mardi 12 mai 2015

Projet Agathe 6 – titre + phrases 1-3

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Efecto Secundari

Me costó mucho abrir los ojos, lo intenté despacio hasta dejar de sufrir por la luz. Miré alrededor extrañada, apenas reconocí el lugar ni a aquel muchacho desnudo, dormido a mi lado. Sus ronquidos retumbaron en mi cabeza como martillazos, me parece estar escuchándolo ahora, de su boca abierta colgaba un hilillo de saliva como para darle un toque de gracia al cuadro grotesco de un pintor del Renacimiento –dijo la mujer.

Traduction temporaire :

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Effet Secondaire


J'eus beaucoup de mal à ouvrir les yeux, j'essayai doucement, jusqu'à ce que la lumière cesse de me tourmenter. Je regardai autour de moi, étonnée, et reconnus à peine les lieux, ni le garçon nu endormi à mes côtés. Ses ronflements retentirent dans ma tête tels des coups de marteau. J'ai l'impression de l'écouter à nouveau, un petit filet de salive pendait à sa bouche ouverte, comme pour donner une touche d'humour au tableau grotesque d'un peintre de la Renaissance, dit la femme.

6 commentaires:

Agathe Longeville a dit…

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Effet Secondaire
J'eus beaucoup de mal à ouvrir les yeux, j'essayai doucement, jusqu'à cesser de souffrir de la lumière. Je regardai autour de moi, étonnée, je reconnus à peine le lieu, ni ce garçon nu, endormi à mes côtés. Ses ronflements retentirent dans ma tête comme des coups de marteau. J'ai l'impression d'être encore en train de l'écouter maintenant, un petit fil de salive pendait de sa bouche ouverte, comme pour donner une touche de plaisanterie au tableau grotesque d'un peintre de la Renaissance – dit la femme.

Tradabordo a dit…

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Effet Secondaire

J'eus beaucoup de mal à ouvrir les yeux, j'essayai doucement, jusqu'à cesser de souffrir de la lumière [ou : « jusqu'à ce que la lumière ne………… » ? Essayez les deux et voyez ce qui est mieux]. Je regardai autour de moi, étonnée, je [ou « et » à la place] reconnus à peine le lieu [pluriel ?], ni ce [« le »] garçon nu, endormi à mes côtés. Ses ronflements retentirent dans ma tête comme des coups de marteau. J'ai l'impression d'être encore en train de l'écouter maintenant [début de phrase naturel ?], un petit fil de salive pendait de [grammaire !] sa bouche ouverte, comme [vous en avez un dans la phrase d'avant] pour donner une touche de plaisanterie [mal dit] au tableau grotesque d'un peintre de la Renaissance – [virgule] dit la femme.

Agathe Longeville a dit…

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Effet Secondaire

J'eus beaucoup de mal à ouvrir les yeux, j'essayai doucement, jusqu'à ce que la lumière ne cesse de me faire souffrir. Je regardai autour de moi, étonnée, et reconnus à peine les lieux, ni le garçon nu, endormi à mes côtés. Ses ronflements retentirent dans ma tête tels des coups de marteau. J'ai l'impression de l'écouter à nouveau, un petit fil de salive pendait à sa bouche ouverte, comme pour donner une touche d'humour au tableau grotesque d'un peintre de la Renaissance –, dit la femme.

Tradabordo a dit…

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Effet Secondaire

J'eus beaucoup de mal à ouvrir les yeux, j'essayai doucement, jusqu'à ce que la lumière ne [?] cesse de me faire [une solution sans « faire » ?] souffrir. Je regardai autour de moi, étonnée, et reconnus à peine les lieux, ni le garçon nu endormi à mes côtés. Ses ronflements retentirent dans ma tête tels des coups de marteau. J'ai l'impression de l'écouter à nouveau, un petit fil [« filet » ? Vérifiez] de salive pendait à sa bouche ouverte, comme pour donner une touche d'humour au tableau grotesque d'un peintre de la Renaissance, dit la femme.

Agathe Longeville a dit…

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Effet Secondaire

J'eus beaucoup de mal à ouvrir les yeux, j'essayai doucement, jusqu'à ce que la lumière cesse de me tourmenter. Je regardai autour de moi, étonnée, et reconnus à peine les lieux, ni le garçon nu endormi à mes côtés. Ses ronflements retentirent dans ma tête tels des coups de marteau. J'ai l'impression de l'écouter à nouveau, un petit filet [j'ai vérifié, on peut le dire] de salive pendait à sa bouche ouverte, comme pour donner une touche d'humour au tableau grotesque d'un peintre de la Renaissance, dit la femme.

Tradabordo a dit…

Sorania Rodríguez Rodríguez (Cuba)

Effet Secondaire

J'eus beaucoup de mal à ouvrir les yeux, j'essayai doucement, jusqu'à ce que la lumière cesse de me tourmenter. Je regardai autour de moi, étonnée, et reconnus à peine les lieux, ni le garçon nu endormi à mes côtés. Ses ronflements retentirent dans ma tête tels des coups de marteau. J'ai l'impression de l'écouter à nouveau, un petit filet de salive pendait à sa bouche ouverte, comme pour donner une touche d'humour au tableau grotesque d'un peintre de la Renaissance, dit la femme.

OK.