vendredi 18 novembre 2016

Projet Wendy / Magali 2 – phrases 11-18

Pero algo le frena, y no es otra cosa que la presencia de Ana. La ha visto bailando al fondo, entre la marabunta aquella. ¿Para qué perder los últimos minutos de su vida con aquel gilipollas de Marcos pudiendo morir abrazándola a ella?
—Perdón, perdón —dice mientras se abre camino hasta Ana.
Ya casi ha llegado. Tiene calor, le sobra la chaqueta y las luces estroboscópicas y los flashes le traen mareado. El roce con la gente caldea su ánimo y le vuelve un poco violento. Aún así, no hay tiempo para peleas, se lo ha prometido.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

4 commentaires:

cielo PLAT a dit…

Mais quelque chose le freine et ça ne peut être que la présence d'Ana. Il l'a vue en train de danser dans le fond, au milieu de cette foule. A quoi bon perdre ses dernières minutes de souffle avec cet idiot de Marcos alors qu’il pourrait donner sa vie pour l’embrasser ?
- Pardon, pardon, dit-il tout en se frayant un passage jusqu'à Ana. Ça y est, il est presque arrivé. Il a chaud, sa veste est de trop, les lumières des stroboscopes et les flashes lui donnent la nausée. Le contact avec les gens échauffe son esprit et le rend un peu violent. Là encore, pas le temps de se battre, il se l’ait promis.

cielo PLAT a dit…

Mais quelque chose le freine et ça ne peut être que la présence d'Ana. Il l'a vue en train de danser dans le fond, au milieu de cette foule. A quoi bon perdre ses dernières minutes de souffle avec cet idiot de Marcos alors qu’il pourrait donner sa vie pour l’embrasser ?
- Pardon, pardon, dit-il, tout en se frayant un passage jusqu'à Ana. Ça y est, il est presque arrivé. Il a chaud, sa veste est de trop, les lumières des stroboscopes et les flashs lui donnent la nausée. Le contact avec les gens échauffe son esprit et le rend un peu violent. Là encore, pas le temps de se battre, il se l’ait promis.

cielo PLAT a dit…

Mais quelque chose le freine et ça ne peut être que la présence d'Ana. Il l'a vue en train de danser dans le fond, au milieu de cette foule. A quoi bon perdre ses dernières minutes de souffle avec cet idiot de Marcos alors qu’il pourrait donner sa vie pour l’embrasser ?
- Pardon, pardon, dit-il, tout en se frayant un passage jusqu'à Ana. Ça y est, il est presque arrivé. Il a chaud, sa veste est de trop, les lumières des stroboscopes et les flashes lui donnent la nausée. Le contact avec les gens échauffe son esprit et le rend un peu violent. Là encore, pas le temps de se battre, il se l’ait promis.

Tradabordo a dit…

Mais quelque chose le freine et ça ne peut être que [pas ce que dit la V.O.] la présence d'Ana. Il l'a vue en train de danser dans le fond, au milieu de cette foule. A [accentuez les majuscules] quoi bon perdre ses dernières minutes de souffle [pourquoi vous changez ?] avec cet idiot de Marcos alors qu’il pourrait donner sa vie [texte ?] pour l’embrasser ?

Faisons déjà ça.

- Pardon, pardon, dit-il, tout en se frayant un passage jusqu'à Ana. Ça y est, il est presque arrivé. Il a chaud, sa veste est de trop, les lumières des stroboscopes et les flashes lui donnent la nausée. Le contact avec les gens échauffe son esprit et le rend un peu violent. Là encore, pas le temps de se battre, il se l’ait promis.