samedi 19 novembre 2016

Projet Laëtitia / Michaël – phrases 12-15

La bala de cañón acepta su fortuna, pero su causa no ha sido la de aquellos que la controlan. En el instante último desafía una vez más todo conocimiento y toda ley y cumple su  causa más íntima. Se eleva con todo su ser de plomo, abandona la superficie que la ata y logra la maravilla del vuelo.
Muere de una sola palabra, libre como nunca antes, pero cierta que no conseguirá la redención.

Traduction temporaire :
La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont aucun lien avec les raisons de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, pourtant certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

15 commentaires:

Michael Salaün a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais sa raison n’a pas été celle de ceux qui la contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et remplit sa cause la plus intime. Elle s’élève avec tout son être de plomb, abandonne l’espace qui la retient et réussi à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, mais certaine qu’elle n’obtiendra pas sa rédemption.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais sa raison n’a pas été celle de ceux qui la contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et remplit sa cause la plus intime. Elle s’élève avec tout son être de plomb, abandonne l’espace qui la retient et réussi à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, mais certaine qu’elle n’obtiendra pas sa rédemption.

Tradabordo a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais sa raison [pluriel] n’a pas été celle de ceux [pas très fluide ; un moyen d'améliorer ? Voyons ce que vous avez en stock… sinon, tant pis] qui la contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et remplit sa cause [peu clair] la plus intime. Elle s’élève avec tout [ce serait bien d'éviter de répéter « tout »] son être de plomb, abandonne l’espace [texte ?] qui la retient et réussi [grammaire] à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, mais [vous en avez déjà un au début] certaine qu’elle n’obtiendra pas sa [j'hésite sur le possessif] rédemption.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons, n’ont eu aucun lien avec celles de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la superficie qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, certaine en revanche, qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

Tradabordo a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons, [la virgule ?] n’ont eu aucun lien avec celles de ceux [vraiment pas bien ce « celles de ceux »] qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la superficie [ou « surface » ? J'hésite] qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, certaine en revanche [placé avant ?], qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont eu aucun lien avec les raisons de ceux [j’ai retourné plusieurs fois la phrases afin d’enlever le « celles de ceux », mais pas évident, j’ai donc répété le mot « raisons ».] qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, mais certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

Tradabordo a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont eu [ou un simple présent ?] aucun lien avec les raisons de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, mais [vous en avez un au début de ce fragment ; essayez de ne pas répéter] certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont aucun lien avec les raisons de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, néanmoins certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

Tradabordo a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont aucun lien avec les raisons de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, néanmoins [ou : « et pourtant » ? Comme vous préférez] certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont aucun lien avec les raisons de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, pourtant certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

J'ai hésité entre néanmoins et pourtant. Je vais opter pour pourtant, qui me semble plus "naturel".

Tradabordo a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont aucun lien avec les raisons de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, pourtant certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.

OK.

Du coup, j'ai un trou de mémoire : vous travaillez avec Laëtitia ou seul ? Je vous pose la question, car je me demande si elle a validé à chaque fois ou si j'ai d'ores et déjà fait les copier-coller dans « Travaux en cours » (cf colonne de droite du blog). Vérifiez et dites-moi.

Michael Salaün a dit…

Laëtitia est intervenue 2 fois au début (lors du premier segment à traduire) et comme je vous l'avait dit dans un précédent message, elle n'a plus beaucoup de temps pour le moment à consacrer à cet exercice de traduction. Mais moi je continue avec grand plaisir cet exercice très enrichissant. Je viens de vérifier dans "Travaux en cours" et n'ai pas trouvé le texte traduit.
Je suis prêt à affronter un autre texte.

Tradabordo a dit…

OK. Voyez si grâce au moteur de recherche vous pouvez retrouver l'ensemble des sections – il y en a peu pour ce texte.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon

La balle de canon est parfaite et défie tous les ordres connus. Sa forme est gage de justice : elle n’a ni avant ni arrière, ni dessus ni dessous, elle n’a pas un côté plus grand que l’autre, sa beauté n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Sa beauté se trouve dans l’harmonie de ses entrailles, dans le juste équilibre de son être.
Allégorie du juste milieu, la balle de canon est noble dans tous ses atomes de plomb. Elle n’a rien de comparable en grâce et en arrogance. Elle montre sans cesse une couleur noire joyeuse qui la rend incomparable.
Cependant, malgré son équilibre et sa perfection, la balle de canon est condamnée à ce que ses pas se perdent. La tragédie est sa seule option. Elle doit se soumettre à des volontés extérieures, qui la guideront de manière inexorable.
La balle de canon attend toute sa vie la brièveté d'un bruit assourdissant, et l’assume avec une rigidité qui ne tolère pas la moindre hésitation. L’heure venue, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou vivre dans la triste mémoire de ceux qui s'en souviendront avec rancune ; ainsi ne peut-elle jamais cacher l’ennui de son existence.
La balle de canon accepte son sort, mais ses raisons n’ont aucun lien avec les raisons de ceux qui les contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et accomplit son devoir le plus intime. Elle s’élève entièrement avec son être de plomb, abandonne la surface qui la retient et réussit à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, pourtant certaine qu’elle n’obtiendra pas la rédemption.
Abraham Truxillo

Voici la traduction complète que j'ai sauvegardée au fur et à mesure sur mon ordinateur, une fois les corrections effectuées.

Tradabordo a dit…

Parfait. Merci.

Pour enchaîner, je vous greffe sur le projet que nous avons en cours : la traduction d'une anthologie de micro-récits. Je vous en mets une série dans un post – vous les ferez deux par deux ou trois par trois.