jeudi 20 novembre 2014

Projet Morgane 12 – phrases 105-110

La playa era suya, dijeron, qué chucha me miras imbécil rompían la puerta, los molían a golpes, se los llevaban encapuchados y ya no volvían, patito, los ponían en fila india, mirando al piso no levantes la cara so mierda y el tiro iba directo a la cabeza: por terrucos, decía Abraham convencido aunque ahí ya no estaba. No sé muy bien cuántos tipos me golpearon ni por cuánto tiempo. Cuando se fueron estaba en el piso acurrucado como un feto. Sangraba por la cabeza y por la nariz. Hubiera hecho lo imposible por prenderme un troncho en ese momento. Penélope, a mi lado, lloraba asustada.

Traduction temporaire :
Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, leurs têtes couvertes par un sac, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

13 commentaires:

Morgane Labrousse a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils cassaient la porte, crevaient les pneus, les emmenaient avec eux, un masque sur le visage, et ils ne revenaient pas mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde le sol, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, il gisait sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Il saignait de la tête et du nez. J'aurais tout donné pour un joint à ce moment-là. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Tradabordo a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils cassaient [« défonçaient » ?] la porte [pluriel ?], crevaient les pneus, les emmenaient avec eux [est-ce qu'on n'a pas l'impression que tu parles des pneus ? J'hésite], un masque sur le visage, et ils ne revenaient pas [virgule ????] mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde le sol [naturel ?], ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, il gisait sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Il saignait de la tête et du nez. J'aurais tout donné pour un joint à ce moment-là. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Morgane Labrousse a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, un masque sur le visage, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, il gisait sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Il saignait de la tête et du nez. J'aurais tout donné pour un joint à ce moment-là. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Tradabordo a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, un masque sur le visage, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, il [« je » ?] gisait sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Il [« je » ?] saignait de la tête et du nez. J'aurais tout donné pour un joint à ce moment-là [mets-le au début]. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Morgane Labrousse a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, un masque sur le visage, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Tradabordo a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, un masque [j'avais pas fait gaffe… mais énorme FS !!!!] sur le visage, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Morgane Labrousse a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, encapuchonnés, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Morgane Labrousse a dit…

Commentaire oublié ? :-)

Tradabordo a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, encapuchonnés [l'idée c'est qu'ils leur mettent des sacs… sur la tête – enfin tu vois… Vérifie comment on le dit], et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Morgane Labrousse a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, leurs têtes couvertes par un sac, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Tradabordo a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, leurs têtes couvertes par [« avec » ? Petit doute ? Vérifie la fréquence d'usage…] un sac, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Morgane Labrousse a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, leurs têtes couvertes par un sac, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

Tradabordo a dit…

Ils affirmèrent que la plage leur appartenait et ajoutèrent : pourquoi est-ce que tu nous regardes, espèce d'imbécile ? Ils défonçaient les portes, crevaient les pneus, emmenaient les gens avec eux, leurs têtes couvertes par un sac, et ils ne revenaient pas, mon chat, ils les mettaient en file indienne, regarde par terre, ne lève pas les yeux, tu es une merde, et ils tiraient directement dans la tête : parce que c'était des terroristes, lançait Abraham convaincu, alors qu'il n'était pas là. Je ne me rappelle plus très bien combien de gars m'ont frappé, ni pendant combien de temps. Quand ils s'en allèrent, je gisais sur le sol, recroquevillé comme un fœtus. Je saignais de la tête et du nez. À ce moment-là, j'aurais tout donné pour un joint. À côté de moi, Penélope pleurait, effrayée.

OK.