mercredi 24 août 2016

Projet Justine / Elena – texte 40

Retrato de mujer con otro

La supuesta tabla de álamo sobre la cual Leonardo pintara La Gioconda resultó ser una sustancia de origen extraterrestre. Nadie discutía eso. Discutíamos al supuesto extraterrestre que algunos afirmaban ver en el sfumato. El mismo que ahora a través de las numerosas antenas que pueblan su cabeza nos habla por cadena nacional; reprochándonos, para nuestro asombro, su larga siesta. Verde y grueso como un vidrio de botella, apenas más grande que el micrófono y dueño de cuatro pares de alas duras; salta, mastica hojas de álamo y pone huevos sin descanso.
—Parece una langosta —nos decimos unos a otros en procura de esa tranquilidad —falsa, pero tranquilidad al fin— que otorga aferrarse a algo conocido.

Traduction temporaire :
Portrait de femme avec un autre

La supposée planche de peuplier sur laquelle Léonard aurait peint La Joconde s'avéra finalement être d'une substance d'origine extraterrestre. Personne ne le mettait en doute.
On mettait en revanche en doute le supposé extraterrestre que certains affirmaient distinguer dans le sfumato. Celui-là même qui, via les nombreuses antennes peuplant sa tête, nous parle en ce moment sur la chaîne nationale ; nous reprochant, à notre étonnement, sa longue sieste. Vert et gros comme le verre d'une bouteille, à peine plus grand que le microphone et doté de quatre paires d'ailes dures ; il saute, mâche des feuilles de peuplier et pond des œufs sans relâche.
— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant une fausse tranquillité, mais une tranquillité quand même, qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

27 commentaires:

Elena a dit…

Retrato de mujer con otro

La supuesta tabla de álamo sobre la cual Leonardo pintara La Gioconda resultó ser una sustancia de origen extraterrestre. Nadie discutía eso.


Portrait de femme avec un autre

La supposée planche de peuplier sur laquelle Léonard avait peint La Joconde s'avéra être d'une substance d'origine extraterrestre. Personne le mettait en doute.

Discutíamos al supuesto extraterrestre que algunos afirmaban ver en el sfumato.
On mettait en doute le supposé extraterrestre que certains affirmaient percevoir dans le sfumato.






Tradabordo a dit…

Retrato de mujer con otro

La supuesta tabla de álamo sobre la cual Leonardo pintara La Gioconda resultó ser una sustancia de origen extraterrestre. Nadie discutía eso.

Portrait de femme avec un autre

La supposée planche de peuplier sur laquelle Léonard avait [« a » / « aurait » ?] peint La Joconde s'avéra [cheville : « finalement » ? Comme tu veux] être d'une substance d'origine extraterrestre. Personne [manque la négation] le mettait en doute.

Discutíamos al supuesto extraterrestre que algunos afirmaban ver en el sfumato.
On mettait en doute le supposé extraterrestre que certains affirmaient percevoir dans le sfumato.

Elena a dit…

Retrato de mujer con otro

La supuesta tabla de álamo sobre la cual Leonardo pintara La Gioconda resultó ser una sustancia de origen extraterrestre. Nadie discutía eso.

Portrait de femme avec un autre

La supposée planche de peuplier sur laquelle Léonard aurait peint La Joconde s'avéra finalement être d'une substance d'origine extraterrestre. Personne ne le mettait en doute.

Discutíamos al supuesto extraterrestre que algunos afirmaban ver en el sfumato.
On mettait en doute le supposé extraterrestre que certains affirmaient percevoir dans le sfumato.

Tradabordo a dit…

Portrait de femme avec un autre

La supposée planche de peuplier sur laquelle Léonard aurait peint La Joconde s'avéra finalement être d'une substance d'origine extraterrestre. Personne ne le mettait en doute.

Discutíamos al supuesto extraterrestre que algunos afirmaban ver en el sfumato.
On mettait [cheville : « revanche »] en doute le supposé extraterrestre que certains affirmaient percevoir [distinguer ] dans le sfumato.

Justine a dit…

Portrait de femme avec un autre

La supposée planche de peuplier sur laquelle Léonard aurait peint La Joconde s'avéra finalement être d'une substance d'origine extraterrestre. Personne ne le mettait en doute.

Discutíamos al supuesto extraterrestre que algunos afirmaban ver en el sfumato.
On mettait en revanche en doute le supposé extraterrestre que certains affirmaient distinguer dans le sfumato.

Tradabordo a dit…

Portrait de femme avec un autre

La supposée planche de peuplier sur laquelle Léonard aurait peint La Joconde s'avéra finalement être d'une substance d'origine extraterrestre. Personne ne le mettait en doute.
On mettait en revanche en doute le supposé extraterrestre que certains affirmaient distinguer dans le sfumato.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

OK.

Tradabordo a dit…

La suite ?

Justine a dit…

El mismo que ahora a través de las numerosas antenas que pueblan su cabeza nos habla por cadena nacional; reprochándonos, para nuestro asombro, su larga siesta. Verde y grueso como un vidrio de botella, apenas más grande que el micrófono y dueño de cuatro pares de alas duras; salta, mastica hojas de álamo y pone huevos sin descanso.

Celui-là même qui, en ce moment, via les nombreuses antennes qui peuplent sa tête, nous parle sur la chaîne nationale ; nous reprochant, à notre étonnement, sa longue sieste. Vert et gros comme le verre d'une bouteille, à peine plus grand que le microphone et possédant quatre paires d'ailes dures ; il saute, mâche des feuilles de peuplier et pond des œufs sans relâche.

Tradabordo a dit…

El mismo que ahora a través de las numerosas antenas que pueblan su cabeza nos habla por cadena nacional; reprochándonos, para nuestro asombro, su larga siesta. Verde y grueso como un vidrio de botella, apenas más grande que el micrófono y dueño de cuatro pares de alas duras; salta, mastica hojas de álamo y pone huevos sin descanso.

Celui-là même qui, en ce moment, via les nombreuses antennes qui peuplent sa tête, nous parle sur la chaîne nationale [syntaxe à revoir] ; nous reprochant, à notre étonnement, sa longue sieste. Vert et gros comme le verre d'une bouteille, à peine plus grand que le microphone et possédant quatre paires d'ailes dures ; il saute, mâche des feuilles de peuplier et pond des œufs sans relâche.

Justine a dit…

El mismo que ahora a través de las numerosas antenas que pueblan su cabeza nos habla por cadena nacional; reprochándonos, para nuestro asombro, su larga siesta. Verde y grueso como un vidrio de botella, apenas más grande que el micrófono y dueño de cuatro pares de alas duras; salta, mastica hojas de álamo y pone huevos sin descanso.

Celui-là même qui, via les nombreuses antennes peuplant sa tête, nous parle en ce moment sur la chaîne nationale ; nous reprochant, à notre étonnement, sa longue sieste. Vert et gros comme le verre d'une bouteille, à peine plus grand que le microphone et possédant quatre paires d'ailes dures ; il saute, mâche des feuilles de peuplier et pond des œufs sans relâche.

Tradabordo a dit…

El mismo que ahora a través de las numerosas antenas que pueblan su cabeza nos habla por cadena nacional; reprochándonos, para nuestro asombro, su larga siesta. Verde y grueso como un vidrio de botella, apenas más grande que el micrófono y dueño de cuatro pares de alas duras; salta, mastica hojas de álamo y pone huevos sin descanso.

Celui-là même qui, via les nombreuses antennes peuplant sa tête, nous parle en ce moment sur la chaîne nationale ; nous reprochant, à notre étonnement, sa longue sieste. Vert et gros comme le verre d'une bouteille, à peine plus grand que le microphone et adjectif quatre paires d'ailes dures ; il saute, mâche des feuilles de peuplier et pond des œufs sans relâche.

Justine a dit…

El mismo que ahora a través de las numerosas antenas que pueblan su cabeza nos habla por cadena nacional; reprochándonos, para nuestro asombro, su larga siesta. Verde y grueso como un vidrio de botella, apenas más grande que el micrófono y dueño de cuatro pares de alas duras; salta, mastica hojas de álamo y pone huevos sin descanso.

Celui-là même qui, via les nombreuses antennes peuplant sa tête, nous parle en ce moment sur la chaîne nationale ; nous reprochant, à notre étonnement, sa longue sieste. Vert et gros comme le verre d'une bouteille, à peine plus grand que le microphone et doté de quatre paires d'ailes dures ; il saute, mâche des feuilles de peuplier et pond des œufs sans relâche.

Tradabordo a dit…

El mismo que ahora a través de las numerosas antenas que pueblan su cabeza nos habla por cadena nacional; reprochándonos, para nuestro asombro, su larga siesta. Verde y grueso como un vidrio de botella, apenas más grande que el micrófono y dueño de cuatro pares de alas duras; salta, mastica hojas de álamo y pone huevos sin descanso.

Celui-là même qui, via les nombreuses antennes peuplant sa tête, nous parle en ce moment sur la chaîne nationale ; nous reprochant, à notre étonnement, sa longue sieste. Vert et gros comme le verre d'une bouteille, à peine plus grand que le microphone et doté de quatre paires d'ailes dures ; il saute, mâche des feuilles de peuplier et pond des œufs sans relâche.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

OK.

Elena a dit…

—Parece una langosta —nos decimos unos a otros en procura de esa tranquilidad —falsa, pero tranquilidad al fin— que otorga aferrarse a algo conocido.

— On dirait une sauterelle – affirmons-nous, les uns les autres, en cherchant à nous tranquilliser, d'une fausse tranquillité, mais tranquillité à la fin –, qui accepte de s'accrocher à l'inconnu.

Justine a dit…

—Parece una langosta —nos decimos unos a otros en procura de esa tranquilidad —falsa, pero tranquilidad al fin— que otorga aferrarse a algo conocido.

— On dirait une sauterelle – nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant la tranquillité, fausse, mais tranquillité quand même –, qui autorise à s'accrocher à quelque chose de connu.

Tradabordo a dit…

—Parece una langosta —nos decimos unos a otros en procura de esa tranquilidad —falsa, pero tranquilidad al fin— que otorga aferrarse a algo conocido.

— On dirait une sauterelle – [virgule] affirmons-nous [« nos » ?], les [je ne crois pas que ce soit ce que dit la V.O.] uns les autres, en cherchant à nous tranquilliser [il y a mieux], d'une fausse tranquillité, mais tranquillité à la fin [à reprendre] –, qui accepte de [texte ?] s'accrocher à l'inconnu.

Justine a dit…

—Parece una langosta —nos decimos unos a otros en procura de esa tranquilidad —falsa, pero tranquilidad al fin— que otorga aferrarse a algo conocido.

— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant la tranquillité, fausse, mais tranquillité quand même –, qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

Elena a dit…


—Parece una langosta —nos decimos unos a otros en procura de esa tranquilidad —falsa, pero tranquilidad al fin— que otorga aferrarse a algo conocido.

— On dirait une sauterelle, nous nous disons les uns aux autres, en cherchant à nous rassurer d'une fausse tranquillité, mais tranquillité quand même, qui s'accroche volontiers à l'inconnu.

Tradabordo a dit…

— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant la tranquillité, fausse [« une fausse »], mais tranquillité quand même – [le tiret / déjà dit], qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

Justine a dit…

— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant la tranquillité, une fausse, mais la tranquillité quand même, qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

Tradabordo a dit…

— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant la tranquillité, une fausse [« cherchant une fausse tranquillité »], mais la tranquillité quand même, qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

Justine a dit…

— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant une fausse tranquillité, mais une tranquillité quand même, qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

Elena a dit…

— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, en cherchant à nous procurer une certaine tranquillité, fausse, mais de la tranquillité malgré tout, qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

Tradabordo a dit…

— On dirait une sauterelle, nous rassurons-nous les uns les autres, cherchant une fausse tranquillité, mais une tranquillité quand même, qui permet de s'accrocher à quelque chose de connu.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

OK.