lundi 19 octobre 2015

Projet Chloé T 2 – phrases 81-86

A los tres meses de trabajar en la planta media lo ascendieron a la cátedra de argumentos.
Allí era amplia la oficina, tenía aire acondicionado, untaban las medialunas con membrillo de manzana y podía pedir café cuantas veces quisiera. Los autores lo saludaban cuando lo veían por el pasillo, una tarde hubo alguien, incluso, que le estrechó las manos con fuerza y casi le da un abrazo.
A la salida de la fábrica dejó a la descriptora plantada y se fue a un concierto de rock con la arquitecta de escenas. Compraron entradas afiches, pullovers, Coca Cola y rositas de maíz. Cuando terminó el concierto alquilaron un Mustang naranja para cruzar la ciudad, en cada gasolinera se abastecieron de cerveza y combustible.

Traduction temporaire :
Après avoir travaillé trois mois à l'étage du milieu, on le fit monter au département des intrigues. Là, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main vigoureusement et lui donna presque l'accolade. En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de séquences. Ils achetèrent des billets, des affiches, des tee-shirts, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

16 commentaires:

chloé Tessier a dit…

Après avoir travaillé trois mois au rez-de-chaussée, on le fit monter au département des intrigues. Là-bas, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main avec poigne et lui donna presque une accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de scènes. Ils achetèrent des billets, des affiches, des pulls, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

Tradabordo a dit…

Après avoir travaillé trois mois au rez-de-chaussée, on le fit monter au département des intrigues. Là-bas [« Là » tout seul…], le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main avec poigne [????] et lui donna presque une [« l' »] accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de scènes [« séquences »]. Ils achetèrent des billets, des affiches, des pulls [FS], du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

chloé Tessier a dit…

Après avoir travaillé trois mois au rez-de-chaussée, on le fit monter au département des intrigues. Là, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main avec force et lui donna presque l'accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de séquences. Ils achetèrent des billets, des affiches, des tee-shirts, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

Tradabordo a dit…

Après avoir travaillé trois mois au rez-de-chaussée, on le fit monter au département des intrigues. Là, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main avec force [« vigoureusement » ?] et lui donna presque l'accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de séquences. Ils achetèrent des billets, des affiches, des tee-shirts, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

chloé Tessier a dit…

Après avoir travaillé trois mois au rez-de-chaussée, on le fit monter au département des intrigues. Là, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main vigoureusement et lui donna presque l'accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de séquences. Ils achetèrent des billets, des affiches, des tee-shirts, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

Tradabordo a dit…

Après avoir travaillé trois mois au rez-de-chaussée, on le fit monter au département des intrigues. Là, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main vigoureusement et lui donna presque l'accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de séquences. Ils achetèrent des billets, des affiches, des tee-shirts, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

OK.

Elena a dit…

Coucou, Chloé,
Au hasard de mes recherches, je remarque que tu as traduit : "planta media", par "rez-de-chaussée". Or, le "rez-de-chaussée" est "la planta baja".
;-)

Tradabordo a dit…

Bien vu, merci Elena. J'envoie Chloé.

chloé Tessier a dit…

Effectivement Elena, merci pour ton commentaire.
A dire vrai, j'y avais réfléchi et j'avais demandé son avis à une hispanophone.
Dans le texte, le protagoniste navigue entre les étages sans que l'on sache bien combien d'étages comporte le bâtiment.
Il passe d'abord par la « segunda planta » (traduit « deuxième étage »), ensuite par le « sótano » (traduit « sous-sol »), puis par la « planta alta » (traduit « étage supérieur »), pour arriver maintenant à la « planta media ». A chaque étage se trouve un service de l'usine dans laquelle il travaille.
Si « planta media » n'est pas le rez-de-chaussée (ce qui me semble juste, puisqu'il y aurait donc 2 services différents à un même étage), alors il s'agirait du « premier étage »?

Tradabordo a dit…

Elena ?

Elena a dit…

J'avais lu ce texte et j'avais beaucoup aimé d'ailleurs. Je ne peux pas l'affirmer avec certitude, j'ai l'impression que le narrateur ne fait pas une distinction aussi tranchante, car il ne s'agit pas tant de gravir les étages, mais les échelons au sein de "l'entreprise". Peut-être que rester près de la V.O. serait plus prudent : "étage du milieu" (ou quelque chose de la sorte)?

chloé Tessier a dit…

Je suis d'accord avec toi, les étages et son ascension dans l'entreprise sont étroitement liés.
« étage du milieu » me convient. Merci Elena.
Caroline?

Tradabordo a dit…

Remets-moi le bloc avec la bonne traduction.

Tradabordo a dit…

Au fait, merci encore, Elena.

chloé Tessier a dit…

Après avoir travaillé trois mois à l'étage du milieu, on le fit monter au département des intrigues. Là, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main vigoureusement et lui donna presque l'accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de séquences. Ils achetèrent des billets, des affiches, des tee-shirts, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.

chloé Tessier a dit…

Après avoir travaillé trois mois à l'étage du milieu, on le fit monter au département des intrigues. Là, le bureau était spacieux, il y avait la climatisation, les croissants étaient recouverts de gelée de pomme et l'on pouvait demander du café autant de fois que l'on voulait. Les auteurs lui disaient bonjour lorsqu'ils le croisaient dans le couloir ; un après-midi, quelqu'un lui serra même la main vigoureusement et lui donna presque l'accolade.
En sortant de l'usine, il planta l'experte en description et s'en alla à un concert de rock avec l'architecte de séquences. Ils achetèrent des billets, des affiches, des tee-shirts, du Coca-Cola et du pop-corn. À l'issue du concert, ils louèrent une Mustang orange pour traverser la ville ; à chaque station essence, ils faisaient le plein de bières et de carburant.