vendredi 29 janvier 2016

Projet Maxime / Justine – phrases 16-18

Al respecto, creo entrever algunas caras de suspicacia, no crean que me hago rico con esto, hay que cubrir los gastos, todo esto cuesta dinero, el alquiler de la sala y mis colaboradores, por mucho aprecio que me guarden tienen también el mal gusto de alimentarse y no les gusta la carroña humana que dejarán sus despojos. A propósito, deshacerse de los cuerpos, ¡qué trabajo que cuesta! Créanme, voy casi a pérdida.

Traduction temporaire :
À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je sois devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même s'ils m'apprécient beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de manger, or, ils n'aiment pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se débarrasser des corps, quelle énorme besogne ! Croyez-moi, je travaille presque à perte.

21 commentaires:

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages de méfiance, vous ne pensez pas que je suis devenu riche avec ceci, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent, le loyer de la salle et mes collaborateurs, autant j'apprécie que vous me protégiez, vous avez quand même le mauvais goût de vous alimenter et vous n'aimez pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Tradabordo a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages de méfiance [????? Mal dit], vous ne pensez pas [CS] que je suis devenu riche avec ceci [non], il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent, le loyer [« location » ?] de la salle et mes collaborateurs, autant j'apprécie que vous me protégiez [CS],


vous avez quand même le mauvais goût de vous alimenter et vous n'aimez pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants,ne croyez pas que je suis devenu riche avec ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent, la location de la salle et mes collaborateurs, même si j'apprécie que vous me protégiez, vous avez quand même le mauvais goût de vous alimenter et vous n'aimez pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Tradabordo a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants,[espace]ne croyez pas [ou : « n'allez pas croire »] que je suis devenu riche avec [« grâce à » ?] ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent, [deux points ? Comme vous voulez] la location de la salle et mes collaborateurs, même si j'apprécie que vous me protégiez [CS], vous avez quand même le mauvais goût de vous alimenter et vous n'aimez pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'aller pas croire que je suis devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même si j'estime que vous me protégez, vous avez quand même le mauvais goût de vous alimenter et vous n'aimez pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Tradabordo a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'aller [grammaire] pas croire que je suis devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même si j'estime que vous [CS] me protégez, vous avez quand même le mauvais goût de vous alimenter et vous n'aimez pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je suis devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même si j'estime qu'ils me protègent, ils ont quand même le mauvais goût de s'alimenter et ils n'aiment pas la chaire humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Elena a dit…

Bonjour,
Voici mes suggestions :

Al respecto, creo entrever algunas caras de suspicacia, no crean que me hago rico con esto, hay que cubrir los gastos, todo esto cuesta dinero, el alquiler de la sala y mis colaboradores, por mucho aprecio que me guarden tienen también el mal gusto de alimentarse y no les gusta la carroña humana que dejarán sus despojos. A propósito, deshacerse de los cuerpos, ¡qué trabajo que cuesta! Créanme, voy casi a pérdida.
À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je suis devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même si j'estime qu'ils me protègent [Je pense qu'ici, c'est plutôt dans le sens : "même s'ils m'apprécient beaucoup"], ils ont quand même le mauvais goût de s'alimenter ["nourrir" ?] et ils n'aiment pas la chaire humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte [CS = Dans le sens de "travailler à perte"].

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je suis devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même si je les apprécie beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de se nourrir et ils n'aiment pas la chaire humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je cours pratiquement à ma perte.

Elena a dit…

Je me permets d'intervenir de nouveau pour vous signaler qu'ils subsistent de petites erreurs :
1- CS = por mucho aprecio que ME guardeN → Ce "me", c'est un complément qui signifie : "à moi" et "guardeN" s'accorde avec "ils" → "les employés"
2- " voy casi a pérdida" = signifie qu'il travaille presque "à perte", ça n'est pas lui, la personne, qui cours à SA perte, mais ses gains.

J'espère vous avoir aidé...

Tradabordo a dit…

Pour info, Maxime : Elena est l'une des hispanophones du groupes… une bonne traductrice, qui nous aide à débloquer des phrases un peu complexes. Lisez bien ce qu'elle vous propose et si une chose n'est pas claire ou qu'il reste encore des zones d'ombre dans le passage, n'hésitez pas à lui poser des questions.

Merci, Elena.

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je suis devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même s'ils m'apprécient beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de se nourrir et ils n'aiment pas la chaire humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte !
Croyez moi, je travaille presque à perte.

Tradabordo a dit…

VOUS PENSEREZ À REMERCIER ELENA.


Al respecto, creo entrever algunas caras de suspicacia, no crean que me hago rico con esto, hay que cubrir los gastos, todo esto cuesta dinero, el alquiler de la sala y mis colaboradores, por mucho aprecio que me guarden tienen también el mal gusto de alimentarse y no les gusta la carroña humana que dejarán sus despojos. A propósito, deshacerse de los cuerpos, ¡qué trabajo que cuesta! Créanme, voy casi a pérdida.

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je suis [mettons plutôt du subjonctif] devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même s'ils m'apprécient beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de se nourrir [ou « manger » ? Comme vous voulez] et [ou est-ce dans le sens « or, »] ils n'aiment pas la chaire humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quel travail que cela coûte [cette phrase n'a pas de sens] !
Croyez moi, je travaille presque à perte.

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je sois devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même s'ils m'apprécient beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de manger or, ils n'aiment pas la chaire humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire des corps, quelle tâche importante !
Croyez moi, je travaille presque à perte.

Maxime DEGRAS a dit…

Je te remercie pour ta précieuse aide Elena =)

Elena a dit…

:-)

Tradabordo a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je sois devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même s'ils m'apprécient beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de manger, or, ils n'aiment pas la chaire humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se défaire [« débarrasser » ?] des corps, quelle tâche importante [j'hésite] !
Croyez moi [tiret], je travaille presque à perte.

Maxime DEGRAS a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je sois devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même s'ils m'apprécient beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de manger, or, ils n'aiment pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se débarrasser des corps, quelle énorme besogne !
Croyez-moi, je travaille presque à perte.

Tradabordo a dit…

À ce sujet, je crois entrevoir quelques visages méfiants, n'allez pas croire que je sois devenu riche grâce à ça, il faut couvrir les dépenses, tout ceci coûte de l'argent : la location de la salle et mes collaborateurs. Même s'ils m'apprécient beaucoup, ils ont quand même le mauvais goût de manger, or, ils n'aiment pas la chair humaine que laisseront vos dépouilles. À propos, se débarrasser des corps, quelle énorme besogne !
Croyez-moi, je travaille presque à perte.

OK.

Tradabordo a dit…

Justine ?

Justine Édé a dit…

OK je valide