lundi 15 décembre 2014

Projet Noemi 4 – phrases 5-8


De pronto empezaba a bostezar, ponía su firma en los libros contables y los cerraba de un golpe. Mientras tomaba su refrigerio, que consistía casi siempre en una hamburguesa y una gaseosa oscura, conversaba con sus compañeros sobre nimiedades (aventuras de fin de semana, partidos de fútbol y asuntos profesionales). Por supuesto nadie hablaba sobre temas agudos. Se temía ser visto como un alborotador. En la tarde, luego de trazar escritos y enviar el despacho, se reunía con su jefe para comentarle sus avances.

Traduction temporaire :

Soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et à une boisson gazeuse de couleur sombre, il bavardait avec ses collègues à propos de tout et de rien (liaisons d'un week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop sérieux. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des documents administratifs et fait partir le courrier, il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

8 commentaires:

Noemi Cano a dit…

Puis, soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et une boisson gazeuse de couleur foncée, il bavardait avec ses collègues à propos de vétilles (aventures de week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop pointus. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des textes et dirigé la réunion [je ne comprends pas du tout de quoi il s'agit...une piste svp ?!], il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

Tradabordo a dit…

Puis [nécessaire ?], soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et une boisson gazeuse de couleur [nécessaire ? J'hésite…] foncée, il bavardait avec ses collègues à propos de vétilles [« tout et de rien » ?] (aventures de week-end [naturel ?], match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop pointus [il faut comprendre quoi, à ton avis ?]. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des textes et dirigé la réunion [je ne comprends pas du tout de quoi il s'agit...une piste svp ?! // regarde chacune des expressions sur Google… avec les guillemets et vois dans quel contexte elles sont employées. Ça te donnera une piste en recoupant], il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

Noemi Cano a dit…

Soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et à une boisson gazeuse bien connue, il bavardait avec ses collègues à propos de tout et de rien (liaisons du week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop sérieux. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des documents administratifs et expédier la dépêche, il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

Tradabordo a dit…

Soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et à une boisson gazeuse bien connue [FS], il bavardait avec ses collègues à propos de tout et de rien (liaisons du [« d'un » ?] week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop sérieux. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des documents administratifs et expédier la dépêche [sûre ?], il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

Noemi Cano a dit…

Soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et à une boisson gazeuse de couleur sombre, il bavardait avec ses collègues à propos de tout et de rien (liaisons d'un week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop sérieux. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des documents administratifs et envoyé le dossier , il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

Tradabordo a dit…

Soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et à une boisson gazeuse de couleur sombre, il bavardait avec ses collègues à propos de tout et de rien (liaisons d'un week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop sérieux. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des documents administratifs et envoyé le dossier [super vague, là… As-tu fait des recherches un peu précises ?], il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

Noemi Cano a dit…

Soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et à une boisson gazeuse de couleur sombre, il bavardait avec ses collègues à propos de tout et de rien (liaisons d'un week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop sérieux. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des documents administratifs et fait partir le courrier [j'ai fais des recherches précises (avec et sans guillemets sur google), j'ai regardé des fiches métiers comptable, j'ai demandé à des espagnols ... je comprends bien qu'il s'agit d'activités liées au travail de bureau, pas forcément spécifique à la comptabilité, mais “enviar el despacho” m'échappe dans ce contexte ... ça pourrait être tout simplement le courrier ?], il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

Tradabordo a dit…

Soudain, il se mettait à bâiller, apposait sa signature sur les livres de comptes et les fermait d'un coup sec. Tout en prenant sa collation, qui se résumait bien souvent à un hamburger et à une boisson gazeuse de couleur sombre, il bavardait avec ses collègues à propos de tout et de rien (liaisons d'un week-end, match de football ou sujets professionnels). Bien évidemment, personne n'abordait de thèmes trop sérieux. On craignait de passer pour un fauteur de troubles. L'après-midi, après avoir rédigé des documents administratifs et fait partir le courrier, il retrouvait son chef pour lui parler de ses acomptes.

OK.