jeudi 18 mai 2017

Projet Basta ! Nathalie – texte 1

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Aquella extraña sonrió con burla a través del espejo. ¿Acaso se mofaba de ella aquella horrible chica, de pálidos labios y oscura mirada? Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.

Traduction temporaire :
ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bel et bien elle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amer de ce qu'un jour, elle avait été : poupée de porcelaine triste et brisée, ses lèvres peintes en rouge et sa vie en noir. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

20 commentaires:

Nathalie El houch a dit…

Cette drôlesse sourit avec raillerie à travers le miroir. Peut-être cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ? Et celle qui souriait à travers le miroir n'était rien qu'elle, le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour. Poupée de porcelaine triste et brisée , du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Nathalie El houch a dit…

Cette drôlesse sourit avec raillerie à travers le miroir. Peut-être cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ? Et celle qui souriait à travers le miroir n'était rien qu'elle, le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour. Poupée de porcelaine triste et brisée , du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Tradabordo a dit…

Nom de l'auteur et titre ? + on avance progressivement, car comme je suis beaucoup de traductions en même temps, je ne peux pas en faire trop long pour chacune.

Cette drôlesse [texte ?] sourit avec raillerie [mal dit] à travers le miroir. Peut-être [pas besoin… Il suffit de commencer avec le « peut-être »] cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?

Nathalie El houch a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Cette drôlesse [texte ?"Extrana" ne peut avoir valeur d'adjectif derrière un démonstratif ,ou faut-il considérer "extrana" comme un nom (sens de plante ? tige?] sourit avec sarcasme à travers le miroir. Peut-être [pas besoin… Il suffit de commencer avec le « peut-être » JE NE COMPRENDS PAS VOTRE COMMENTAIRE] cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?

Tradabordo a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Cette drôlesse [texte ?"Extrana" ne peut avoir valeur d'adjectif derrière un démonstratif ,ou faut-il considérer "extrana" comme un nom (sens de plante ? tige? // je demande son avis à Elena] sourit avec sarcasme [ça se dit « rire avec sarcasme » ?] à travers le miroir. Peut-être [placé après ? J'hésite… Vérifiez les deux constructions et voyez ce qui est mieux] cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?

Elena a dit…

Bonjour,
C'est dans le sens de "inconnue".

Nathalie El houch a dit…

Merci Elena , j'étais embarrassée.

Nathalie El houch a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Cette inconnue sourit sarcastiquement à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait peut-être d'elle-même ? Et celle qui souriait à travers le miroir n'était rien qu'elle, le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour. Poupée de porcelaine triste et brisée , du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Tradabordo a dit…

Pour la suite, vous mettrez également la V.O., pour qu'on l'ait sous les yeux…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Cette inconnue sourit sarcastiquement [« a un sourire moqueur » ?] à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait peut-être d'elle-même ? [« se moquait-elle » ; pour justifier l'interrogation]

Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.

Et celle qui souriait à travers le miroir n'était rien qu'elle [mal dit], le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour. [deux points ? Je vous laisse voir] Poupée de porcelaine triste et brisée [espace en trop], du rouge peint [bizarre, non ?] ses lèvres [point ?] et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Nathalie El houch a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Cette inconnue sourit sarcastiquement [« a un sourire moqueur » ?] à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait peut-être d'elle-même ? [« se moquait-elle » ; pour justifier l'interrogation]







ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Aquella extraña sonrió con burla a través del espejo. ¿Acaso se mofaba de ella aquella horrible chica, de pálidos labios y oscura mirada? Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


Cette inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et celle qui souriait à travers le miroir était bien elle, le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour: Poupée de porcelaine triste et brisée, du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Nathalie El houch a dit…

J'ai gardé "du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie" car ça rend bien compte du non sens de l'image renvoyée par le miroir, l'étrangeté de la phrase rejoint l'étrangeté de son visage, la dislocation . Suis-je convaincante?

Tradabordo a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Aquella extraña sonrió con burla a través del espejo. ¿Acaso se mofaba de ella aquella horrible chica, de pálidos labios y oscura mirada? Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


Cette inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette [au fait, ça m'ennuie, cet enchaînement de démonstratifs ; est-ce qu'on supprime celui-ci ou celui de la phrase d'avant ? Je vous laisse regarder] horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et celle qui souriait à travers le miroir était bien elle [manque de fluidité],


le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour: Poupée de porcelaine triste et brisée, du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Nathalie El houch a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Aquella extraña sonrió con burla a través del espejo. ¿Acaso se mofaba de ella aquella horrible chica, de pálidos labios y oscura mirada? Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bien elle celle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour: Poupée de porcelaine triste et brisée, du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

1 juin 2017 à 10:45

Nathalie El houch a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Aquella extraña sonrió con burla a través del espejo. ¿Acaso se mofaba de ella aquella horrible chica, de pálidos labios y oscura mirada? Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bien elle, celle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amère de ce qu'elle avait été un jour: Poupée de porcelaine triste et brisée, du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Tradabordo a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était [« bel et »… pour rendre l'insistance de l'esp.] bien elle celle [nécessaire ?] qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amère [gram] de ce qu'elle avait été un jour[espace][mettez « un jour » avant]:

Faisons déjà cela.

Poupée de porcelaine triste et brisée, du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Nathalie El houch a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bel et bien elle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amer de ce qu'un jour elle avait été : Poupée de porcelaine triste et brisée, du rouge peint ses lèvres et noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Tradabordo a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bel et bien elle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amer de ce qu'un jour [virgule] elle avait été : Poupée [pas de maj après deux points] de porcelaine triste et brisée, du rouge peint ses lèvres [ou « ses lèvres peintes en rouge » ? Pas plus naturel, quand même ?] et [point à la place ? J'hésite] noire est sa vie. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Nathalie El houch a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.


L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bel et bien elle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amer de ce qu'un jour, elle avait été : poupée de porcelaine triste et brisée, ses lèvres peintes en rouge et sa vie en noir. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

Tradabordo a dit…

ANGIE RODRIGUEZ MUÑOZ

Doppelgänger

Y aquella que sonreía a través del espejo no era más que ella, el triste y amargo reflejo de lo que fue algún día. Triste y rota muñeca de porcelana, rojo pinta sus labios y negra su vida. Se viste, se peina y se arregla, pero ya no es ella, no es para ella, es por él, como el peligroso filo que se asoma en su mano, porque todas sus acciones son de él.

L'inconnue eut un sourire moqueur à travers le miroir. Cette horrible fille aux lèvres pâles et au regard sombre se moquait-elle d'elle-même ?
Et c'était bel et bien elle qui souriait à travers le miroir, le reflet triste et amer de ce qu'un jour, elle avait été : poupée de porcelaine triste et brisée, ses lèvres peintes en rouge et sa vie en noir. Elle s'habille, se coiffe et s'arrange, mais ça n'est plus elle, ça n'est plus pour elle, c'est pour lui, comme la lame dangereuse qui point dans sa main, car toutes ses actions sont de lui.

OK.

Je vous en mets un autre ?

Nathalie El houch a dit…

Avec plaisir.