vendredi 8 mai 2015

Projet Aurélie O 11 – phrases 33-37

...y salió corriendo a su casa para revisar la cabeza de Pinocho. Lo desarmó y le abrió en el centro de la cocorotina el hueco exacto para que cupiera todo lo que quería decirle; le perforó las orejas y estuvo casi tres días hablándole de sí mismo; de sus hijos, que le abandonaron a su suerte ya viejo; como quizás le sucediera a Gepetto; de la necesidad de que viniera bueno y principalmente, sin mentiras, que para eso le fabricó la nariz pequeña como la suya. Al terminar, se acostó a dormir con el muñeco y le puso la cabeza recostada a su pecho.
Al séptimo día, Pinocho abrió los ojos y dijo...
- Buenos días papá. Disculpa creo me oriné encima de ti.


Fin

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

21 commentaires:

AURELIE OUDART a dit…

... et voilà qu’il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au milieu du sommet de son crâne, le creux parfait pour que tout qu’il voulait lui dire rentre ; il lui perfora les oreilles et il resta ainsi, pendant trois jours, à lui parler de lui ; de ses enfants, qu’ils l’abandonnèrent à son sort de vieux, comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

Tradabordo a dit…

... et voilà [pourquoi cet ajout ?] qu’il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au milieu du sommet de son [« du » ?] crâne, le creux parfait pour que tout qu’il voulait lui dire rentre [ou : « pour loger tout………… » ? J'hésite] ; il lui perfora les oreilles et il resta [pas besoin // aller directement à « parler »] ainsi, pendant trois jours, à lui parler de lui ;

Faisons déjà cela.

de ses enfants, qu’ils l’abandonnèrent à son sort de vieux, comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au milieu du sommet du crâne, le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla de lui ; de ses enfants, qu’ils l’abandonnèrent à son sort de vieux, comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

Tradabordo a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au milieu du sommet du crâne, [cheville : « à l'endroit du » ? J'hésite… mais relisez et dites-moi si vous, vous ne trouvez pas bizarre sans rien] le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla de lui ; de ses enfants, qu’ils [?????] l’abandonnèrent à son sort de [CS] vieux,

comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au milieu du sommet, à l’endroit du crâne, le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla de lui ; de ses enfants, qui l’abandonnèrent à son sort une fois vieux,

comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

Tradabordo a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au milieu du sommet [en fait, ça n'est pas cela… Manque de logique. Il faut dire qu'il ouvre un trou pile là], à l’endroit du crâne, le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla de lui ; de ses enfants, qui l’abandonnèrent à son sort une fois vieux,

comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit pile au sommet du crâne [en fait, ça n'est pas cela… Manque de logique. Il faut dire qu'il ouvre un trou pile là// Je n’arrive pas à trouver quelque chose de plus fluide… Faudrait-il un seul mot comme en VO ?], le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla de lui ; de ses enfants, qui l’abandonnèrent à son sort une fois vieux,

comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

Tradabordo a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit pile au sommet du crâne [CS : en fait : il perce la tête au mieux pour obtenir le creux parfait pour…] le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla de lui ; de ses enfants, qui l’abandonnèrent à son sort une fois vieux,

comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d’obtenir le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla de lui ; de ses enfants, qui l’abandonnèrent à son sort une fois vieux,

comme ce qui arriva peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua un petit nez tout comme le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour Papa. Désolé mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

Tradabordo a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d’obtenir [« afin d'y percer » ou quelque chose comme ça] le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il parla [cheville : « ne cessa de » ? Comme vous voulez] de lui ; de ses enfants, qui l’abandonnèrent [PQP ?] à son sort une fois [mal dit] vieux, comme [vous en avez déjà un juste avant… Il faut changer l'un ou l'autre] ce qui arriva [PQP ?] peut-être à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui fabriqua [temps ?] un petit nez tout comme [X3] le sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour [virgule] Papa. Désolé [virgule] mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, déjà vieux, de même que ce qui était, peut-être, arrivé à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

Tradabordo a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, [« alors qu'il était » ? Comme tu veux…] déjà vieux, de même [pas sûre que ce soit bien clair en faisant comme ça ; tu devrais retenir juste l'idée et le dire autrement] que ce qui était, peut-être, arrivé à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce qui arriva également à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant et surtout, qu’il ne dise pas de mensonges, et que c’est pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Tradabordo a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce [« ce »] qui arriva [temps] également à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon enfant [« garçon » ?] et surtout, qu’il ne dise [passez par l'infinitif] pas de mensonges, et que c’est [« c'était »] pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
– [tiret long : —] Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce ce qui était arrivé également à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon garçon et surtout, ne pas dire de mensonges, et que c'était pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
— Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Tradabordo a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce ce qui était arrivé également [ou : « également arrivé » ?] à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon garçon et surtout, ne pas dire de mensonges, et que c'était pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
— Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

AURELIE OUDART a dit…

... et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce ce qui était également arrivé à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon garçon et surtout, ne pas dire de mensonges, et que c'était pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
— Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin.

Tradabordo a dit…

... [raccourci clavier des points de suspension] et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de [« lui » ?] parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce ce qui était également arrivé à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon garçon [point-virgule… pour être dans la continuité…] et surtout, ne pas dire de mensonges, et [supprimez] que c'était pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
— Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

AURELIE OUDART a dit…

… et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de lui parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce ce qui était également arrivé à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon garçon ; et surtout, ne pas dire de mensonges, que c'était pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
— Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin.

Tradabordo a dit…

… et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de lui parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce ce qui était également arrivé à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon garçon ; et surtout, ne pas dire de mensonges, que c'était pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
— Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin.

OK.

Vous pouvez aller chercher votre texte + relire (en vous assurant bien qu'il ne manque pas de phrases et en remettant la mise en page de la V.O.)

Tradabordo a dit…

… et il regagna sa maison en courant pour examiner la tête de Pinocchio. Il la démonta et l’ouvrit au mieux, au niveau du sommet du crâne, afin d'y percer le creux parfait pour y loger tout ce qu’il voulait lui dire ; il lui perfora les oreilles et pendant trois jours, il ne cessa de lui parler de lui ; de ses enfants, qui l’avaient abandonné à son sort, alors qu'il était déjà vieux, peut-être était-ce ce qui était également arrivé à Gepetto ; de la nécessité qu’il soit un bon garçon ; et surtout, ne pas dire de mensonges, que c'était pour cela qu’il lui avait fabriqué un petit nez identique au sien. Après avoir fini, il se coucha avec le pantin et posa sa tête contre son torse.
Le septième jour, Pinocchio ouvrit les yeux et dit :
— Bonjour, Papa. Désolé, mais je crois que je t’ai uriné dessus.

Fin.

OK.

Vous pouvez aller chercher votre texte + relire (en vous assurant bien qu'il ne manque pas de phrases et en remettant la mise en page de la V.O.)