ajouté une virgule et OK.

Sonita a dit…

D'accord, merci !
Je relis et te l'envoie.

Sonita a dit…

Cuando desperté la tele estaba prendida. El periodista relataba el crimen. Era en mi barrio, en mi calle. Cuando salí del cuarto oí voces y vi mucha sangre.

Lorsque je me suis réveillé, la télé était allumée. Le journaliste relatait le crime. Ça s’était passé dans mon quartier, dans ma rue. Quand je suis sorti de ma chambre, j’ai entendu des voix et vu beaucoup de sang.

*

Aterrado nos gritó que la Venus de Milo lo había abrazado. Nos reímos mucho, y lo vimos irse con dos brazos pegados en su espalda.

Terrifié, il hurla que la Vénus de Milo l’avait serré dans ses bras. On rigola beaucoup et on le regarda s’en aller, deux bras collés dans le dos.

*

Como en el grupo algunos seguían murmurando la psicóloga insistió: ¡Muchachos! Oigo voces...

Comme certains continuaient de murmurer dans le groupe, la psychologue insista : Les enfants ! J'entends des voix…

*

“Soy inocente” grita el mago aterrado, sin saber qué hacer con los animales que ahora ocupan palcos y platea.

« Je suis innocent », crie le magicien, ne sachant pas quoi faire avec les animaux qui se trouvent maintenant dans les tribunes, parmi le public.

*

Si alguien es capaz de contar algo interesante, conmovedor, inteligente, gracioso, etc., usando apenas 160 caracteres, la verdad, merece un premio.

Si quelqu'un est capable de raconter quelque chose d'intéressant, d'émouvant, d'intelligent, de drôle, etc., n'utilisant que 160 caractères, eh bien, il mérite un prix.

*

Cayó la noche y con ella el frío. Entre su cara y el asfal-to solo hay un cartón viejo. Entre su presente y su pasado solo hay ocho años.

La nuit tomba et avec elle le froid. Entre son visage et la chaussée, il n'y a qu'un vieux carton. Entre son présent et son passé, il n'y a que huit ans.

Tradabordo a dit…

Pas besoin de relire / reprendre pour les micros.

Sonita a dit…

D'accord…
Tu sais que parfois j'ai du mal à te comprendre, donc je m'excuse par avance…
Tu veux que je te renvoie le texte seulement en français à ton e-mail ou ici c'est bon ?
Quand tu me dis "reprendre pour les micros", tu veux dire quoi exactament ? Je peux essayer de deviner mais, je suis terrible pour ça et je finirai par mal faire et te mettre en rogne, bien malgré moi !!
No me odies :-p

Tradabordo a dit…

Non, mais là, c'est moi qui me suis emmêlée les pinceaux, en te mettant ma demande pour ton projet 20 dans le post des micros. Les micros, quand on dit OK, j'enregistre et on ne s'en occupe plus. C'est pour ce texte 20, qu'à la fin, tu me mettras la totalité du texte en français… car je ne le stocke pas.

Sonita a dit…

Ok, je pense que j'ai compris !
Mon texte 20 c'est celui de Paola Klug donc, dès qu'on l'aura fini, je le mettrai en entier dans la V.F. en dernier commentaire !
Merci !

Tradabordo a dit…

Voilà.