jeudi 18 décembre 2014

Projet Morgane 13 – phrases 6-7


La estación del tren era el paseo semanal de mi madre. Un extraño hábito que me costó comprender; de manera especial por la ansiedad que experimentaba frente a la presencia de los vagones: una fila de carros sin puertas ni elaboradas ventanas, que usualmente servían para trasportar a los peones en tiempos de los cortes de café, y a los soldados de cualquier facción política reclutados para la guerra civil.

Traduction temporaire :
La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture avec des portes et des fenêtres qui n'avaient rien de spécial, qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

14 commentaires:

Morgane Labrousse a dit…

La gare était le lieu de passage hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait face aux wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres très élaborées, qui servait généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique engagés pour la guerre civile.

Tradabordo a dit…

La gare était le lieu de passage [?????????] hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus [on était au PS ou au PC ?] du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété [ou « fébrilité » ? Comme tu veux] qu'elle éprouvait face aux [ou dans le sens : « en présence des » ? Comme tu veux…] wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres très élaborées [CS], qui servait généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique engagés pour [?] la guerre civile.

Morgane Labrousse a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres trompeuses, qui servait généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Tradabordo a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres trompeuses [FS], qui servait généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Morgane Labrousse a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres dissimulées, qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Tradabordo a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres dissimulées [pourquoi ne le prends-tu pas littéralement ? Il veut dire qu'il s'étonne parce que tout cela n'est que très ordinaire.], qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Morgane Labrousse a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres artificieuses, qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Tradabordo a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres artificieuses [l'idée, à mon avis, c'est présentant quoi que ce soit de spécial…], qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Morgane Labrousse a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres extraordinaires, qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Tradabordo a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres extraordinaires [mal formulé… Le pb n'est pas qu'elles ne soient pas extraordinaires en soi, mais qu'elles n'aient rien de spécial…], qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Morgane Labrousse a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres très singulières, qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Tradabordo a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture sans portes ni fenêtres très singulières [« avec des portes et des fenêtres qui n'avaient rien de spécial »], qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Morgane Labrousse a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture avec des portes et des fenêtres qui n'avaient rien de spécial, qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

Tradabordo a dit…

La gare était le lieu de promenade hebdomadaire de ma mère. Une étrange habitude que j'eus du mal à comprendre ; en particulier à cause de l'anxiété qu'elle éprouvait en présence des wagons : une file de voiture avec des portes et des fenêtres qui n'avaient rien de spécial, qui servaient généralement à transporter les paysans au moment de la récolte du café, et les soldats de n'importe quelle faction politique recrutés pendant la guerre civile.

OK.