mercredi 13 avril 2016

Projet Hélène / Audrey – phrases 55-63

Pero no estaba sola: a su lado, Doris Benavides parecía estar disfrutando la lectura y su compañía. Extrañada, dejé mi mochila y salí al patio. Doris era la líder indiscutible del tercer grado A y no porque fuera especialmente bonita ni aplicada (aunque actuaba como tal). Su don consistía en un delicado manejo de las relaciones sociales, que la colocaban a los ojos de las demás siempre unos puntos por encima del resto. Además, ella era quien elegía a sus amigas, no al revés. Su pequeña corte estaba formada por lo más selecto de nuestra aula (la más bella, la que sacaba mayores notas, la mejor deportista). ¿Qué podía haber visto Doris en aquella niña callada y aburrida? La nueva no brillaba por nada especial, pues aunque solía tener permanentemente un libro en las manos, sus notas se mantenían dentro de la media común. Con todo, pronto se hicieron inseparables.

Traduction temporaire :
 Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait apprécier la lecture et sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestée du cours moyen A ; non qu’elle soit particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Ayant le don de maîtriser habilement les relations sociales, elle se plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre groupe (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

12 commentaires:

Hélène a dit…

Mais, elle n’était pas seule: à ses côtés, Doris Benavides semblait profiter de la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je déposai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestable du cours moyen A, non qu’elle fût particulièrement belle ou appliquée (même si elle le feignait). Son don consistait en une délicate maîtrise des relations sociales, qui la plaçait aux yeux de tous toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se constituait des plus sélectes de notre salle (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait-elle bien pu voir Doris dans cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans ses mains, ses notes se maintenaient dans la moyenne. Néanmoins, toutes deux furent bientôt inséparables.

Hélène a dit…

Mais, elle n’était pas seule: à ses côtés, Doris Benavides semblait profiter de la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je déposai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestable du cours moyen A, non qu’elle fût particulièrement belle ou appliquée (même si elle le feignait). Son don consistait en une délicate maîtrise des relations sociales, qui la plaçait aux yeux de tous toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se constituait des plus sélectes de notre salle (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris dans cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans ses mains, ses notes se maintenaient dans la moyenne. Néanmoins, toutes deux furent bientôt inséparables.

J'ai corrigé une erreur de syntaxe, dans la question.

Audrey Louyer a dit…

Mais elle n’était pas seule: à ses côtés, Doris Benavides semblait profiter de la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je déposai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestable du cours moyen A, non qu’elle fût particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Son don consistait en une habile maîtrise des relations sociales qui la plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre cours (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Tradabordo a dit…

Mais elle n’était pas seule[espace]: à ses côtés [« près d'elle » ?], Doris Benavides semblait profiter de [FS ici ?] la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je dé[nécessaire ?]posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestable [« incontestée » ? Je vous laisse vérifier] du cours moyen A, [point-virgule ?] non qu’elle fût [fait-on vraiment la concordance des temps ?] particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Son [je ne sais pas si c'est très bien avec le possessif : « Elle avait le don de… » ? Essayez…] don consistait en une habile maîtrise des relations sociales qui la plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre cours (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Hélène a dit…

Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait se délecter de la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestée [« incontestée » ? Je vous laisse vérifier. La différence est subtile : 1) incontesté : qui n'est contestée / 2) incontestable : qui ne peut être contesté. Quant à l'usage, avec une personne, c'est clairement "incontesté" qui ressort le plus] du cours moyen A ; non qu’elle fût [fait-on vraiment la concordance des temps ? Cela ne me choque pas dans ce cas...] particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Elle avait le don de maîtriser habilement les relations sociales, ce qui la plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre cours (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Tradabordo a dit…

Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait se délecter [pas un peu fort ? J'hésite… Audrey, ton avis ?] de la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la [possessif ?] meneuse incontestée [« incontestée » ? Je vous laisse vérifier. La différence est subtile : 1) incontesté : qui n'est contestée / 2) incontestable : qui ne peut être contesté. Quant à l'usage, avec une personne, c'est clairement "incontesté" qui ressort le plus /// OK pour « incontestée », alors] du cours moyen A ; non qu’elle fût [fait-on vraiment la concordance des temps ? Cela ne me choque pas dans ce cas... /// oui, mais vu qu'il s'agit de petites filles, ça ne me semble pas très naturel] particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Elle avait [Construis avec « ayant » ; cela te facilitera la suite…] le don de maîtriser habilement les relations sociales, ce qui la plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre cours (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Hélène a dit…

Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait se délecter [pas un peu fort ? J'hésite… Audrey, ton avis ?] de la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la [possessif ? ça ne va pas avec la suite "du cours moyen A"] meneuse incontestée du cours moyen A ; non qu’elle soit particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Ayant le don de maîtriser habilement les relations sociales, elle se plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre cours (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Audrey Louyer a dit…

Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait jouir de la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la [possessif ? ça ne va pas avec la suite "du cours moyen A" => je ne comprends pas] meneuse incontestée du cours moyen A ; non qu’elle soit particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Ayant le don de maîtriser habilement les relations sociales, elle se plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre groupe [car deux cours dans la phrase ça me semble faire beaucoup...](la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Tradabordo a dit…

Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait jouir de [déjà que je trouvais se délecter un peu fort ;-)))))] la lecture et de sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestée du cours moyen A ; non qu’elle soit particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Ayant le don de maîtriser habilement les relations sociales, elle se plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre groupe [car deux cours dans la phrase ça me semble faire beaucoup...](la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Hélène a dit…

Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait apprécier la lecture et sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestée du cours moyen A ; non qu’elle soit particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Ayant le don de maîtriser habilement les relations sociales, elle se plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre groupe (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

Excusez le retard... C'est reparti de mon côté également :-)

Tradabordo a dit…

T'excuse pas, cette période de l'année est affreuse pour tout le monde.

Mais elle n’était pas seule : près d'elle, Doris Benavides semblait apprécier la lecture et sa compagnie. Étonnée, je posai mon cartable et sortis dans la cour. Doris était la meneuse incontestée du cours moyen A ; non qu’elle soit particulièrement belle ou appliquée (même si elle feignait de l'être). Ayant le don de maîtriser habilement les relations sociales, elle se plaçait, aux yeux des autres, toujours quelques points au-dessus du lot. De plus, c’était elle qui choisissait ses amis, pas l’inverse. Sa petite cour se composait des plus sélectes de notre groupe (la plus belle, celle qui obtenait les meilleures notes, la plus grande sportive). Qu’avait bien pu voir Doris chez cette fillette silencieuse et ennuyeuse ? La nouvelle ne brillait en rien ; même si elle tenait en permanence un livre dans les mains, ses notes ne dépassaient pas la moyenne générale. Néanmoins, elles devinrent bientôt inséparables.

OK.

Audrey ?

Audrey Louyer a dit…

OK aussi. Et de retour aussi!