mercredi 21 septembre 2016

Projet Chloé T. 3 – phrases 332-339

–Porque ese día fue como un instante eterno que no puedo olvidar: caminé poco y llegué lejos, amé lo mínimo pero con pasión, fui fiel y también traidor. Todo en un día, todo en un solo día… todo en un solo maldito día, como en la canción de Bowie; como si todo hubiera estado escrito, como ella lo presentía; como si estuviéramos condenados a vivir ese tiempo que nos había tocado, que nos había separado, como si esa fuera nuestra canción o estuviera hecha para nosotros. Yo fui el rey y ella la reina…
–Y también héroe.
–¿Ah?
–¡Héroe!
–Ah, sí, eso también.

Traduction temporaire :
— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai peu marché et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum, mais avec passion, j’ai été à la fois fidèle et traître. Tout ça en un jour, tout en un seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qui nous incombait, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi, j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros, aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

9 commentaires:

chloé Tessier a dit…

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai marché peu et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum mais avec passion, j’ai été fidèle et traître aussi. Tout en un jour, tout en seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qu’on nous avait imposé, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui,ça aussi.

chloé Tessier a dit…

Je crois qu'il manque un espace à la fin. Dans le doute, je recolle :

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai marché peu et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum mais avec passion, j’ai été fidèle et traître aussi. Tout en un jour, tout en seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qu’on nous avait imposé, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

Tradabordo a dit…

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai marché peu [ou placé avant ?] et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum [VIRGULE AVANT « MAIS »] mais avec passion, j’ai été fidèle et traître aussi [essaie avec « à la fois »]. Tout [« cela » ?] en un jour, tout en [« un » ; relis-toi avant de publier] seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qu’on nous avait imposé [texte], qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi [virgule] j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros [virgule] aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

chloé Tessier a dit…

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai peu marché et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum, mais avec passion, j’ai été fidèle et traître à la fois. Tout [« cela » ? // plutôt « ça », non ? Comme le registre du texte est assez familier, voire argotique] en un jour, tout en un seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qui incombait, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi, j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros, aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

chloé Tessier a dit…

Je recolle mon dernier post, j'ai l'impression que tu ne l'as pas vu... Comme ce sont les dernières lignes du texte...

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai peu marché et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum, mais avec passion, j’ai été fidèle et traître à la fois. Tout [« cela » ? // plutôt « ça », non ? Comme le registre du texte est assez familier, voire argotique] en un jour, tout en un seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qui incombait, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi, j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros, aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

Tradabordo a dit…

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai peu marché et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum, mais avec passion, j’ai été fidèle et traître à la fois [ou placé avant ? Essaie et vois ce qui est mieux]. Tout [« cela » ? // plutôt « ça », non ? Comme le registre du texte est assez familier, voire argotique //// OK] en un jour, tout en un seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qui incombait, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi, j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros, aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

chloé Tessier a dit…

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai peu marché et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum, mais avec passion, j’ai été à la fois fidèle et traître. Tout ça en un jour, tout en un seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qui nous incombait, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi, j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros, aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

Tradabordo a dit…

— Parce que ce jour a été comme un instant éternel que je peux pas oublier. J’ai peu marché et je suis arrivé loin, j’ai aimé le minimum, mais avec passion, j’ai été à la fois fidèle et traître. Tout ça en un jour, tout en un seul jour… tout en un seul putain de jour, comme dans la chanson de Bowie. Comme si tout avait été écrit, comme elle le pressentait. Comme si on était condamnés à vivre ce moment qui nous incombait, qui nous avait séparés, comme si cette chanson était la nôtre ou était faite pour nous. Moi, j’ai été le roi, et elle, la reine.
— Et héros, aussi.
— Hein ?
— Héros !
— Ah, oui, ça aussi.

OK.

Tu peux relire. Et surtout, prends le temps et fais ça très soigneusement – le dernier texte, j'ai été obligée d'y passer un temps fou, car il restait beauuuuucoup de choses à corriger. Or, outre que ce travail de reprise de la trad des autres n'est pas très glamour en soi, cette année, j'ai les agreg interne à suivre et ça fait un sacré troupeau… ; autant dire que j'ai besoin que les anciennes soient autonomes pour n'avoir plus ensemble qu'un vague coup d'œil à jeter.

chloé Tessier a dit…

Ok, je m’attelle à une relecture très soigneuse.