samedi 3 octobre 2015

Projet Aurélie S – phrases 29-32

Pronto decidimos celebrar el día de los inocentes los martes por la tarde. Ese día se admitían bombas fétidas y cagadas de pega. Como el fin de semana nos reuníamos los cuatro a tomar las uvas, me compré un par de vestidos escotados y largos. Subíamos al coche con matasuegras y varios tuppers de uvas peladas y, después de las doce, nos abrazábamos con cariño para felicitarnos mutuamente el nuevo año.

Traduction temporaire :
Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril les mardis après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions le week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du Nouvel An, je me suis acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras, les uns les autres, avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

21 commentaires:

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de célébrer le jour des Innocents les mardis après-midi. Ce jour-là, des bombes puantes et merdées à la gomme étaient permises. Comme le week-end nous nous réunissions tous les quatre pour manger des raisins, je me suis achetée deux robes décolletées et longues. Nous montions dans la voiture avec des trompettes et divers tupperwares de raisins pelés et, après minuit [après les douze coups?], nous nous sommes serrer dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de célébrer le jour des Innocents [on le dit comme ça en français ?] les mardis [au pluriel ou au singulier ?] après-midi. Ce jour-là, des bombes [?????] puantes et merdées [??????] à la gomme étaient permises [la syntaxe n'est pas bonne ; il faut reprendre ça]. Comme le week-end [placé après ?] nous nous réunissions tous les quatre pour manger des [non] raisins, je me suis achetée deux robes décolletées et longues [syntaxe ?]. Nous montions dans la voiture avec des trompettes [sûre ?] et divers [mal dit ?] tupperwares de raisins pelés et, après minuit [après les douze coups? À vous de trancher : interdit de me proposer plusieurs solutions… ;-)], nous nous sommes serrer [grammaire] dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de célébrer le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, des boules puantes et senteurs à la gomme étaient permises. Comme nous nous réunissions le week-end tous les quatre pour manger du raisin, je me suis achetée deux longues robes avec décolletées. Nous montions dans la voiture avec des trompettes de fête et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups, nous nous sommes serrés dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de célébrer le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, des [« les »] boules puantes et senteurs à la gomme [?] étaient permises [il y a mieux]. Comme nous nous réunissions le week-end tous les quatre pour manger du [NON] raisin, je me suis achetée [grammaire] deux longues robes avec décolletées [grammaire]. Nous montions dans la voiture avec des trompettes de fête et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups, nous nous sommes serrés [temps] dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de célébrer le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et senteurs de pacotille étaient autorisées. Comme nous nous réunissions le week-end tous les quatre pour manger le raisin, je me suis achetées deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des trompettes de fête et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups, nous nous serrions dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de célébrer [« faire » ? « fêter » ? Comment on dit ?] le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et senteurs de pacotille étaient autorisées. Comme nous nous réunissions le week-end tous les quatre pour manger [il faut expliciter un peu, je pense : « pour le rituel du » ou quelque chose comme ça…] le raisin, je me suis achetées [grammaire !!!!!] deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des trompettes de fête et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups, nous nous serrions dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Edouard a dit…



Bonjour

lecteur occasionnel de votre blog, je me permets deux remarques:
Je ne connais pas le contexte du texte original mais il faut sans doute lire "cargadas" et non "cagadas" de pega, dont on se demande ce que cela pourrait bien dire... En français "emplies de colle".
Quant à "matasuegras" il s'agit, pour reprendre la définition de la RAE d'un "Tubo enroscado de papel que tiene un extremo cerrado, y el otro terminado en una boquilla por la que se sopla para que se desenrosque bruscamente el tubo y asuste por broma", ce qu'on appelle en français une "langue de belle-mère": "accessoire de cotillon constitué d’un bec, ou d’une sifflet, et d’un tube de papier ou de plastique enroulé sur lui-même, qui se déroule lorsque l’on souffle dans le bec, en émettant éventuellement un son".
Cordialement

Tradabordo a dit…

Bonjour Edouard,

Vos remarques sont non seulement justes, mais aimablement formulées – raison pour laquelle je publie votre commentaire. Nul doute qu'Aurélie fera bon usage de tout cela.
Cordialement

Caroline Lepage

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et emplies de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger le raisin, je me suis achetée deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups, nous nous serrions dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Merci beaucoup Edouard !

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et emplies [« pleines » ; pas plus naturel ?] de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger le raisin [pas assez explicite pour un lecteur francophone], je me suis achetée [grammaire] deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups [idem // il faut décidément ajouter « de minuit »], nous nous serrions dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du nouvel an, j'ai acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du nouvel [majuscule ? À vérifier] an, j'ai acheté [« je me suis acheté »] deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du Nouvel An, je me suis acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du Nouvel An, je me suis acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras [« les uns des autres » ?] avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du Nouvel An, je me suis acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras, les uns des autres, avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril le mardi après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions chaque week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du Nouvel An, je me suis acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras, les uns des autres, avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

Je vais quand même demandé son avis à Elena sur l'ensemble.

Elena a dit…

Bonjour,
Je pense que c'est : "leS mardis" et "LE week-end".
"les uns Les autres"?

Tradabordo a dit…

Alors, Aurélie ?

Merci, Elena !

Aurélie S a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril les mardis après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions le week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du Nouvel An, je me suis acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras, les uns les autres, avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

On en revient comme au début ^^

Aurélie S a dit…

Merci Elena !

Tradabordo a dit…

Rapidement, nous avons décidé de fêter le poisson d'avril les mardis après-midi. Ce jour-là, les boules puantes et pleines de colle étaient autorisées. Comme nous nous réunissions le week-end tous les quatre pour manger les grains de raisin du Nouvel An, je me suis acheté deux longues robes avec décolleté. Nous montions dans la voiture avec des langues de belle-mère et plusieurs tupperwares de raisins pelés et, après les douze coups de minuit, nous nous serrions dans les bras les uns les autres avec affection pour nous souhaiter mutuellement une bonne année.

OK.