lundi 29 décembre 2014

Projet Céline 2 – phrases 69-73

-Son de mi finado marido, le quedan grandes pero mejor, así no le rozan las ampollas. Virgen Santa qué va a decir su madre, cuando lo vea con los pieses a la miseria. Eso no se lo va a perdonar al viejo.
- Muchas gracias, Doña. Cuando se vaya la nieve le traigo las cosas de vuelta.

Traduction temporaire :
— Ce sont celles de mon défunt mari. Elles sont grandes pour toi, mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Dieu du ciel, que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds aussi abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramènerai vos affaires.

8 commentaires:

Céline Rollero a dit…

— Ce sont celles de mon défunt mari, elles sont grandes pour toi mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Sainte Marie, que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds si abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramène vos affaires.

Tradabordo a dit…

— Ce sont celles de mon défunt mari, [point ?] elles sont grandes pour toi [virgule] mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Sainte Marie, que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds si [« aussi » ?] abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramène vos affaires.

Céline Rollero a dit…

— Ce sont celles de mon défunt mari. Elles sont grandes pour toi, mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Sainte Marie, que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds aussi abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramène vos affaires.

Céline Rollero a dit…

Oubli ?

Tradabordo a dit…

Oui :-)

— Ce sont celles de mon défunt mari. Elles sont grandes pour toi, mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Sainte Marie [« Dieu du ciel » ?], que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds aussi abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramène [futur ?] vos affaires.

Céline Rollero a dit…

— Ce sont celles de mon défunt mari. Elles sont grandes pour toi, mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Dieu du ciel, que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds aussi abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramènerai vos affaires.

Céline Rollero a dit…

— Ce sont celles de mon défunt mari. Elles sont grandes pour toi, mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Dieu du ciel, que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds aussi abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramènerai vos affaires.

Tradabordo a dit…

— Ce sont celles de mon défunt mari. Elles sont grandes pour toi, mais c’est pas plus mal, elles ne frotteront pas sur tes ampoules. Dieu du ciel, que dira ta mère quand elle te verra avec des pieds aussi abîmés ? Elle ne le pardonnera pas au vieux.
— Merci beaucoup, madame. Quand la neige aura fondu, je vous ramènerai vos affaires.

OK.