lundi 28 novembre 2016

Projet Rachel – micros série 2

El río creció y dejó a todo un pueblo sumergido dos metros bajo el agua, pero a nadie le importó, porque la televisión del pueblo estaba en el piso de arriba.
La rivière sortit de son lit et laissa tout un village submergé sous deux mètres d'eau, mais tout le monde s'en moqua parce que la seule télévision du coin était au premier étage.

*

Extrañaba conversar con mi familia. Las risas al almor-zar y los relatos en la cena ya no se daban. Pero ahora volvieron, ellos también se compraron una notebook.
Parler avec ma famille me manquait. C'en était fini des rires pendant le déjeuner et des histoires pendant le dîner. Mais maintenant, ils ont repris. Les autres aussi se sont achetés un notebook.

*

Noche de verano calurosa. El niño de 2 años hablaba tanto que apagamos la luz. Segundos después se escuchó “¡uhh! Cuidado el mooostro!”
Chaude nuit d'été. Le petit de deux ans parlait tellement que nous avons éteint la lumière. Quelques secondes plus tard, on a entendu : « Ouuuuh ! Attention au monnnstre ! »

*

Dios lo observaba madrugar a diario. Pero no era moti-vo suficiente para ayudarlo.
Dieu le regardait se lever tôt tous les jours, sans que ce soit une raison suffisante pour lui venir en aide.

*

La matemática es como un cuarto a oscuras. Al principio te chocás todo después aprendés donde está cada cosa y vas tanteando hasta que encontrás la llave de luz.
Les mathématiques sont comme une pièce plongée dans l'obscurité. Au début, tu te cognes partout, ensuite tu apprends où est chaque chose et tu avances en tâtonnant, jusqu'à trouver l'interrupteur.

*

Logré salir del hechizo de la ronda infinita y abrir el maldito tarro de pulidor. Adentro, había otro grupo de per-sonas bailando en torno a un tarro de pulidor.
J'ai réussi à sortir de l'envoûtement de la ronde infinie et à ouvrir ce maudit pot de cire à polir. Dedans, il y avait un autre groupe de personnes, en train de danser autour d'un pot de cire à polir.

*

No creas todo lo que digo. No creas nada de lo que digo. Solo presta atención a mis silencios.
Ne crois pas tout ce que je dis. Ne crois rien de ce que je dis. Prête seulement attention à mes silences.

37 commentaires:

Rachel Laisney a dit…

El río creció y dejó a todo un pueblo sumergido dos metros bajo el agua, pero a nadie le importó, porque la televisión del pueblo estaba en el piso de arriba.

La rivière crût et laissa tout un village submergé sous deux mètres d'eau, mais tout le monde s'en moqua, parce que la télévision du village était au dernier étage.

Tradabordo a dit…

La rivière crût [on ne dit pas « grossir » / « sortit de son lit » ?] et laissa tout un village submergé [nécessaire ? J'hésite] sous deux mètres d'eau, mais tout le monde s'en moqua, [j'hésite sur la virgule] parce que la télévision du village [un moyen de ne pas répéter ?] était au dernier étage.

Rachel Laisney a dit…

El río creció y dejó a todo un pueblo sumergido dos metros bajo el agua, pero a nadie le importó, porque la televisión del pueblo estaba en el piso de arriba.

La rivière sortit de son lit et laissa tout un village submergé sous deux mètres d'eau, mais tout le monde s'en moqua parce que la seule télévision du coin était au dernier étage.

Elena a dit…

Bonjour, Rachel,
Juste une petite précision : "el piso de arriba", en règle générale, dans un village où la plupart des maisons sont de plain-pied, correspond au premier étage.

Tradabordo a dit…

Merci, Elena.

Rachel ?

Rachel Laisney a dit…

El río creció y dejó a todo un pueblo sumergido dos metros bajo el agua, pero a nadie le importó, porque la televisión del pueblo estaba en el piso de arriba.

La rivière sortit de son lit et laissa tout un village submergé sous deux mètres d'eau, mais tout le monde s'en moqua parce que la seule télévision du coin était au premier étage.

Rachel Laisney a dit…

Merci Elena!

Tradabordo a dit…

La rivière sortit de son lit et laissa tout un village submergé sous deux mètres d'eau, mais tout le monde s'en moqua parce que la seule télévision du coin était au premier étage.

OK.

Rachel Laisney a dit…

Extrañaba conversar con mi familia. Las risas al almor-zar y los relatos en la cena ya no se daban. Pero ahora volvieron, ellos también se compraron una notebook.

Cela me manquait de parler avec ma famille. Les rires au déjeuner et les histoires au dîner n'avaient plus cours. Mais ils sont revenus maintenant. Les autres aussi se sont achetés un notebook.

Tradabordo a dit…

Cela me manquait de parler avec ma famille [commence par : « Parler………… »]. Les rires au [ou « pendant le » ?] déjeuner et les histoires au [idem ?] dîner n'avaient plus cours [naturel et fluide ?]. Mais ils sont revenus maintenant [clair ? J'ai dû retourner à la V.O. pour comprendre…]. Les autres aussi se sont achetés un notebook.

Rachel Laisney a dit…

Extrañaba conversar con mi familia. Las risas al almor-zar y los relatos en la cena ya no se daban. Pero ahora volvieron, ellos también se compraron una notebooK.

Parler avec ma famille me manquait. Les rires pendant le déjeuner et les histoires pendant le dîner avaient disparu. Mais maintenant, ils ont repris de plus belle. Les autres aussi se sont achetés un notebook.

Tradabordo a dit…

Parler avec ma famille me manquait. Les rires pendant le déjeuner et les histoires pendant le dîner avaient disparu [ou : « C'en était fini des………… » ?]. Mais maintenant, ils ont repris de plus belle [redondant]. Les autres aussi se sont achetés un notebook.

Rachel Laisney a dit…

Extrañaba conversar con mi familia. Las risas al almor-zar y los relatos en la cena ya no se daban. Pero ahora volvieron, ellos también se compraron una notebooK.

Parler avec ma famille me manquait. C'en était fini des rires pendant le déjeuner et des histoires pendant le dîner. Mais maintenant, ils ont repris. Les autres aussi se sont achetés un notebook.

Tradabordo a dit…

Parler avec ma famille me manquait. C'en était fini des rires pendant le déjeuner et des histoires pendant le dîner. Mais maintenant, ils ont repris. Les autres aussi se sont achetés un notebook.

OK.

Rachel Laisney a dit…

Noche de verano calurosa. El niño de 2 años hablaba tanto que apagamos la luz. Segundos después se escuchó “¡uhh! Cuidado el mooostro!”

Chaude nuit d'été. Notre enfant de deux ans parlait tellement que nous avons éteint la lumière. Deux secondes plus tard, on a entendu : « Ouuuuh ! Attention au monnnstre ! »

Tradabordo a dit…

Chaude nuit d'été. Notre [j'hésite] enfant de deux ans parlait tellement que nous avons éteint la lumière. Deux [?] secondes plus tard, on a entendu : « Ouuuuh ! Attention au monnnstre ! »

Rachel Laisney a dit…

Noche de verano calurosa. El niño de 2 años hablaba tanto que apagamos la luz. Segundos después se escuchó “¡uhh! Cuidado el mooostro!”

Chaude nuit d'été. Le petit de deux ans parlait tellement que nous avons éteint la lumière. Quelques secondes plus tard, on a entendu : « Ouuuuh ! Attention au monnnstre ! »

Tradabordo a dit…

Chaude nuit d'été. Le petit de deux ans parlait tellement que nous avons éteint la lumière. Quelques secondes plus tard, on a entendu : « Ouuuuh ! Attention au monnnstre ! »

OK.

Rachel Laisney a dit…

Dios lo observaba madrugar a diario. Pero no era moti-vo suficiente para ayudarlo.

Dieu l'observait se lever tôt tous les jours. Mais cela n'était pas une raison suffisante pour lui venir en aide.

Tradabordo a dit…

Dieu l'observait [pas plus naturel avec « regarder », pour le coup ?] se lever tôt tous les jours. Mais cela n'était pas [ou : « sans que ce soit (pour autant )» ? Essaie et vois ce qui est mieux] une raison suffisante pour lui venir en aide.

Rachel Laisney a dit…

Dios lo observaba madrugar a diario. Pero no era moti-vo suficiente para ayudarlo.

Dieu le regardait se lever tôt tous les jours sans que ce soit une raison suffisante pour lui venir en aide.

Tradabordo a dit…

Dios lo observaba madrugar a diario. Pero no era moti-vo suficiente para ayudarlo.

Dieu le regardait se lever tôt tous les jours [virgule ?] sans que ce soit une raison suffisante pour lui venir en aide.

Rachel Laisney a dit…

Dieu le regardait se lever tôt tous les jours, sans que ce soit une raison suffisante pour lui venir en aide.

Tradabordo a dit…

Dieu le regardait se lever tôt tous les jours, sans que ce soit une raison suffisante pour lui venir en aide.

OK.

Rachel Laisney a dit…

La matemática es como un cuarto a oscuras. Al principio te chocás todo después aprendés donde está cada cosa y vas tanteando hasta que encontrás la llave de luz.

Les mathématiques sont comme une pièce sans lumière. Au début, tu te cognes dans tout, ensuite tu apprends où est chaque chose et tu avances en tâtonnant jusqu'à trouver l'interrupteur.

Tradabordo a dit…

Les mathématiques sont comme une pièce sans lumière [texte]. Au début, tu te cognes dans tout [« partout » ?], ensuite tu apprends où est chaque chose et tu avances en tâtonnant [virgule ?] jusqu'à trouver l'interrupteur.

Rachel Laisney a dit…

La matemática es como un cuarto a oscuras. Al principio te chocás todo después aprendés donde está cada cosa y vas tanteando hasta que encontrás la llave de luz.

Les mathématiques sont comme une pièce obscure. Au début, tu te cognes partout, ensuite tu apprends où est chaque chose et tu avances en tâtonnant, jusqu'à trouver l'interrupteur.

Tradabordo a dit…

La matemática es como un cuarto a oscuras. Al principio te chocás todo después aprendés donde está cada cosa y vas tanteando hasta que encontrás la llave de luz.

Les mathématiques sont comme une pièce obscure [« plongée dans l'obscurité » ?]. Au début, tu te cognes partout, ensuite tu apprends où est chaque chose et tu avances en tâtonnant, jusqu'à trouver l'interrupteur.

Rachel Laisney a dit…

La matemática es como un cuarto a oscuras. Al principio te chocás todo después aprendés donde está cada cosa y vas tanteando hasta que encontrás la llave de luz.

Les mathématiques sont comme une pièce plongée dans l'obscurité. Au début, tu te cognes partout, ensuite tu apprends où est chaque chose et tu avances en tâtonnant, jusqu'à trouver l'interrupteur.

Tradabordo a dit…

La matemática es como un cuarto a oscuras. Al principio te chocás todo después aprendés donde está cada cosa y vas tanteando hasta que encontrás la llave de luz.

Les mathématiques sont comme une pièce plongée dans l'obscurité. Au début, tu te cognes partout, ensuite tu apprends où est chaque chose et tu avances en tâtonnant, jusqu'à trouver l'interrupteur.

OK.

Rachel Laisney a dit…

Logré salir del hechizo de la ronda infinita y abrir el mal-dito tarro de pulidor. Adentro, había otro grupo de per-sonas bailando en torno a un tarro de pulidor.

J'ai réussi à sortir de l'envoûtement de la ronde infinie et à ouvrir le maudit pot de cire à polir. Dedans, il y avait un autre groupe de personnes en train de danser autour d'un pot de cire à polir.

Tradabordo a dit…

Logré salir del hechizo de la ronda infinita y abrir el mal-dito tarro de pulidor. Adentro, había otro grupo de per-sonas bailando en torno a un tarro de pulidor.

J'ai réussi à sortir [on utilise ce verbe ? « échapper » ?] de l'envoûtement de la ronde infinie et à ouvrir le [« ce » ?] maudit pot de cire à polir. Dedans, il y avait un autre groupe de personnes [virgule ? J'hésite] en train de danser autour d'un pot de cire à polir.

Rachel Laisney a dit…

J'ai réussi à sortir [on utilise ce verbe ? « échapper » ?] de l'envoûtement

Sortir est le premier qui m'est venu à l'esprit et après vérification sur google "échapper à l'envoûtement" = 11 900 et "sortir de l'envoûtement" = 28 900, mais ça m'est égal, je n'aime pas ce texte :-)))

Rachel Laisney a dit…

Logré salir del hechizo de la ronda infinita y abrir el mal-dito tarro de pulidor. Adentro, había otro grupo de per-sonas bailando en torno a un tarro de pulidor.

J'ai réussi à sortir de l'envoûtement de la ronde infinie et à ouvrir ce maudit pot de cire à polir. Dedans, il y avait un autre groupe de personnes, en train de danser autour d'un pot de cire à polir.

Tradabordo a dit…

Logré salir del hechizo de la ronda infinita y abrir el mal-dito tarro de pulidor. Adentro, había otro grupo de per-sonas bailando en torno a un tarro de pulidor.

J'ai réussi à sortir de l'envoûtement de la ronde infinie et à ouvrir ce maudit pot de cire à polir. Dedans, il y avait un autre groupe de personnes, en train de danser autour d'un pot de cire à polir.

OK.

Rachel Laisney a dit…

No creas todo lo que digo. No creas nada de lo que digo. Solo presta atención a mis silencios.

Ne crois pas tout ce que je dis. Ne crois rien de ce que je dis. Prête seulement attention à mes silences.

Tradabordo a dit…

No creas todo lo que digo. No creas nada de lo que digo. Solo presta atención a mis silencios.

Ne crois pas tout ce que je dis. Ne crois rien de ce que je dis. Prête seulement attention à mes silences.

OK.