jeudi 11 décembre 2014

Projet Noemi 4 – titre + phrases 1-4

Julio Meza Díaz (Pérou)

El amor de un dinosaurio

Cuando estaba en la oficina el Contador era un individuo sin luz propia. Su trabajo, el mismo desde hacía un lustro, lo encadenaba al escritorio durante sesenta o más horas a la semana. El trajín era repetitivo como el de una máquina incapaz de desgastarse. En la primera etapa del día revisaba las cuentas (manipulaba el debe y el haber como fichas de un rompecabezas).

Traduction temporaire :


Julio Meza Díaz (Pérou)

L'amour d'un dinosaure

Au cabinet, le Comptable était quelqu'un de complètement éteint. Son travail, le même depuis un bon lustre, le retenait à son bureau pendant soixante heures par semaine, voire plus. Ses tâches étaient répétitives, comme celles d'une machine incapable de s'épuiser. Durant la première partie de la journée, il vérifiait les comptes (il trafiquait le débit et le crédit telles les pièces d'un puzzle).

6 commentaires:

Noemi Cano a dit…

Julio Meza Díaz (Pérou)

L'amour d'un dinosaure

Au bureau, le Compteur était quelqu'un de complètement éteint. Son travail, le même depuis des lustres, l’enchaînait au secrétaire pendant soixante heures, voire plus, par semaine. Le remue-ménage était répétitif, comme celui d'une machine incapable de s'user. Durant la première partie de la journée, il vérifiait les comptes ( il manipulait le débit et crédit telles les pièces d'un puzzle).

Tradabordo a dit…

Julio Meza Díaz (Pérou)

L'amour d'un dinosaure

Au bureau, le Compteur [sûre ?] était quelqu'un de complètement éteint. Son travail, le même depuis des lustres [lustre = 5 ans… Là, c'est au singulier], l’enchaînait au secrétaire [?????] pendant soixante heures, voire plus [ou à la fin ?], par semaine. Le remue-ménage était répétitif, comme celui d'une machine incapable de s'user [naturel ?]. Durant la première partie de la journée, il vérifiait les comptes ([espace en trop] il manipulait le débit [on dit comme ça ?] et crédit telles les pièces d'un puzzle).

Noemi Cano a dit…

Julio Meza Díaz (Pérou)

L'amour d'un dinosaure

Au cabinet, le Comptable [sûre ?/Bon, dans Crisco ça existe même si effectivement ... : A.− Rare. Celui qui compte. Un compteur-chanteur informe en basque le public des péripéties de la lutte [à la pelote] (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 171)] était quelqu'un de complètement éteint. Son travail, le même depuis un lustre, le retenait à son bureau pendant soixante heures par semaine, voire plus. Le remue-ménage était répétitif, comme celui d'une machine incapable de s'épuiser. Durant la première partie de la journée, il vérifiait les comptes (il trafiquait le débit et crédit telles les pièces d'un puzzle).

Tradabordo a dit…

Julio Meza Díaz (Pérou)

L'amour d'un dinosaure

Au cabinet, le Comptable était quelqu'un de complètement éteint. Son travail, le même depuis un [cheville : « bon » ?] lustre, le retenait à son bureau pendant soixante heures par semaine, voire plus. Le remue-ménage [bizarre, non ?] était répétitif, comme celui d'une machine incapable de s'épuiser. Durant la première partie de la journée, il vérifiait les comptes (il trafiquait le débit et crédit telles les pièces d'un puzzle).

Noemi Cano a dit…

Julio Meza Díaz (Pérou)

L'amour d'un dinosaure

Au cabinet, le Comptable était quelqu'un de complètement éteint. Son travail, le même depuis un bon lustre, le retenait à son bureau pendant soixante heures par semaine, voire plus. Ses tâches étaient répétitives, comme celles d'une machine incapable de s'épuiser. Durant la première partie de la journée, il vérifiait les comptes (il trafiquait le débit et le crédit telles les pièces d'un puzzle).

Tradabordo a dit…

Julio Meza Díaz (Pérou)

L'amour d'un dinosaure

Au cabinet, le Comptable était quelqu'un de complètement éteint. Son travail, le même depuis un bon lustre, le retenait à son bureau pendant soixante heures par semaine, voire plus. Ses tâches étaient répétitives, comme celles d'une machine incapable de s'épuiser. Durant la première partie de la journée, il vérifiait les comptes (il trafiquait le débit et le crédit telles les pièces d'un puzzle).

OK.