jeudi 20 novembre 2014

Projet Fleur – texte entier

PAULA MANDIOLA

Trabajo infantil

El viejo del último auto me ofreció un billete -dijo a su hermano menor- quien todavía tenía en sus manos las pelotas que alzaba al aire todas las tardes en ese semáforo.
-Espérame aquí, ya vuelvo- y se perdió en la esquina donde una camioneta doble cabina, aún en marcha esperaba por ella.
Al atardecer, luego de varios semáforos en rojo y en vista de que su hermana no volvía, el pequeño regresó a su casa.
Los ojos se le llenaron de lágrimas cuando vio el pollo asado sobre la mesa, su hermana son- riendo, la madre también. Una arcada le llenó la boca de saliva al comerlo; pese a esto, apenas conteniendo las lágrimas, continuó. El asco todavía no lograba quitarle el hambre.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

40 commentaires:

Tradabordo a dit…

Je vous ai mis le texte en entier, mais vous ferez quand même une phrase après l'autre.

Fleur Redondo a dit…

<< Travail infantile >>

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un ticket dit-elle à son petit frère qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il haussait dans les airs tous les après-midi à ce feu là.

Fleur Redondo a dit…

<< Travail infantile >>

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un ticket, dit-elle à son petit frère qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il haussait dans les airs tous les après-midi à ce feu-là.

Tradabordo a dit…

Nom de l'auteur ?

<< Travail infantile >> [« »]

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un ticket, dit-elle à son petit frère [virgule] qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il haussait [?????] dans les airs tous les après-midi à ce feu-là [peu clair].

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA
« Travail infantile »

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un ticket, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Travail infantile [vérifiez quand même que c'est bien l'expression / « des enfants » - « enfantin » ; je ne dis pas que c'est faux, j'ai un petit doute] »

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un ticket [pourquoi ce changement, au fait ? Un ticket ou un billet ?], dit-elle à son petit frère, qui tenait [ou simplement « avait » ? Comme vous voulez] encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Travail infantile [sur internet j'ai trouvé qu'on pouvait parler de « travail des enfants » mais on parle plutôt d'exploitation « infantile »; j'ai préféré mettre « infantile » pour que ce soit moins lourd, moins explicatif étant donné que le mot existe en français. Pour moi « enfantin » est plutôt synonyme de « jeu d'enfants » mais du coup je me demande si l'auteur ne souhaiterait pas qu'il y ait cette connotation que ce travail (cirque?)soit un "jeu d'enfant" ] »

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un ticket [J'ai changé car pour moi un "billet" fait référence à un trajet en train ou en avion (pour un déplacement plus important) alors qu'un "ticket" est plus petit, pour un trajet en bus ou en voiture. Ici le texte parle de "auto", je ne sais pas si le changement est bénéfique?], dit-elle à son petit frère, qui tenait [je préfère "tenait" car il s’apprête à jongler avec les balles donc il y a pour moi une idée de mouvement, ce que je retrouve moins dans "avait" car cela me parait être de la possession "statique" ] encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Travail infantile [sur internet j'ai trouvé qu'on pouvait parler de « travail des enfants » mais on parle plutôt d'exploitation « infantile »; j'ai préféré mettre « infantile » pour que ce soit moins lourd, moins explicatif étant donné que le mot existe en français. Pour moi « enfantin » est plutôt synonyme de « jeu d'enfants » mais du coup je me demande si l'auteur ne souhaiterait pas qu'il y ait cette connotation que ce travail (cirque?)soit un "jeu d'enfant" ] »

Personnellement, je mettrais « Travail des enfants » – car c'est la trad littérale de l'espagnol.

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un ticket [J'ai changé car pour moi un "billet" fait référence à un trajet en train ou en avion (pour un déplacement plus important) alors qu'un "ticket" est plus petit, pour un trajet en bus ou en voiture. Ici le texte parle de "auto", je ne sais pas si le changement est bénéfique? // mais il ne parle pas d'argent ?], dit-elle à son petit frère, qui tenait [je préfère "tenait" car il s’apprête à jongler avec les balles donc il y a pour moi une idée de mouvement, ce que je retrouve moins dans "avait" car cela me parait être de la possession "statique" //OK] encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA
« Travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un billet[en effet, je ne l'avais pas compris de cette façon là, si on parle d'argent, je laisse "billet" alors ?], dit-elle à son petit frère, qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA
« Travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un billet[en effet, je ne l'avais pas compris de cette façon là, si on parle d'argent, je laisse "billet" alors ? Je pense que c'est de cela qu'il s'agit… mais est-ce qu'on a des éléments dans la suite pour confirmer ?], dit-elle à son petit frère, qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Anonyme a dit…

PAULA MANDIOLA
« Travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a offert un billet [en effet, je ne l'avais pas compris de cette façon là, si on parle d'argent, je laisse "billet" alors ? Je pense que c'est de cela qu'il s'agit… mais est-ce qu'on a des éléments dans la suite pour confirmer ?// vous avez raison, le texte nous dit que la jeune fille disparaît dans un véhicule qui l'attend, parlons-nous de prostitution? Je reste sur cette version.], dit-elle à son petit frère, qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Tradabordo a dit…

« Anonyme » ? Fleur, s'agit-il de vous ? Signez vos commentaires, le cas échéant.

Fleur Redondo a dit…

Oui c'est bien moi, je n'ai pas réussit à m'identifier l'autre jour.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« [« le » ? J'ai un doute] Travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a offert [du coup, est-ce le verbe le mieux adapté ?] un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore dans ses mains les balles qu'il lançait dans [un moyen d'éviter le « dans » + « dans » ? Essayez ; si c'est trop artificiel, tant pis] les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants » [Je trouve la tournure un peu lourde ou trop explicative, que pensez-vous de "Travail d'enfant(s)"? ]

Le vieux de la dernière voiture m'a donné [?] un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore dans [entre ?] ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants » [Je trouve la tournure un peu lourde ou trop explicative, que pensez-vous de "Travail d'enfant(s)"? Pas très naturel… Que diriez-vous spontanément ?]

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore dans [entre ? À vous de trancher ; ne me proposez pas plusieurs solutions] ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.

OK.

Mettez un peu de la suite.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
-Attends moi là, je reviens- et elle disparut au coin de la rue où une camionnette double cabine, encore en marche, l'attendait.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
-[tiret long + espace]Attends moi [orthographe] là, je reviens-[virgule à la place du tiret] et elle disparut au coin de la rue [virgule] où une camionnette double cabine [on le dit comme ça ? Vérifiez], encore [nécessaire ?] en marche, l'attendait.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où une camionnette double cabine [on le dit comme ça ? Vérifiez/ Sur internet, j'ai trouvé " camionnette double cabine" ou "fourgon"], encore [nécessaire ? / Pour moi oui car "en marche" seul pourrait être compris comme si la camionnette roulait alors qu'elle est à l'arrêt mais que le moteur tourne encore] en marche, l'attendait.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où une camionnette double cabine [on le dit comme ça ? Vérifiez/ Sur internet, j'ai trouvé " camionnette double cabine" ou "fourgon" // peut-être plus naturel, non ?], encore [nécessaire ? / Pour moi oui car "en marche" seul pourrait être compris comme si la camionnette roulait alors qu'elle est à l'arrêt mais que le moteur tourne encore // c'est peut-être justement comme cela qu'il faut le dire : que le moteur tourne encore…] en marche, l'attendait.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait.

OK… vous pouvez mettre la suite.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait.
A la tombée du jour, après de nombreux feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait.
A [accentuez les accents ; idem à l'écrit pour le CAPES] la tombée du jour, après de nombreux [« varios »] feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.

OK. Vous pouvez mettre la suite.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.

Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant et sa mère également.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant et [une simple virgule ?] sa mère également.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.

OK. Vous pouvez mettre la fin.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
En le mangeant, des nausées lui remplirent la bouche de salive; malgré cela, contenant à peine ses larmes, il continua. Le dégoût n'avait pas encore réussi a lui enlever l'appétit.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
En le [nécessaire ?] mangeant, des nausées lui remplirent [« emplirent » ?] la bouche de salive[espace]; malgré cela, contenant à peine ses larmes, il continua [ce bout manque beaucoup de fluidité]. Le dégoût n'avait pas encore réussi a lui enlever l'appétit [un peu mieux, mais à retravailler également… en vue de plus de naturel].

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
En mangeant[/ Le simple fait de manger ?], des nausées lui emplirent la bouche de salive ; mais il continua malgré tout, contenant à peine ses larmes. En dépit de son dégoût, il n'avait pas perdu l'appétit.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
En mangeant[/ Le simple fait de manger ? // ne me proposez pas deux solutions… À vous de trancher ; ça me prendrait beaucoup trop de temps si je devais évaluer toutes les idées des étudiants…], des nausées lui emplirent la bouche de salive ; mais il continua malgré tout, contenant à peine ses larmes. En dépit de son dégoût, il n'avait pas perdu l'appétit.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
En mangeant, des nausées lui emplirent la bouche de salive ; mais il continua malgré tout, contenant à peine ses larmes. En dépit de son dégoût, il n'avait pas perdu l'appétit.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
En mangeant [sans doute mieux avec « alors qu'il… »], des nausées lui emplirent la bouche de salive ; mais il continua malgré tout, contenant à peine [mal dit] ses larmes. En dépit de [en construisant comme ça et non en restant plus près de la V.O., cela vous oblige à avoir deux phrases (celle-ci et la précédente) trop identique)] son dégoût, il n'avait pas perdu l'appétit.

Fleur Redondo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
Alors qu'il mangeait, des nausées lui emplirent la bouche de salive ; il continua malgré tout, réussissant à peine à contenir ses larmes. Mais le dégoût ne lui avait pas encore coupé l'appétit.

Tradabordo a dit…

PAULA MANDIOLA

« Le travail des enfants »

Le vieux de la dernière voiture m'a donné un billet, dit-elle à son petit frère, qui tenait encore entre ses mains les balles qu'il lançait dans les airs tous les après-midi à ce feu tricolore.
— Attends-moi là, je reviens, et elle disparut au coin de la rue, où un fourgon dont le moteur tournait encore, l'attendait. À la tombée du jour, après plusieurs feux au rouge et vu que sa sœur ne revenait pas, l'enfant rentra à la maison.
Ses yeux se remplirent de larmes lorsqu'il vit le poulet rôti sur la table, sa sœur souriant, sa mère également.
Alors qu'il mangeait, des nausées lui emplirent la bouche de salive ; il continua malgré tout, réussissant à peine [« difficilement » ?] à contenir ses larmes. Mais le dégoût ne lui avait pas encore coupé l'appétit.