mardi 2 mai 2017

Projet Chloé 12 – phrases 138-145

—¡Todos contra la pared, mierdas! ¡Las piernas separadas!
Miré al soldado gritón. Chato, grueso, el rostro bombardeado por los rezagos de acné. Nos revisó uno a uno, palpándonos las extremidades, sin hacerle ascos al lodo de nuestra ropa.
—Están limpios, mi cabo, dijo.
Entonces, el tipo que observaba todo de perfil se acercó. Nos ordenó darnos vuelta y pegarnos de espaldas a la pared, con las manos en la nuca.

Traduction temporaire :

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous fouilla, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, se fichant de la boue sur nos vêtements.
— Ils sont clean, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au mur, les mains sur la nuque.

9 commentaires:

Chloé Gauthier a dit…

— Tous contre le mur, connards ! Les jambes écartées !
Je regardai le soldat braillard. Petit, gros, le visage bombardé par les cicatrices d'acné. Il nous inspecta un par un, nous palpant de la tête aux pieds, sans faire la fine bouche devant la boue de nos vêtements. — Rien à dire, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous plaquer contre le mur, les mains sur la nuque.







Tradabordo a dit…

— Tous contre le mur, [cheville : « bande » / « espèces de » ?]connards ! Les [nécessaire ? J'hésite] jambes écartées !
Je regardai le soldat braillard [tu le dirais ?]. [deux points ? Comme tu veux] Petit, gros, le visage bombardé par [ça fonctionne littéralement ?] les cicatrices d'acné. Il nous inspecta [mal dit] un par un,



nous palpant de la tête aux pieds, sans faire la fine bouche devant la boue de nos vêtements. — Rien à dire, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous plaquer contre le mur, les mains sur la nuque.

Chloé Gauthier a dit…

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous examina, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, sans faire la fine bouche devant la boue sur nos vêtements. — Rien à dire, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au mur, les mains sur la nuque.


Tradabordo a dit…

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous examina [« fouiller » ?], un par un, nous palpant de la tête aux pieds, sans faire la fine bouche [bof] devant la boue sur nos vêtements. — Rien à dire [texte ?], caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au [« contre le » ? J'hésite] mur, les mains sur la nuque.

Chloé Gauthier a dit…

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous fouilla, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, sans témoigner du dégoût devant la boue sur nos vêtements. — Ils sont clean, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au [« contre le » ? J'hésite/ il y a plus d’occurrences pour "au mur"] mur, les mains sur la nuque.






Tradabordo a dit…

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous fouilla, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, sans témoigner du dégoût devant [« se fichant de la » ?] la boue sur nos vêtements. — Ils sont clean, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au mur, les mains sur la nuque.

Chloé Gauthier a dit…

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous fouilla, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, se fichant de la boue sur nos vêtements. — Ils sont clean, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au mur, les mains sur la nuque.

Tradabordo a dit…

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous fouilla, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, se fichant de la boue sur nos vêtements.
— Ils sont clean, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au mur, les mains sur la nuque.

OK.

Justine ?

Justine a dit…

— Tous contre le mur, bande de connards ! Jambes écartées !
Je regardai le soldat qui gueulait : petit, gros, le visage ravagé par les cicatrices d'acné. Il nous fouilla, un par un, nous palpant de la tête aux pieds, se fichant de la boue sur nos vêtements.
— Ils sont clean, caporal ! déclara-t-il.
Alors, le type qui observait la scène du coin de l’œil s'approcha. Il nous ordonna de nous retourner et de nous coller au mur, les mains sur la nuque.

OK.