mardi 12 mai 2015

Projet Marjorie / Margot – phrases 32-33

Se acordó del Teorema de Lombark: “lo que no es producto de una aceleración consumada, acaba por detenerse en un estado vegetativo o se disuelve en la entropía más absoluta”. Bajo los pliegues de aquella proposición, Julio miraba a los escaparates mientras el sol se desplazaba ahora de tal forma que casi era posible distinguir su viaje por el cielo, y la proyección de sombras que trasladaba al cemento y los cristales.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

11 commentaires:

Marjorie Degond a dit…

Il se rappela du Théorème de Lombark :"ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finissait par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue". Sous les plies de n'importe quelle proposition, Julio regardait les vitrines tandis que le sol bougeait, maintenant, d'une telle forme qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Tradabordo a dit…

Il se rappela du [grammaire] Théorème de Lombark :[espace]"[guillemets français = « »]ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finissait par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue[vous avez traduit de l'espagnol ou cherché en français ?]"[idem]. Sous les plies [orthographe… Bon relisez l'ensemble ; s'il y a un peu de ménage à faire, autant que ce soit fait au début et par vous] de n'importe quelle proposition, Julio regardait les vitrines tandis que le sol bougeait, maintenant, d'une telle forme qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Marjorie Degond a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : «ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif, ou, se dissout dans le désordre le plus absolu» . Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines tandis que le soleil,maintenant, bougeait, d'une telle forme qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Pour le théorème, j'ai cherché sur internet mais je n'ai rien trouvé, du coup j'ai essayé de traduire de l'espagnol.

Tradabordo a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : «[espace]ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans le désordre [pourquoi vous changez ?] le plus absolu[espace]» [espace en trop]. Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines [virgule] tandis que le soleil,[espace]maintenant, bougeait, [problème de ponctuation dans cette section… Reprenez ça…]d'une telle forme qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Tradabordo a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : «[espace]ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans le désordre [pourquoi vous changez ?] le plus absolu[espace]» [espace en trop]. Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines [virgule] tandis que le soleil,[espace]maintenant, bougeait, [problème de ponctuation dans cette section… Reprenez ça…]d'une telle forme qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Marjorie Degond a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : « ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue ». Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines, tandis que le soleil, maintenant, bougeait d'une telle forme qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Tradabordo a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : « ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue ». Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines, tandis que le soleil, maintenant [mettez-le après le verbe ; comme ça, pas besoin des virgules et plus clair], bougeait d'une telle forme [très mal dit] qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Marjorie Degond a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : « ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue ». Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines, tandis que le soleil bougeait maintenant de telle sorte qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Tradabordo a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : « ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue ». Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines, tandis que le soleil bougeait maintenant de telle sorte qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, et [ou : « ainsi que » ?] la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Marjorie Degond a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : « ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue ». Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines, tandis que le soleil bougeait maintenant de telle sorte qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, ainsi que la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

Tradabordo a dit…

Il se rappela le Théorème de Lombark : « ce qui n'est pas le produit d'une accélération parfaite, finit par s'arrêter dans un état végétatif ou se dissout dans l'entropie la plus absolue ». Sous les plis de cette proposition, Julio regardait les vitrines, tandis que le soleil bougeait maintenant de telle sorte qu'il était presque possible de distinguer son voyage dans le ciel, ainsi que la projection de nuances qui se déplaçait sur le ciment et les cristaux.

OK.

Margot ?