mercredi 2 décembre 2015

Projet Agathe 6 – phrases 23-26

Hice el amor con un desconocido sin dudar al decirle ¡Sí voy contigo! Solo un detalle, a pesar del esfuerzo que hice no logré recordar, salí rápido del baño y busqué aquello, registré debajo de la cama y de las sábanas, en el cesto de basura, volteé al chico con cuidado, no quise que despertara, comprobé con tristeza que tampoco colgaba de su pene y lo supe con certeza, no aparecería nunca. Las piernas se negaron a sostenerme, me dejé caer en una esquina de la cama y no pude evitar el escalofrío ni la sensación de derrota que me envolvió. Y ya ve, doctor, a dónde he venido a parar, han pasado seis meses de aquel encuentro con el virus-

Traduction temporaire :
J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et j'ai cherché le truc. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et j'ai su avec certitude que je ne le trouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez, docteur, où j'en suis, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus –

12 commentaires:

Agathe Longeville a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter à lui dire : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail, malgré l'effort que j'ai fait, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et je l'ai cherché. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus de son pénis et je l'ai su avec certitude : il n'apparaîtrait jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissé tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a enveloppée. Et vous voyez maintenant, docteur, où est ce que j'ai atterri, six mois ont passé de cette rencontre avec le virus –

Tradabordo a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter à [CS ?] lui dire : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail, [j'hésite sur la ponctuation ; je trouve que ça n'est pas très clair] malgré l'effort que j'ai fait [vous l'avez déjà avant], je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et je l'ai cherché. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus de [incorrect] son pénis et je l'ai su avec certitude : il n'apparaîtrait [naturel ?] jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissé [grammaire ?] tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a enveloppée [naturel ?]. Et vous voyez maintenant, docteur, où est ce que j'ai atterri, six mois ont passé de cette rencontre avec le virus [naturel ?] –

Agathe Longeville a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et je l'ai cherché. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et je l'ai su avec certitude : je ne le retrouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez maintenant, docteur, où est ce que j'ai atterri, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus [on dit bien le virus du sida ?] –

Agathe Longeville a dit…

'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et je l'ai cherché. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et je l'ai su avec certitude : je ne le retrouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez maintenant, docteur, où est ce que j'ai atterri, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus [on dit bien le virus du sida ?] –

Tradabordo a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler [je me demande si ça n'est pas un CS // ça n'est pas qu'il y a un détail qu'elle n'a pas réussi à se rappeler ? Vérifie… Moi, j'ai tellement de retard dans mes commentaires, que je ne peux pas prendre le temps de regarder de plus près. Je te laisse voir ça]. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et je l'ai cherché. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et je l'ai su avec certitude : je ne le retrouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez maintenant, docteur, où est ce que j'ai atterri, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus [on dit bien le virus du sida ?] –

Agathe Longeville a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler [j'ai compris qu'elle ne se rappelait pas si l'inconnu avait mis un préservatif ou pas]. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et je l'ai cherché. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et je l'ai su avec certitude : je ne le retrouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez maintenant, docteur, où est ce que j'ai atterri, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus [on dit bien le virus du sida ?] –

Tradabordo a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et je l'ai [« j'ai »] cherché [« le truc » ?]. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et je l'ai [bof] su avec certitude : je ne le re[?]trouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez maintenant [nécessaire ?], docteur, où est ce que j'ai atterri [CS ?], six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus –

Agathe Longeville a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et j'ai cherché le truc. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et j'ai su avec certitude : je ne le trouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez, docteur, par quoi j'ai fini, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus –

Tradabordo a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et j'ai cherché le truc. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et j'ai su avec certitude : [« que » à la place des deux points] je ne le trouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez, docteur, par quoi j'ai fini [?], six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus –

Agathe Longeville a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et j'ai cherché le truc. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et j'ai su avec certitude que je ne le trouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez, docteur, où j'en suis, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus –

Tradabordo a dit…

J'ai fait l'amour avec un inconnu, sans hésiter en lui disant : Oui, je viens avec toi ! Juste un détail : malgré mon effort, je n'ai pas réussi à me le rappeler. Je suis sortie rapidement de la salle de bain et j'ai cherché le truc. J'ai fouillé sous le lit et sous les draps, dans la poubelle, j'ai retourné le garçon prudemment, pour ne pas le réveiller. J'ai vérifié avec tristesse qu'il ne pendait pas non plus à son pénis et j'ai su avec certitude que je ne le trouverai jamais. Mes jambes n'ont pas voulu me soutenir, je me suis laissée tomber dans un coin du lit et je n'ai pas pu éviter le frisson ni la sensation de défaite qui m'a gagnée. Et vous voyez, docteur, où j'en suis, six mois ont passé depuis cette rencontre avec le virus –

OK.

Tradabordo a dit…

C'est bon, Agathe, vous pouvez relire. Envoyez-moi ça par mail (n'oubliez pas de remettre la mise en page de la V.O.).