mercredi 2 novembre 2016

Projet Hélène / Audrey – phrases 104-105

Eso me gustó de ella, así como la rápida complicidad que se estableció entre nosotras, pues ambas compartíamos las más asombrosas y mágicas ideas acerca del mundo y de las cosas: al igual que yo, adoraba los días sin sol, los juguetes antiguos y a los gatos antes que a los perros. Por ella conocí los cuentos de Scheherazade (donde los ladrones son hervidos en tinajas de aceite), la mitología griega (con Cronos que devoraba a sus hijos) y un sinfín de leyendas polacas, pobladas de hombres lobo, fantasmas en campanarios y dragones que descuartizan a valientes caballeros.

Traduction temporaire :
Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos qui dévorait ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes errant dans des clochers et de dragons taillant en morceaux de preux chevaliers.

15 commentaires:

Audrey Louyer a dit…

Cela me plut chez elle, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions toutes les deux les mêmes idées, étonnantes et magiques, sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats, plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos dévorant ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes dans des clochers et de dragons qui taillaient en morceaux de preux chevaliers.

Tradabordo a dit…

Attendez, avant de commenter : je me suis embrouillée avec la numérotation et j'ai deux morceaux en cours. Ça, en théorie est-ce que ça ne devrait pas être 103-104 ?

Hélène a dit…

Ce devrait être 104-105. Les deux précédentes portaient le n°101-103.

Tradabordo a dit…

Je corrige.

Tradabordo a dit…

Cela me plut chez elle [le « chez elle » est-il nécessaire ?], tout comme [« de même que » ? Vous avez « toutes » juste après] la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions toutes les deux [nécessaire ?] les mêmes [ah zut] idées,

Bon, réglez déjà les pbs de répétitions dans cette section.

étonnantes et magiques, sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats, plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos dévorant ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes dans des clochers et de dragons qui taillaient en morceaux de preux chevaliers.

Hélène a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les mêmes idées,

Tradabordo a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les mêmes idées,

OK.

Tu peux enchaîner avec la suite – laisse le début.

Hélène a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les mêmes idées, étonnantes et magiques, ["nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques" ? Pour respecter la VO et l'emploi du superlatif] sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats, [j'hésite pour la virgule] plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos dévorant ["qui dévorait" ? Pour s'économiser un participe présent] ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes [Cheville "errant" ?] dans des clochers et de dragons qui taillaient [ici, le participe présent me semble bcp plus naturel] en morceaux de preux chevaliers.

Tradabordo a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les mêmes idées,

las más asombrosas y mágicas ideas acerca del mundo y de las cosas: al igual que yo, adoraba los días sin sol, los juguetes antiguos y a los gatos antes que a los perros. Por ella conocí los cuentos de Scheherazade (donde los ladrones son hervidos en tinajas de aceite), la mitología griega (con Cronos que devoraba a sus hijos) y un sinfín de leyendas polacas, pobladas de hombres lobo, fantasmas en campanarios y dragones que descuartizan a valientes caballeros.

étonnantes et magiques, ["nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques" ? Pour respecter la VO et l'emploi du superlatif /// Oui. Fais-le et je regarde la suite après… Sinon, je n'y vois rien] sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats, [j'hésite pour la virgule] plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos dévorant ["qui dévorait" ? Pour s'économiser un participe présent] ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes [Cheville "errant" ?] dans des clochers et de dragons qui taillaient [ici, le participe présent me semble bcp plus naturel] en morceaux de preux chevaliers.

Hélène a dit…

Eso me gustó de ella, así como la rápida complicidad que se estableció entre nosotras, pues ambas compartíamos las más asombrosas y mágicas ideas acerca del mundo y de las cosas: al igual que yo, adoraba los días sin sol, los juguetes antiguos y a los gatos antes que a los perros. Por ella conocí los cuentos de Scheherazade (donde los ladrones son hervidos en tinajas de aceite), la mitología griega (con Cronos que devoraba a sus hijos) y un sinfín de leyendas polacas, pobladas de hombres lobo, fantasmas en campanarios y dragones que descuartizan a valientes caballeros.

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats, [j'hésite pour la virgule] plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos qui dévorait ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes errant dans des clochers et de dragons taillant en morceaux de preux chevaliers.

Tradabordo a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats, [j'hésite pour la virgule / je la supprimerais] plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos qui dévorait ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes errant dans des clochers et de dragons taillant en morceaux de preux chevaliers.

Hélène a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos qui dévorait ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes errant dans des clochers et de dragons taillant en morceaux de preux chevaliers.

OK.

Tradabordo a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos qui dévorait ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes errant dans des clochers et de dragons taillant en morceaux de preux chevaliers.

OK.

Audrey ?

Je crois que la suite y est déjà, non ?

Audrey Louyer a dit…

Cela me plut, tout comme la complicité qui s'établit rapidement entre nous, car nous partagions les idées les plus étonnantes et magiques sur le monde et sur les choses : comme moi, elle adorait les jours sans soleil, les jouets anciens et les chats plutôt que les chiens. Grâce à elle, je découvris les contes de Shéhérazade (où les voleurs sont plongés dans des jarres d'huile bouillante), la mythologie grecque (avec Chronos qui dévorait ses fils) et un nombre incalculable de légendes polonaises, peuplées de loups-garous, de fantômes errant dans des clochers et de dragons taillant en morceaux de preux chevaliers.

OK pour moi

Hélène a dit…

oui, la suite est publiée. Je fais une proposition de trad. de ce pas !