vendredi 9 février 2018

Projet Justine / Elena – texte 178

Yocasta de Tebas

Los hombres siempre respetan las leyes de los dioses, siempre que les convenga.  Le convino a mi padre casarme con el rey Layo según se había estipulado. Le convino a Layo prestar oídos a aquel oráculo terrible y ordenar la muerte de nuestro único hijo. Pasé cada noche de las ciento noventa y siete lunas que siguieron a aquel momento atroz, enferma de pena, rencor y odio; asqueada, junto al monarca.  Supongo que Layo habrá pensado, una luna atrás,  que le convenía abandonar tanto Tebas, diezmada por la esfinge, como nuestro lecho frío. Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte. Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe. Sentía alivio, un alivio que a la vez era jolgorio, una alegría allí en mis partes íntimas, un renacer de mis entrañas. Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece. La autoridad de los dioses, encarnada en esta ocasión en la persona de mi hermano, me impone como esposo al joven vencedor del monstruo que nos asolaba. Tan bello como sólo debe serlo Apolo en toda su gloria. Mi ciudad volverá a ser próspera gracias a su hazaña y, dada su juventud, seré yo quien mande en ella. Mi lecho conocerá la pasión y mi vientre dará a luz tantos hijos como sea posible.  No me importa hablar con desmesuras más propias de esclavas que de la reina que soy: me siento inmensamente feliz.

Traduction temporaire :

Jocaste de Thèbes

Les hommes respectent toujours les lois des dieux, à condition qu'elles leur conviennent. Il convint à mon père de me marier au roi Laïus comme cela avait été stipulé. Il convint à Laïus d'écouter ce terrible oracle et d'ordonner la mort de notre fils unique. Malade de chagrin, de rancœur et de haine, je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lunes qui suivirent ce moment atroce auprès du monarque, dégoûtée. Je suppose qu'une lune plus tôt Laïus se sera dit qu'il devait abandonner Thèbes, décimée par la sphinge, autant que notre lit froid. Prétextant aller consulter l'oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, je le sus alors même qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour en expliquer la raison. J'éprouvais du soulagement, un soulagement qui était à la fois une fête, une joie au creux de mes parties intimes, une renaissance de mes entrailles. Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, elle est à présent en ma faveur, enfin. Incarnée à cette occasion en la personne de mon frère, l'autorité des dieux m'impose comme époux le jeune homme ayant triomphé du monstre qui nous anéantissait. Aussi beau que seul Apollon doit l'être dans toute sa splendeur. Grâce à son exploit, ma cité redeviendra prospère et, vu sa jeunesse, ce sera moi qui commanderai en ce lieu. Mon lit connaîtra la passion et mon ventre donnera naissance à autant d'enfants que possible. Je n'ai cure de tenir des propos immodérés plus propres aux esclaves qu'à la reine que je suis : je me sens immensément heureuse.

62 commentaires:

Justine a dit…

Yocasta de Tebas

Los hombres siempre respetan las leyes de los dioses, siempre que les convenga. Le convino a mi padre casarme con el rey Layo según se había estipulado. Le convino a Layo prestar oídos a aquel oráculo terrible y ordenar la muerte de nuestro único hijo.

Jocaste de Thèbes

Les hommes respectent toujours les lois des dieux, à condition qu'elles leur conviennent. Il convint à mon père de me marier au roi Laïus comme cela avait été stipulé. Il convint à Laïus d'écouter ce terrible oracle et d'ordonner la mort de notre fils unique.

Tradabordo a dit…

Yocasta de Tebas

Los hombres siempre respetan las leyes de los dioses, siempre que les convenga. Le convino a mi padre casarme con el rey Layo según se había estipulado. Le convino a Layo prestar oídos a aquel oráculo terrible y ordenar la muerte de nuestro único hijo.

Jocaste de Thèbes

Les hommes respectent toujours les lois des dieux, à condition qu'elles leur conviennent. Il convint à mon père de me marier au roi Laïus comme cela avait été stipulé. Il convint à Laïus d'écouter ce terrible oracle et d'ordonner la mort de notre fils unique.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Jocaste de Thèbes

Les hommes respectent toujours les lois des dieux, à condition qu'elles leur conviennent. Il convint à mon père de me marier au roi Laïus comme cela avait été stipulé. Il convint à Laïus d'écouter ce terrible oracle et d'ordonner la mort de notre fils unique.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Pasé cada noche de las ciento noventa y siete lunas que siguieron a aquel momento atroz, enferma de pena, rencor y odio; asqueada, junto al monarca.

Je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lune qui suivirent ce moment atroce, malade de chagrin, de rancœur et de haine ; dégoûtée, auprès du monarque.

Tradabordo a dit…

Pasé cada noche de las ciento noventa y siete lunas que siguieron a aquel momento atroz, enferma de pena, rencor y odio; asqueada, junto al monarca.

Je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lune [gram] qui suivirent ce moment atroce, malade [du coup, on a l'impression que ça va avec « moment » / une solution ?] de chagrin, de rancœur et de haine ; dégoûtée, auprès du monarque.

Justine a dit…

Pasé cada noche de las ciento noventa y siete lunas que siguieron a aquel momento atroz, enferma de pena, rencor y odio; asqueada, junto al monarca.

Malade de chagrin, de rancœur et de haine, dégoûtée, je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lunes qui suivirent ce moment atroce auprès du monarque.

Tradabordo a dit…

Pasé cada noche de las ciento noventa y siete lunas que siguieron a aquel momento atroz, enferma de pena, rencor y odio; asqueada, junto al monarca.

Malade de chagrin, de rancœur et de haine, dégoûtée [à la fin ?], je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lunes qui suivirent ce moment atroce auprès du monarque.

Justine a dit…

Pasé cada noche de las ciento noventa y siete lunas que siguieron a aquel momento atroz, enferma de pena, rencor y odio; asqueada, junto al monarca.

Malade de chagrin, de rancœur et de haine, je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lunes qui suivirent ce moment atroce auprès du monarque, dégoûtée.

Tradabordo a dit…

Pasé cada noche de las ciento noventa y siete lunas que siguieron a aquel momento atroz, enferma de pena, rencor y odio; asqueada, junto al monarca.

Malade de chagrin, de rancœur et de haine, je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lunes qui suivirent ce moment atroce auprès du monarque, dégoûtée.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Malade de chagrin, de rancœur et de haine, je passai chaque nuit des cent-quatre-vingt-dix-sept lunes qui suivirent ce moment atroce auprès du monarque, dégoûtée.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Supongo que Layo habrá pensado, una luna atrás, que le convenía abandonar tanto Tebas, diezmada por la esfinge, como nuestro lecho frío.

Je suppose qu'une lune plus tôt Laïus aura réfléchi qu'il devait abandonner Thèbes décimée par le sphinx, autant que notre lit froid.

Tradabordo a dit…

Supongo que Layo habrá pensado, una luna atrás, que le convenía abandonar tanto Tebas, diezmada por la esfinge, como nuestro lecho frío.

Je suppose qu'une lune plus tôt Laïus aura réfléchi [« ce sera dit » ?] qu'il devait abandonner Thèbes [virgule ?] décimée par le sphinx [sphinge ?], autant que notre lit froid.

Justine a dit…

Supongo que Layo habrá pensado, una luna atrás, que le convenía abandonar tanto Tebas, diezmada por la esfinge, como nuestro lecho frío.

Je suppose qu'une lune plus tôt Laïus se sera dit qu'il devait abandonner Thèbes, décimée par la sphinge, autant que notre lit froid.

Tradabordo a dit…

Supongo que Layo habrá pensado, una luna atrás, que le convenía abandonar tanto Tebas, diezmada por la esfinge, como nuestro lecho frío.

Je suppose qu'une lune plus tôt Laïus se sera dit qu'il devait abandonner Thèbes, décimée par la sphinge, autant que notre lit froid.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Je suppose qu'une lune plus tôt Laïus se sera dit qu'il devait abandonner Thèbes, décimée par la sphinge, autant que notre lit froid.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Il était en route pour Delphes sous prétexte d'aller consulter un oracle lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, alors qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour expliquer ce geste, je le sus.

Tradabordo a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Il était en route pour Delphes [virgule] sous prétexte [en fait, commence la phrase par « Prétextant » / voyons ce que ça donne…]


d'aller consulter un oracle lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, alors qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour expliquer ce geste, je le sus.

Justine a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Prétextant aller consulter un oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, alors qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour expliquer ce geste, je le sus.

Tradabordo a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Prétextant aller consulter un oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, alors qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour expliquer ce geste, je le sus [reprends la syntaxe].

Justine a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Prétextant aller consulter un oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, je le sus, alors qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour expliquer ce geste.

Tradabordo a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Prétextant aller consulter un oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, je le sus, [la virgule ?] alors [« même »] qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour expliquer ce geste [Elena ?].

Elena a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Prétextant aller consulter l'oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, je le sus alors même qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour en expliquer la raison.

Justine a dit…

Se dirigía a Delfos pretextando hacer una consulta oracular cuando un viajante anónimo le dio muerte.Yo, sin que mensajero alguno hubiera llegado aun con la razón a palacio, lo supe.

Prétextant aller consulter l'oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, je le sus alors même qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour en expliquer la raison.

Tradabordo a dit…

Prétextant aller consulter l'oracle, il était en route pour Delphes lorsqu'un voyageur anonyme lui donna la mort. Moi, je le sus alors même qu'aucun messager n'était encore arrivé au palais pour en expliquer la raison.

OK.

VPC.

Justine a dit…

Sentía alivio, un alivio que a la vez era jolgorio, una alegría allí en mis partes íntimas, un renacer de mis entrañas.

J'éprouvais du soulagement, un soulagement qui était à la fois une fête, une joie au creux de mes parties intimes, une renaissance de mes entrailles.

Tradabordo a dit…

Sentía alivio, un alivio que a la vez era jolgorio, una alegría allí en mis partes íntimas, un renacer de mis entrañas.

J'éprouvais du soulagement, un soulagement qui était à la fois une fête, une joie au creux de mes parties intimes, une renaissance de mes entrailles.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

J'éprouvais du soulagement, un soulagement qui était à la fois une fête, une joie au creux de mes parties intimes, une renaissance de mes entrailles.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si elle avait pressenti ce qui s'ensuit à présent, la loi est enfin en ma faveur.

Tradabordo a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si elle [elle ?] avait pressenti ce qui s'ensuit [bof] à présent, la loi est enfin en ma faveur.

Justine a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si elle, elle avait pressenti ce qui arrive, à présent, la loi est enfin en ma faveur.

Tradabordo a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si elle, elle avait pressenti ce qui arrive, à présent, la loi est enfin en ma faveur.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si elle, elle [Sûre ? Il s'agit de "la loi"] avait pressenti ce qui arrive, à présent, la loi est enfin en ma faveur.

Je propose, à vous de me dire... :
Comme ayant pressenti ce qui, à présent, en résulte, la loi plaide enfin en ma faveur.

Tradabordo a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si elle, elle [Sûre ? Il s'agit de "la loi"] avait pressenti ce qui arrive, à présent, la loi est enfin en ma faveur.

Je propose, à vous de me dire... :
Comme ayant pressenti ce qui, à présent, en résulte, la loi plaide enfin en ma faveur. [ok, pour le sens, mais la formulation est bancale]

Elena a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si elle avait pressenti ce qui survient à présent, la loi plaide enfin en ma faveur.

Justine a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, à présent, elle est enfin en ma faveur.

Tradabordo a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, à présent [après « enfin » ?], elle est enfin en ma faveur.

Justine a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, elle est, à présent, enfin en ma faveur.

Tradabordo a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, elle est, à présent, enfin en ma faveur.

Je vous propose :

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, elle est à présent en ma faveur, enfin.

Elena a dit…

Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, elle est à présent en ma faveur, enfin.

OK.

Justine a dit…

Como si hubiese presentido lo que ahora resulta, la ley, por fin, me favorece.

Comme si la loi avait pressenti ce qui arrive, elle est à présent en ma faveur, enfin.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

La autoridad de los dioses, encarnada en esta ocasión en la persona de mi hermano, me impone como esposo al joven vencedor del monstruo que nos asolaba.

Incarnée à cette occasion en la personne de mon frère, l'autorité des dieux m'impose comme époux le jeune homme qui a triomphé du monstre qui nous anéantissait.

Tradabordo a dit…

La autoridad de los dioses, encarnada en esta ocasión en la persona de mi hermano, me impone como esposo al joven vencedor del monstruo que nos asolaba.

Incarnée à cette occasion en la personne de mon frère, l'autorité des dieux m'impose comme époux le jeune homme qui [pour éviter les deux « qui », vérifie si « triomphateur » existe et peut être utiliser ici] a triomphé du monstre qui nous anéantissait.

Justine a dit…

La autoridad de los dioses, encarnada en esta ocasión en la persona de mi hermano, me impone como esposo al joven vencedor del monstruo que nos asolaba.

Incarnée à cette occasion en la personne de mon frère, l'autorité des dieux m'impose comme époux le jeune homme ayant triomphé du monstre qui nous anéantissait.

Tradabordo a dit…

La autoridad de los dioses, encarnada en esta ocasión en la persona de mi hermano, me impone como esposo al joven vencedor del monstruo que nos asolaba.

Incarnée à cette occasion en la personne de mon frère, l'autorité des dieux m'impose comme époux le jeune homme ayant triomphé du monstre qui nous anéantissait.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Incarnée à cette occasion en la personne de mon frère, l'autorité des dieux m'impose comme époux le jeune homme ayant triomphé du monstre qui nous anéantissait.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Tan bello como sólo debe serlo Apolo en toda su gloria. Mi ciudad volverá a ser próspera gracias a su hazaña y, dada su juventud, seré yo quien mande en ella.

Aussi beau que seul Apollon doit l'être dans toute sa splendeur. Grâce à son exploit, ma cité redeviendra prospère et, vu sa jeunesse, ce sera moi qui commanderai en ce lieu.

Tradabordo a dit…

Tan bello como sólo debe serlo Apolo en toda su gloria. Mi ciudad volverá a ser próspera gracias a su hazaña y, dada su juventud, seré yo quien mande en ella.

Aussi beau que seul Apollon doit l'être dans toute sa splendeur. Grâce à son exploit, ma cité redeviendra prospère et, vu sa jeunesse, ce sera moi qui commanderai en ce lieu.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Aussi beau que seul Apollon doit l'être dans toute sa splendeur. Grâce à son exploit, ma cité redeviendra prospère et, vu sa jeunesse, ce sera moi qui commanderai en ce lieu.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.

Justine a dit…

Mi lecho conocerá la pasión y mi vientre dará a luz tantos hijos como sea posible. No me importa hablar con desmesuras más propias de esclavas que de la reina que soy: me siento inmensamente feliz.

Mon lit connaîtra la passion et mon ventre donnera naissance à autant d'enfants que possible. Je me fiche de tenir des propos démesurés, plus propres aux esclaves qu'à la reine que je suis : je me sens immensément heureuse.

Tradabordo a dit…

Mi lecho conocerá la pasión y mi vientre dará a luz tantos hijos como sea posible. No me importa hablar con desmesuras más propias de esclavas que de la reina que soy: me siento inmensamente feliz.

Mon lit connaîtra la passion et mon ventre donnera naissance à autant d'enfants que possible. Je me fiche [registre] de tenir des propos démesurés [naturel en français ? J'hésite], plus propres aux esclaves qu'à la reine que je suis : je me sens immensément heureuse.

Justine a dit…

Mi lecho conocerá la pasión y mi vientre dará a luz tantos hijos como sea posible. No me importa hablar con desmesuras más propias de esclavas que de la reina que soy: me siento inmensamente feliz.

Mon lit connaîtra la passion et mon ventre donnera naissance à autant d'enfants que possible. Je n'ai cure de tenir des propos immodérés plus propres aux esclaves qu'à la reine que je suis : je me sens immensément heureuse.

Tradabordo a dit…

Mi lecho conocerá la pasión y mi vientre dará a luz tantos hijos como sea posible. No me importa hablar con desmesuras más propias de esclavas que de la reina que soy: me siento inmensamente feliz.

Mon lit connaîtra la passion et mon ventre donnera naissance à autant d'enfants que possible. Je n'ai cure de tenir des propos immodérés plus propres aux esclaves qu'à la reine que je suis : je me sens immensément heureuse.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Mon lit connaîtra la passion et mon ventre donnera naissance à autant d'enfants que possible. Je n'ai cure de tenir des propos immodérés plus propres aux esclaves qu'à la reine que je suis : je me sens immensément heureuse.

OK.

Justine a dit…

Elena a dit...

Mon lit connaîtra la passion et mon ventre donnera naissance à autant d'enfants que possible. Je n'ai cure de tenir des propos immodérés plus propres aux esclaves qu'à la reine que je suis : je me sens immensément heureuse.

OK.

Tradabordo a dit…

VPC.