lundi 8 décembre 2014

Projet Margaux 12 – phrase 2


Sé muy bien que en este circo patético de marionetas y titiriteros usted ha resultado igual que el común denominador; conozco como sus imperfecciones abundan a la luz del plenilunio y aun así me resulta casi imposible dejarla de amar, porque con toda esa humanidad obscena y esa libertad con la que habla, con la que putea al mundo, con la que viola toda censura y reprimenda es con la que logra encantar a cualquiera, porque esa crudeza y el vaho del cigarrillo en su boca hacen que todo se vea real, que el orbe soñado de amores perfectos y poetas idealistas se rompan para que todo tenga sentido, para que la carne y el nervio queden expuestas al sol para sentir lo que los prudentes y pudorosos jamás sentirán porque aún no conocen lo que es embriagarse en anarquía.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

6 commentaires:

Margaux Albert a dit…

Je sais très bien que dans ce cirque pathétique fait de marionnettes et d'acrobates, vous êtes restée égale, tel un dénominateur commun ; je sais que vos imperfections abondent sous la lumière de la pleine lune et même comme ça, il m'est presque impossible de cesser de vous aimer, car avec toute cette humanité obscène et cette liberté avec laquelle vous parlez, avec laquelle vous emmerdez le monde, avec laquelle vous violez toute censure et réprimande, c'est grâce à elle que vous parvenez à charmer n'importe qui, car cette rudesse et cette vapeur de cigarette dans votre bouche font que tout se voit de façon réelle, que l'univers rêvé des amours parfaits et des poètes idéalistes se brisent pour que tout prenne sens, pour que la chair et le nerf restent exposés au soleil pour sentir ce que les prudents et les pudiques ne sentiront jamais car ils ne savent pas encore ce que c'est que de s’enivrer en anarchie.

Tradabordo a dit…

Je sais très bien que dans ce cirque pathétique [placé après ?] fait [pas nécessaire] de marionnettes et d'acrobates, vous êtes restée égale [bizarre, non ?], tel un dénominateur commun ;

Margaux Albert a dit…

Je sais très bien que dans ce cirque de marionnettes et d'acrobates pathétique, vous êtes restée égale à vous même, tel un dénominateur commun ;

Tradabordo a dit…

Regardez mon mail à propos de ce texte.

Margaux Albert a dit…

je n'ai rien reçu... sur quelle boite ?!

Tradabordo a dit…

C'était une boite gmail… mais je viens de renvoyer mon message sur celle de la fac.