jeudi 7 avril 2016

Projet Chloé 12 – phrases 57-68

—¿Por dónde seguimos? pregunté cuando estábamos a media cuadra del puente. Me entró la duda.
—Creo que cruzamos Ferrocarril, bajamos por el Mercado y salimos por la Plaza Huamanmarca, dijo Fredy.
—Calla, huevón, respondió Rubén. ¿Tú crees que en plena Plaza o en el mercado no hay patrullas? Mejor bajamos por Puno, nos metemos a Ayacucho hasta Junín y trepamos por Cajamarca.
—Eso es como hacer una «U». Nos vamos a amanecer lateando, compadre.
—Nos amanecemos, pero llegamos, pe.
Decidimos seguir la ruta de Rubén. Cruzamos el ferrocarril, bajo el puente, agazapados y raudos, vigilando que nada apareciera en el horizonte de la Avenida Giráldez. Entramos por Puno, Amazonas, hasta Ayacucho.

Traduction temporaire :
— On va par où ? demandai-je lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'il faut qu'on traverse Ferrocarril, qu'on descende par le Marché et là, on aboutit Plaza Huamanmarca, expliqua Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine Huanmanmarca ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, filer par Ayachucho jusqu'à Junín, et monter par Cajamarca.
— Voilà, c'est comme si on faisait un « U ». On va arriver au lever du jour en en bavant, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff.
Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et rapides, en prenant garde que rien ne surgisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

9 commentaires:

Chloé Gauthier a dit…

— On continue où ? demandai-je lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'on traverse Ferrocarril, on descend par le Marché et on se dirige vers la Place Huamanmarca, explica Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine place ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, on s'engage par Ayachucho jusqu'à Junín, et on grimpe par Cajamarca.
— Voilà comment former un « U ». On va arriver au lever du jour péniblement, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff. Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et fugaces, en prenant garde que rien n'apparaisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

Tradabordo a dit…

— On continue où [pas très clair… Il faut que tu te mettes dans la même situation qu'eux et que tu réfléchisses à ta trad à partir de ça, pas par rapport aux mots seulement…] ? demandai-je [on était bien au passé simple ? Vérifie] lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'on [« il faut qu'on » ? Je te laisse voir… le cas échéant, il faudra adapter la suite] traverse Ferrocarril, on descend par le Marché et on se dirige [« aboutir » ?] vers la Place Huamanmarca, explica [GAUTHIER ! Pour la peine, je te laisse relire la suite sans même la regarder… Fais le ménage] Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine place ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, on s'engage par Ayachucho jusqu'à Junín, et on grimpe par Cajamarca.
— Voilà comment former un « U ». On va arriver au lever du jour péniblement, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff. Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et fugaces, en prenant garde que rien n'apparaisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

Chloé Gauthier a dit…

— On va par où ? demandai-je [on était bien au passé simple ? Vérifie/Oui, on est au PS] lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'il faut qu'on traverse Ferrocarril, qu'on descende par le Marché et on aboutit sur la Place Huamanmarca, expliqua Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine place ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, on s'engage par Ayachucho jusqu'à Junín, et on grimpe par Cajamarca.
— Voilà comment former un « U ». On va arriver au lever du jour péniblement, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff. Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et fugaces, en prenant garde que rien n'apparaisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

Tradabordo a dit…

— On va par où ? demandai-je lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'il faut qu'on traverse Ferrocarril, qu'on descende par le Marché et [cheville : « là, »] on aboutit sur la Place Huamanmarca, expliqua Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine place [mets le nom, plutôt] ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, on s'engage [pas très naturel] par Ayachucho jusqu'à Junín, et on grimpe [tu le dirais ?] par Cajamarca.
— Voilà comment [texte ?] former un « U ». On va arriver au lever du jour péniblement [naturel ?], mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff.
Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et fugaces [?], en prenant garde que rien n'apparaisse [mal dit] à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

Chloé Gauthier a dit…

— On va par où ? demandai-je lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'il faut qu'on traverse Ferrocarril, qu'on descende par le Marché et là, on aboutit sur la Place Huamanmarca, expliqua Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine Huanmanmarca ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, on file par Ayachucho jusqu'à Junín, et on monte par Cajamarca.
— Voilà, c'est comme former un « U ». On va arriver au lever du jour en en bavant, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff.
Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et rapides, en prenant garde que rien ne surgisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

Tradabordo a dit…

— On va par où ? demandai-je lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'il faut qu'on traverse Ferrocarril, qu'on descende par le Marché et là, on aboutit sur la Place [supprime « sur la » et laisse en esp.] Huamanmarca, expliqua Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine Huanmanmarca ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, on file [« filer » ?] par Ayachucho jusqu'à Junín, et on monte [idem… avec un infinitif ?] par Cajamarca.
— Voilà, c'est comme former un « U » [est-ce clair pour le lecteur ?]. On va arriver au lever du jour en en bavant, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff.
Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et rapides, en prenant garde que rien ne surgisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

Chloé Gauthier a dit…

— On va par où ? demandai-je lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'il faut qu'on traverse Ferrocarril, qu'on descende par le Marché et là, on aboutit Plaza Huamanmarca, expliqua Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine Huanmanmarca ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, filer par Ayachucho jusqu'à Junín, et monter par Cajamarca.
— Voilà, c'est comme si on faisait un « U » . On va arriver au lever du jour en en bavant, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff.
Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et rapides, en prenant garde que rien ne surgisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

Chloé Gauthier a dit…

Seguimos ? :D

Tradabordo a dit…

— On va par où ? demandai-je lorsque nous étions à quelques pas du pont. Le doute m'envahit.
— Je crois qu'il faut qu'on traverse Ferrocarril, qu'on descende par le Marché et là, on aboutit Plaza Huamanmarca, expliqua Fredy.
— Tais-toi, abruti, répondit Rubén. Tu crois qu'en pleine Huanmanmarca ou au marché, il n'y a pas de patrouilles ? Il vaut mieux descendre par Puno, filer par Ayachucho jusqu'à Junín, et monter par Cajamarca.
— Voilà, c'est comme si on faisait un « U ». On va arriver au lever du jour en en bavant, mon ami.
— On va arriver au lever du jour, mais on va arriver, pff.
Nous décidâmes d'emprunter la route de Rubén. Nous traversâmes le chemin de fer, sous le pont, cachés et rapides, en prenant garde que rien ne surgisse à l'horizon de l'avenue Giráldez. Nous entrâmes par Puno, Amazonas, jusqu'à Ayacucho.

OK.