vendredi 29 janvier 2016

Projet Camille / Angélique – phrases 11-15

Se inclinó y se miró en su cadáver como antes solía mirarse en el espejo. ¡Qué avejentado! ¡Y esas envolturas de carne gastada! - Si yo pudiera alzarle los párpados quizá la luz azul de mis ojos ennobleciera otra vez el cuerpo - pensó. Porque así, sin la mirada, esos mofletes y arrugas, las curvas velludas de la nariz y los dos dientes amarillos, mordiéndose el labio exangüe estaban revelándole su aborrecida condición de mamífero.

Traduction temporaire :
Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement prématuré ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anoblirait de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, ces grosses joues et rides, les courbes velues de son nez, ses deux dents jaunes mordant sa lèvre exsangue, lui révélaient son affreuse condition de mammifère.

14 commentaires:

Angélique Gambiny a dit…

Il s'inclina et se regarda dans son cadavre, comme il avait avant pour habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais ouvrir les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux ennoblira à nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant les lèvres exsangues, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère.

Tradabordo a dit…

Il s'inclina [ou « se pencha » ? Voyez lequel est mieux…] et se regarda dans son cadavre, comme il avait avant [placez-le avant] pour habitude [en le formulant comme ça, vous changez légèrement le sens ; restez plus près de la V.O.] de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement [pas exactement cela…] ! Et ces enveloppes de chair usée [pas très clair pour le lecteur qui n'aurait pas la V.O. à côté / là, on est dans un cas où vous avez traduit littéralement et où on est obligé de changer… Pour cela, commencez par vous demander ce que l'auteur a voulu dire – le sens – et ensuite, rendez-le le plus naturellement possible, en oubliant le texte de départ] ! - Si je pouvais ouvrir [littéral, ça ne marche pas ?] les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux ennoblira [temps] à [« de »] nouveau mon corps, pensa-t-il.

Faisons déjà cela.

Car ainsi, sans la vue, et en se mordant les lèvres exsangues, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère.

Camille a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant quand il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quelle mort prématurée ! Et cette enveloppe de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant les lèvres exsangues, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère.

Tradabordo a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant quand il avait [pas ce que dit la V.O.] l'habitude de se regarder dans le miroir. Quelle mort [pas ce que dit la V.O.] prématurée ! Et cette enveloppe [singulier ou pluriel ? En fait, il parle de son corps en général ou justement de ses paupières ? Une vraie question…] de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant les lèvres [????] exsangues, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère.

Angélique Gambiny a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quelle sénescence ! Et ces enveloppes [je le vois au pluriel, je ne pense pas qu’il parle de son corps en général] de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant la lèvre exsangue, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère.

Tradabordo a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quelle sénescence [j'adore le mot… mais est-ce qu'on n'a pas une rupture de registre par rapport à l'espagnol ? Le terme est assez soutenu en français… alors que ça n'est pas vraiment le cas en espagnol. Peut-être que vous serez obligées de faire une périphrase…] ! Et ces enveloppes [je le vois au pluriel, je ne pense pas qu’il parle de son corps en général //// d'accord avec vous…] de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant la lèvre exsangue, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère [est-ce que ce changement de syntaxe est vraiment nécessaire ?].

Camille a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quelle vieillesse précoce ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant la lèvre exsangue, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère [ça nous semblait plus naturel comme ça].

Tradabordo a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quelle vieillesse [je crois qu'il faut passer par vieillissement] précoce ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant la lèvre exsangue, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère [ça nous semblait plus naturel comme ça].

Pour être certaine que vous avez fait le bon choix, j'ai quand même besoin de voir ce que donnait la trad littérale… Je vous ai dit : dans un premier temps, on essaie d'être le plus fidèle possible à la V.O. et c'est en jugeant sur pièce qu'on décide de laisser ou changer. Mettez-moi les deux solutions… pour que je me rende compte.

Angélique Gambiny a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement précoce ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, et en se mordant la lèvre exsangue, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère. // Car ainsi, sans la vue, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, en se mordant la lèvre exsangue, lui révélaient son affreuse condition mammifère.

Tradabordo a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement précoce [« prématuré »] ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il.

Porque así, sin la mirada, esos mofletes y arrugas, las curvas velludas de la nariz y los dos dientes amarillos, mordiéndose el labio exangüe estaban revelándole su aborrecida condición de mamífero.

Car ainsi, sans la vue, et en se mordant la lèvre exsangue, ces grosses joues et ces rides, les courbes velues de son nez, et ses deux dents jaunes, lui révélaient son affreuse condition mammifère.

Décidément, la 2e version est mieux… plus claire – ce sont les dents qu'il décrit qui mordent…

Car ainsi, sans la vue, ces grosses joues et ces [nécessaire ?] rides, les courbes velues de son nez, et [nécessaire ?] ses deux dents jaunes, en [supprimez : « , en »] se mordant la lèvre exsangue, lui révélaient [« montraient » ?] son affreuse condition [« de » ? Comme vous voulez] mammifère.

Camille a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement prématuré ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il.

Car ainsi, sans la vue, ces grosses joues et rides, les courbes velues de son nez, ses deux dents jaunes, se mordant la lèvre exsangue, lui révélaient [ on préfère le "révéler" à "montrer", c'est juste quand même ? ] son affreuse condition de mammifère.

Tradabordo a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement prématuré ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anobliraient de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, ces grosses joues et rides, les courbes velues de son nez, ses deux dents jaunes, se mordant la lèvre [« ses deux dents jaunes mordant…  » ?] exsangue, lui révélaient [ on préfère le "révéler" à "montrer", c'est juste quand même ? Oui, bien sûr… Sachez que la plupart du temps, mes interventions sont des propositions ; c'est pour ça que quand j'insiste – par exemple en cours –, il faut me faire confiance ;-))))] son affreuse condition de mammifère.

Angélique Gambiny a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement prématuré ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anoblirait de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, ces grosses joues et rides, les courbes velues de son nez, ses deux dents jaunes mordant sa lèvre exsangue, lui révélaient son affreuse condition de mammifère.

Tradabordo a dit…

Il se pencha et se regarda dans son cadavre, comme avant il avait l'habitude de se regarder dans le miroir. Quel vieillissement prématuré ! Et ces enveloppes de chair usée ! - Si je pouvais relever les paupières, peut-être que la lumière bleue de mes yeux anoblirait de nouveau mon corps, pensa-t-il. Car ainsi, sans la vue, ces grosses joues et rides, les courbes velues de son nez, ses deux dents jaunes mordant sa lèvre exsangue, lui révélaient son affreuse condition de mammifère.

Parfait.