vendredi 8 avril 2016

Projet Camille / Angélique 3 – phrases 82-95

No sabes por qué te asalta ese pensamiento, pero tampoco le prestas mucha atención. Detrás de ti está la escotilla de acceso superior. Está abierta, hay una rendija. La empujas un poco y cede, aunque chirría rompiendo la calma de los alrededores. Te ha parecido oír un lamento superpuesto al ruido metálico de la puerta. Serán imaginaciones tuyas.
Entras.
El interior está sucio y huele a cerrado o a viejo o a abandonado, pero sigue siendo el típico habitáculo de una nave de exploración de Umma. Está oscuro, el ambiente es ciertamente cálido y no hay humedad.
(tampoco hay espejos)
Avanzas por los desiertos pasillos metálicos. Hay pequeñas huellas de tierra seca en el suelo, pero tú no las ves. La puerta de la sala de mando está abierta de par en par.
Vas a asustarte pronto.

Traduction temporaire :
Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grince, rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

14 commentaires:

Camille a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu l'as pousse un peu et elle cède, même si elle grinçait, cassant le calme des alentours. Il t'a paru entendre une plainte en même temps que le bruit métallique de la porte. C'était une de tes imaginations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça continue d'être l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est certainement chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt être horrifiée.

Tradabordo a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu l'as pousse [grammaire] un peu et elle cède, même si [pour le coup, je me demande si ce ne serait pas mieux avec « bien que »] elle grinçait, cassant [bof] le calme des alentours [ou « environnant » ? Comme vous voulez…]. Il t'a paru entendre une plainte en même temps que [littéral ?] le bruit métallique de la porte. C'était une de tes imaginations [mal dit]. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça continue d'être [« reste »] l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est certainement [sûre ici ?] chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt être horrifiée [inexact ?].

Angélique Gambiny a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçât, rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est en effet chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Tradabordo a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçât [pas besoin de faire la concordance des temps], rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte [« superpuesto » ?] au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est en effet [pas dans le sens « évidemment » ? Regardez ce que dit le dico unilingue] chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Camille a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçait, rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Tradabordo a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçait [grammaire : bien que + subj], rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Camille a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçât, rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Tradabordo a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçât [on fait la concordance des temps ou pas ? J'hésite…], rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Camille Fgt a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçât [on fait la concordance des temps ou pas ? J'hésite… // Au début vous nous aviez dit de la faire, puis non, et enfin qu'il fallait la faire. Du coup je ne sais pas quoi vous répondre], rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Tradabordo a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grinçât [on fait la concordance des temps ou pas ? J'hésite… // Au début vous nous aviez dit de la faire, puis non, et enfin qu'il fallait la faire. Du coup je ne sais pas quoi vous répondre…………… Je ne parle pas du subjonctif – obligatoire – mais présent ou passé : « grincât » ou « grince » ? Le cas échéant, oui, vérifiez si ce qu'on a fait jusque-là], rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Camille Fgt a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grince [je pense que le subjonctif présent est plus approprié, vu que presque tout le texte est écrit au présent], rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

Tradabordo a dit…

Tu ne sais pas pourquoi cette pensée t'assaille, mais tu n'y prêtes pas beaucoup attention non plus. Derrière toi, se trouve l'écoutille de l'accès supérieur. Elle est ouverte, il y a un interstice. Tu la pousses un peu et elle cède, bien qu'elle grince, rompant le calme environnant. Il t'a paru entendre une plainte superposée au bruit métallique de la porte. C'était une de tes hallucinations. Tu entres.
L'intérieur est sale et sent le renfermé, ou le vieux, ou l'abandon, mais ça reste l'habitat typique d'un vaisseau d'exploration d'Umma. Il fait sombre, l'atmosphère est évidemment chaude et il n'y a pas d'humidité.
(pas de miroir non plus)
Tu avances à travers les déserts de couloirs métalliques. Des petites traces de terre séchées se trouvent sur le sol, mais toi, tu ne les vois pas. La porte de la salle de commande est grande ouverte.
Tu vas bientôt avoir peur.

OK.

Merci de répondre à la question que je vous pose à la fin de : phrases 72-81.

Même question qu'à la fin de la section précédente : continuez-vous seule ou est-ce que j'attends l'avis d'Angélique pour enregistrer ?

Camille Fgt a dit…

Navrée je n'avais pas vu.

En ce qui concerne Angélique, elle m'a dit de continuer pour l'instant toute seule.
Elle reviendra un peu plus tard quand elle aura régler ces problèmes personnels.

Tradabordo a dit…

OK.