jeudi 8 septembre 2016

Projet Virginia / Laëtitia – titre + phrases 1-3

Víctor Manuel Valenzuela Real

Los últimos artesanos

Rodrigo pedaleaba con desgana en una vieja bicicleta estática, comprada en una tienda de artículos usados y restaurada varias veces por manos no demasiado expertas, mientras veía una antigua película en su inseparable tableta. Fue bruscamente interrumpido al recibir un mensaje de su principal empleador. Consultó inmediatamente el dispositivo con expectación, pues llevaba varios meses con escasos encargos y su ya maltrecha economía empezaba a resentirse.

Traduction temporaire :
Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette, Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et réparé plusieurs fois par des mains assez peu expertes. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Impatient, il consulta aussitôt l'appareil, car cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares et ses finances, déjà malmenées, commençaient à s'en ressentir.

14 commentaires:

Laetitia a dit…

Les derniers artisans
Rodrigo pédalait, peu motivé, sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et rafistolé plusieurs fois par des mains pas très expertes, et regardait en même temps un vieux film sur son inséparable tablette. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Il consulta aussitôt l'appareil avec engouement, car cela faisait plusieurs mois qu'il n'avait que peu de commandes, et ses comptes, ainsi maltraités, commençaient à en pâtir.

Laetitia a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Laetitia a dit…

Les derniers artisans
Rodrigo pédalait, peu motivé, sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et rafistolé plusieurs fois par des mains pas très expertes, et regardait en même temps un vieux film sur son inséparable tablette. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Il consulta aussitôt l'appareil avec engouement, car cela faisait plusieurs mois qu'il n'avait que peu de commandes, et ses comptes, ainsi maltraités, commençaient à en pâtir.

Tradabordo a dit…

Bonjour Laëtitia,

Je modère les commentaires – je les lis avant d'accepter qu'ils soient publiés. Ne vous étonnez pas, donc, qu'ils n'apparaissent pas immédiatement sur le blog quand vous les postez.

***

Nom de l'auteur ?

Les derniers artisans

Rodrigo pédalait, peu motivé [ou alors ça placé au début de la phrase ? Comme vous voulez…], sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et rafistolé [adapté ici ?] plusieurs fois par des mains pas très [ou « assez peu » ? Je vous l'ai dit en cours, quand je mets un point d'interrogation, c'est une vraie question… une suggestion ; je me demande si c'est mieux] expertes, et regardait en même temps [ou : « tout en regardant » ?] un vieux film sur son inséparable tablette. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Il consulta aussitôt l'appareil avec engouement [FS ici ? Vérifiez dans le DRAE], car cela faisait plusieurs mois qu'il n'avait que peu de [pas très naturel] commandes, et ses comptes, ainsi maltraités, commençaient à en pâtir [la fin est à reprendre / manque de fluidité].

Virginia Batista Flores a dit…

Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et raccommodé plusieurs fois par des mains assez peu expertes, tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Expectant, il consulta aussitôt l'appareil puisque cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares, et ses déjà maigres économies commençaient à en pâtir.

Tradabordo a dit…

Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et raccommodé [mal dit ici] plusieurs fois par des mains assez peu expertes, tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette [bizarre, comme ça, en fin de phrase / je me demande ce que ça donnerait si on le mettait carrément au début… Essayez et voyez ce que ça donne]. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Expectant [mal dit], il consulta aussitôt l'appareil puisque [mal dit] cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares, et ses déjà maigres économies [FS ?] commençaient à en pâtir.

Laetitia a dit…

Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette, Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et ajusté plusieurs fois par des mains assez peu expertes. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Impatient, il consulta aussitôt l'appareil car cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares, et sa mauvaise gestion des comptes commençait à se ressentir.

Tradabordo a dit…

Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette, Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et ajusté [« réparé » ?] plusieurs fois par des mains assez peu expertes. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Impatient, il consulta aussitôt l'appareil [virgule] car cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares, et sa mauvaise gestion des comptes [ou juste « finances » ?] commençait à se [« s'en »] ressentir.

Laetitia a dit…


Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette, Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et reparé plusieurs fois par des mains assez peu expertes. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Impatient, il consulta aussitôt l'appareil, car cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares, et ses finances [mais n'oublie-t-on pas de traduire "ya maltrecha"?] commençaient à s'en ressentir.

Tradabordo a dit…

Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette, Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et re[accent]paré plusieurs fois par des mains assez peu expertes. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Impatient, il consulta aussitôt l'appareil, car cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares, et ses finances [mais n'oublie-t-on pas de traduire "ya maltrecha"? Ah, si, si, il faut le traduire…, mais ça, c'est de votre ressort ;-)] commençaient à s'en ressentir.

Virginia Batista Flores a dit…

Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette, Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et réparé plusieurs fois par des mains assez peu expertes. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Impatient, il consulta aussitôt l'appareil, car cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares et ses finances, déjà malmenées, commençaient à s'en ressentir.

Tradabordo a dit…

Víctor Manuel Valenzuela Real

Les derniers artisans

Tout en regardant un vieux film sur son inséparable tablette, Rodrigo pédalait sans enthousiasme sur un vieux vélo d'appartement, acheté dans un magasin d'articles d'occasion et réparé plusieurs fois par des mains assez peu expertes. Il fut brusquement interrompu par la réception d'un message de son principal employeur. Impatient, il consulta aussitôt l'appareil, car cela faisait plusieurs mois que les commandes étaient rares et ses finances, déjà malmenées, commençaient à s'en ressentir.

OK.

Laëtitia, OK ?

En attendant que Laëtitia valide, je mets la suite.

Laetitia a dit…

Ok

Tradabordo a dit…

Donc, comme expliqué, j'intègre ça dans « Travaux en cours » (cf colonne de droite du blog) ; en cas de besoin, n'hésite pas à vous y reporter.
Et attaquez la suite.