mercredi 8 février 2017

Projet Justine / Elena – texte 71

Ausencias

Cuando la abuela me fue a retirar del colegio tuve un pensamiento ridículo: “¿Cómo se puede llorar en un día tan lindo?”
—Tu mamá —repetía bajito, y sus murmullos retumbaban en la Dirección—. Se la llevaron —agregó de pronto.
—¿Quiénes? —nadie pareció escuchar mi pregunta.
—Ahora hay que ser fuerte —dijo la directora—. No cansarse de golpear puertas, preguntar.
—¿Supiste algo de tu hermana? — le replicó la abuela.
Para mí el dolor aún no había comenzado, me distraje observándolas. Fue entonces que tuve un pensamiento gigante para mis chicos seis años: “Tan distintas y sin embargo son una”.
La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Traduction temporaire :
Absences

Quand ma grand-mère est venue me chercher à l'école, je me suis bêtement demandé : « Comment peut-on pleurer par une aussi belle journée ? »
— Ta maman, répétait-elle tout bas, et ses murmures résonnaient dans le bureau de la directrice. Ils l'ont emmenée, a-t-elle ajouté aussitôt.
— Qui ça, ils ?
Personne n'a paru entendre ma question.
— Maintenant, il faut être forte, a déclaré la directrice. Ne pas se décourager de frapper aux portes, de poser des questions.
— As-tu des nouvelles de ta sœur ? lui a rétorqué ma grand-mère.
Moi, je ne ressentais pas encore la douleur, je me suis amusée à les observer. C'est alors que j'ai eu une grande idée pour mes six jeunes années : « Si différentes, et pourtant, elles ne font qu'une. »
Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman nous attendait quelque part avec empressement.

32 commentaires:

Justine a dit…

Ausencias

Cuando la abuela me fue a retirar del colegio tuve un pensamiento ridículo: “¿Cómo se puede llorar en un día tan lindo?”
—Tu mamá —repetía bajito, y sus murmullos retumbaban en la Dirección—. Se la llevaron —agregó de pronto.
—¿Quiénes? —nadie pareció escuchar mi pregunta.

Absences

Quand ma grand-mère est venue me chercher à l'école, je me suis bêtement demandé : « Comment peut-on pleurer par une si belle journée ? ».
— Ta maman, répétait-elle tout bas, et ses murmures retentissaient dans le bureau de la direction. Ils l'ont emmenée, a-t-elle ajouté aussitôt.
— Qui ça, ils ? Personne n'a paru entendre ma question.

Elena a dit…

Je coïncide.

Tradabordo a dit…

Cuando la abuela me fue a retirar del colegio tuve un pensamiento ridículo: “¿Cómo se puede llorar en un día tan lindo?”
—Tu mamá —repetía bajito, y sus murmullos retumbaban en la Dirección—. Se la llevaron —agregó de pronto.
—¿Quiénes? —nadie pareció escuchar mi pregunta.

Absences

Quand ma grand-mère est venue me chercher à l'école, je me suis bêtement demandé : « Comment peut-on pleurer par une aussi belle journée ? »
— Ta maman, répétait-elle tout bas, et ses murmures retentissaient [« résonnaient » ?] dans le bureau de la direction [« directeur », pas plus naturel ?]. Ils l'ont emmenée, a-t-elle ajouté aussitôt.
— Qui ça, ils ?
Personne n'a paru entendre ma question.

Justine a dit…

Absences

Quand ma grand-mère est venue me chercher à l'école, je me suis bêtement demandé : « Comment peut-on pleurer par une aussi belle journée ? »
— Ta maman, répétait-elle tout bas, et ses murmures résonnaient dans le bureau de la directrice. Ils l'ont emmenée, a-t-elle ajouté aussitôt.
— Qui ça, ils ?
Personne n'a paru entendre ma question.

Tradabordo a dit…

Absences

Quand ma grand-mère est venue me chercher à l'école, je me suis bêtement demandé : « Comment peut-on pleurer par une aussi belle journée ? »
— Ta maman, répétait-elle tout bas, et ses murmures résonnaient dans le bureau de la directrice. Ils l'ont emmenée, a-t-elle ajouté aussitôt.
— Qui ça, ils ?
Personne n'a paru entendre ma question.

OK. Elena ?

Elena a dit…

OK.

Tradabordo a dit…

OK.

Justine a dit…

—Ahora hay que ser fuerte —dijo la directora—. No cansarse de golpear puertas, preguntar.
—¿Supiste algo de tu hermana? — le replicó la abuela.
Para mí el dolor aún no había comenzado, me distraje observándolas. Fue entonces que tuve un pensamiento gigante para mis chicos seis años: “Tan distintas y sin embargo son una”.

— Maintenant, il faut être forte, a déclaré la directrice. Ne pas se lasser de frapper aux portes, de poser des questions.
— As-tu des nouvelles de ta sœur ? lui a rétorqué ma grand-mère.
Moi, je n'avais pas encore mal, je me suis amusée à les observer. C'est alors que j'ai eu une grande idée pour mes six jeunes années : « Si différentes, et pourtant, elles ne font qu'une. »

Tradabordo a dit…

—Ahora hay que ser fuerte —dijo la directora—. No cansarse de golpear puertas, preguntar.
—¿Supiste algo de tu hermana? — le replicó la abuela.
Para mí el dolor aún no había comenzado, me distraje observándolas. Fue entonces que tuve un pensamiento gigante para mis chicos seis años: “Tan distintas y sin embargo son una”.

— Maintenant, il faut être forte, a déclaré la directrice. Ne pas se lasser [mal dit, ici / pas assez fort] de frapper aux portes, de poser des questions.
— As-tu des nouvelles de ta sœur ? lui a rétorqué ma grand-mère.
Moi, je n'avais pas encore mal, je me suis amusée à les observer. C'est alors que j'ai eu une grande idée pour mes six jeunes années : « Si différentes, et pourtant, elles ne font qu'une. »

Justine a dit…

—Ahora hay que ser fuerte —dijo la directora—. No cansarse de golpear puertas, preguntar.
—¿Supiste algo de tu hermana? — le replicó la abuela.
Para mí el dolor aún no había comenzado, me distraje observándolas. Fue entonces que tuve un pensamiento gigante para mis chicos seis años: “Tan distintas y sin embargo son una”.

— Maintenant, il faut être forte, a déclaré la directrice. Ne pas se décourager de frapper aux portes, de poser des questions.
— As-tu des nouvelles de ta sœur ? lui a rétorqué ma grand-mère.
Moi, je n'avais pas encore mal, je me suis amusée à les observer. C'est alors que j'ai eu une grande idée pour mes six jeunes années : « Si différentes, et pourtant, elles ne font qu'une. »

Tradabordo a dit…

— Maintenant, il faut être forte, a déclaré la directrice. Ne pas se décourager de frapper aux portes, de poser des questions.
— As-tu des nouvelles de ta sœur ? lui a rétorqué ma grand-mère.
Moi, je n'avais pas encore mal, je me suis amusée à les observer. C'est alors que j'ai eu une grande idée pour mes six jeunes années : « Si différentes, et pourtant, elles ne font qu'une. »

OK.

Elena ?

Elena a dit…

J'hésite pour : "je n'avais pas encore mal", je pense que c'est plutôt : ça ne me faisait pas encore de mal / je ne ressentais pas encore la douleur...

Tradabordo a dit…

OK. Justine ?

Justine a dit…

— Maintenant, il faut être forte, a déclaré la directrice. Ne pas se décourager de frapper aux portes, de poser des questions.
— As-tu des nouvelles de ta sœur ? lui a rétorqué ma grand-mère.
Moi, je ne ressentais pas encore la douleur, je me suis amusée à les observer. C'est alors que j'ai eu une grande idée pour mes six jeunes années : « Si différentes, et pourtant, elles ne font qu'une. »

OK.

Tradabordo a dit…

Vous pouvez terminer.

Justine a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman, pressée, nous attendait quelque part.

Justine a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman, pressée, nous attendait quelque part.

Tradabordo a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman, pressée [j'hésite sur l'interprétation ; Elena ?], nous attendait quelque part.

Elena a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman, pressée [j'hésite sur l'interprétation ; Elena ? / Dans le sens de "avec impatience" ?], nous attendait quelque part.

Tradabordo a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman, pressée [j'hésite sur l'interprétation ; Elena ? / Dans le sens de "avec impatience" ? J'hésite… Voyez tout ce que vous trouver dans le dico et tranchez avec ce qui vous semble le plus logique / l'ensemble du texte], nous attendait quelque part.

Elena a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman, pressée [j'hésite sur l'interprétation ; Elena ? / Dans le sens de "avec impatience" ? J'hésite… Voyez tout ce que vous trouver dans le dico et tranchez avec ce qui vous semble le plus logique / l'ensemble du texte/// "avec empressement" ?], nous attendait quelque part.

Tradabordo a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman, pressée [j'hésite sur l'interprétation ; Elena ? / Dans le sens de "avec impatience" ? J'hésite… Voyez tout ce que vous trouver dans le dico et tranchez avec ce qui vous semble le plus logique / l'ensemble du texte/// "avec empressement" ? Attendre avec « empressement » = bof], nous attendait quelque part.

Elena a dit…

Propo 1 :
Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman se morfondait à nous attendre quelque part.

Propo 2 :

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman nous attendait dans la hâte quelque part.

Justine a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si, sous la contrainte, maman nous attendait quelque part.

Justine a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman nous attendait quelque part de toute urgence.

Tradabordo a dit…

« empressement » est peut-être le mieux.

Justine a dit…

Et pourquoi pas :

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman nous attendait quelque part de toute urgence.

?

Tradabordo a dit…

Trop fort, non ? Elena ?

Elena a dit…

Oui, trop fort...

Justine a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman nous attendait quelque part avec empressement.

OK.

Tradabordo a dit…

La abuela tomó mi mano y nos fuimos caminando ligero, como si mamá nos aguardase, con apremio, en alguna parte.

Ma grand-mère m'a prise par la main, et nous sommes parties vite, comme si maman nous attendait quelque part avec empressement.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

OK.