vendredi 18 décembre 2015

Projet Chloé T. 2 – phrases 129-134

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa.
Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Traduction temporaire :
Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude primaire ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec avant de le poser sur la table. Puis il descendit les escaliers à pas lents, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque indécelable. De retour chez lui, il décida de passer au Garage, de nettoyer sa voiture de sport et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, il devait revoir ses dépenses à la baisse.

20 commentaires:

chloé Tessier a dit…

Joe essaya de ne pas paraître surpris, et encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient sa déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil qu’il avait en arrivant à ce niveau, mais plutôt pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par une attitude simpliste ou couarde. Certaines de ses expressions l’avaient toutefois trahi déjà et, avant de perdre son calme, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Il descendit lentement les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible.

Tradabordo a dit…

Joe essaya de ne pas paraître surpris, et [nécessaire ?] encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient sa [« de la », pour éviter les deux possessifs ?] déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil qu’il avait en arrivant à ce niveau [CS ?], mais plutôt [nécessaire ?] pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par [« à cause de » ?] une attitude simpliste ou couarde. Certaines de ses expressions l’avaient toutefois trahi déjà []syntaxe ? et, avant de perdre son calme, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Il descendit lentement les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible.

chloé Tessier a dit…

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil qu’il ressentait avant même d'arriver à ce niveau [ce passage me pose des soucis, j'ai du mal à en saisir le sens], mais pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par [« à cause de » ? // déjà dit 2 lignes avant] une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines de ses expressions l’avaient déjà trahi et, avant de perdre son calme, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Il descendit lentement les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible.

J'avais oublié de traduire la dernière phrase :
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.


Tradabordo a dit…

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil qu’il ressentait avant même d'arriver à ce niveau [ce passage me pose des soucis, j'ai du mal à en saisir le sens], mais pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par [« à cause de » ? // déjà dit 2 lignes avant] une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines de ses expressions l’avaient déjà [nécessaire ?] trahi et, [ou avec quelque chose comme « de sorte que » ?] avant de perdre son calme, il but son verre cul sec et le posa sur la table. [relie les deux phrases pour qu'on suive bien le rapport de cause à effet] Il descendit lentement les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite…]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [????].

J'avais oublié de traduire la dernière phrase :
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

chloé Tessier a dit…

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil qu’il ressentait avant même d'arriver à ce niveau, mais pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines de ses expressions l’avaient trahi et, pour ne pas perdre son calme, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit lentement les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56].

J'avais oublié de traduire la dernière phrase :
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

Unknown a dit…

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil qu’il ressentait avant même d'arriver à ce niveau [CS], mais pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines de ses expressions l’avaient trahi et, pour ne pas perdre son calme, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit lentement les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56].

J'avais oublié de traduire la dernière phrase :
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

chloé Tessier a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil qu’il ressentait d’être arrivé à ce niveau, mais pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines de ses expressions l’avaient trahi et, pour ne pas perdre son calme, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit lentement les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56 // On garde alors ?]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ?].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

Tradabordo a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de l’orgueil [pas juste « fierté », au fait ? Juste un doute…] qu’il ressentait d’être arrivé à ce niveau, mais pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel par [« à cause de » ?] une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines de ses expressions [ambigu en français… Je ne suis pas certaine que tu puisses te dispenser de préciser] l’avaient trahi [temps] et, pour ne pas perdre son calme [sûre ?], il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit lentement [pas ce que dit la V.O.] les escaliers,


traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56 // On garde alors ?]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ?].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

chloé Tessier a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de la fierté qu’il ressentait d’être arrivé à ce niveau, mais pour ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit à pas lents les escaliers,


traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56 // On garde alors ?]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ?].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.
20 janvier 2016 à 15:46

Tradabordo a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de la fierté qu’il ressentait d’être arrivé à ce niveau, mais pour [au fait : est-ce que ça va avec « non pas à cause » ?] ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit à pas lents les escaliers,


traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56 // On garde alors ?]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ?].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.
20 janvier 2016 à 15:46

chloé Tessier a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de la fierté qu’il ressentait d’être arrivé à ce niveau, mais pour [au fait : est-ce que ça va avec « non pas à cause » ?//une autre solution serait « non pas parce que », mais cela oblige de modifier la proposition et celle qui lui est coordonnée en ajoutant un verbe] ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit à pas lents les escaliers,


traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56 // On garde alors ?]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ?].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

Tradabordo a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas à cause de la fierté qu’il ressentait d’être arrivé à ce niveau, mais pour [au fait : est-ce que ça va avec « non pas à cause » ?//une autre solution serait « non pas parce que », mais cela oblige de modifier la proposition et celle qui lui est coordonnée en ajoutant un verbe… Ajoute un verbe, oui] ne pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit à pas lents les escaliers,


traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56 // On garde alors ?]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ?].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

chloé Tessier a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec et le posa sur la table. Puis il descendit à pas lents les escaliers,


traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on le dirait comme ça ? J'hésite… // on avait opté pour cette traduction lignes 50-56 // On garde alors ?]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ?].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

Tradabordo a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec et [« avant de le », pour éviter ta succession de « et »] le posa sur la table. Puis il descendit à pas lents les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on verra au moment des relectures… mais note ça quelque part]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque imperceptible [???? // idem, traduction retenue lignes 50-56 // Et ici, on garde ? Mon pb, là, c'est le sens… Demande son avis à Elena].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

chloé Tessier a dit…

Joe intentó no parecer sorprendido, mucho menos angustiado. Lo último que quería era que aquellos tipos notaran la decepción en su cara, no tanto por el orgullo que para esas alturas ya poseía, sino por el peligro de echar por tierra, con una actitud simplista o cobarde, toda su trayectoria laboral. Pero algunos gestos de la cara ya lo delataban y antes de perder todo el talante, tomó el trago de un tirón y puso el vaso sobre la mesa. Con pasos cortos bajó las escaleras, atravesó el pasillo y en el mapa buscó el área soterrada. Le extrañó un poco no verla, aún permanecía casi imperceptible.
De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec avant de le poser sur la table. Puis il descendit à pas lents les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine [on verra au moment des relectures… mais note ça quelque part]. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque indécelable [sur proposition d'Elena, que je remercie ;)].
De retour à la maison, il décida de passer à l'Atelier, de nettoyer sa voiture et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes.

Tradabordo a dit…

De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste [au fait : un doute de dernière minutes = ça veut bien dire ça et pas simplet ????? Vérifie quand même… ;-)] ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec avant de le poser sur la table. Puis il descendit à pas lents [après « les escaliers » ? Essaie et vois ce qui est mieux] les escaliers, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque indécelable.
De retour à la maison [« chez lui » ?], il décida de passer à l'Atelier [« Garage » ? Je ne sais pas…], de nettoyer sa voiture [et « deportivo » ?] et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, les dépenses ne pouvaient plus être les mêmes [la fin est-elle naturelle ?].

chloé Tessier a dit…

De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste [au fait : un doute de dernière minutes = ça veut bien dire ça et pas simplet ????? Vérifie quand même… ;-) // c'est bien ça, mais je me demande si un truc du genre "primaire" ne conviendrait pas mieux] ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec avant de le poser sur la table. Puis il descendit les escaliers à pas lents, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque indécelable.
De retour chez lui, il décida de passer au Garage, de nettoyer sa voiture de sport et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, il devait revoir ses dépenses à la baisse.

Tradabordo a dit…

De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude simpliste [au fait : un doute de dernière minutes = ça veut bien dire ça et pas simplet ????? Vérifie quand même… ;-) // c'est bien ça, mais je me demande si un truc du genre "primaire" ne conviendrait pas mieux ///// Regarde dans Le Robert la def et ensuite va voir dans le dico des synonymes] ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec avant de le poser sur la table. Puis il descendit les escaliers à pas lents, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque indécelable.
De retour chez lui, il décida de passer au Garage, de nettoyer sa voiture de sport et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, il devait revoir ses dépenses à la baisse.

chloé Tessier a dit…

De regreso a casa decidió pasar por el Taller, limpiar el auto deportivo y entregarlo para la venta. Los gastos, ahora que iba a comenzar a trabajar en el sótano, ya no podían ser los mismos.

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude primaire ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec avant de le poser sur la table. Puis il descendit les escaliers à pas lents, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque indécelable.
De retour chez lui, il décida de passer au Garage, de nettoyer sa voiture de sport et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, il devait revoir ses dépenses à la baisse.

Tradabordo a dit…

Joe essaya de ne pas paraître surpris, encore moins anxieux. La dernière chose qu’il voulait, c’est que ces types voient de la déception sur son visage, non pas parce qu'il se sentait fier d’être arrivé à ce niveau, mais parce qu'il ne voulait pas risquer d’anéantir tout son parcours professionnel à cause d’une attitude primaire ou couarde. Toutefois, certaines expressions de son visage le trahissaient et, pour ne pas complètement perdre la face, il but son verre cul sec avant de le poser sur la table. Puis il descendit les escaliers à pas lents, traversa le couloir et chercha sur le plan l’aire souterraine. Il fut un peu surpris de ne pas la voir ; elle demeurait toujours presque indécelable.
De retour chez lui, il décida de passer au Garage, de nettoyer sa voiture de sport et la mettre en vente. Maintenant qu'il allait travailler au sous-sol, il devait revoir ses dépenses à la baisse.

OK.