mercredi 14 janvier 2015

Projet Manuel / Thomas – titre + phrases 1-2

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LA COMETA

La oscuridad no le protegería. Entraría en una noche de innumerables redes, de ojos cambiantes. No estaba seguro de si debía hacerlo, de si se atrevería.

James Salter


Santiago aguzó la vista, pero el brillo de las manecillas y los números fosforescentes del reloj era demasiado tenue para sus ojos miopes. Tuvo que asirlo y llevarlo hasta un palmo de su rostro para comprobar que eran más de las tres de la madrugada.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

15 commentaires:

Partaud Manu a dit…

La cometa.
Le cerf-volant

"La oscuridad no le protegería.
"L'obscurité ne le protégerait pas.

Entraría en una noche de innumerables redes, de ojos cambiantes.
Il entrerait dans une nuit d'innombrables liens, d'yeux changeants.

No estaba seguro de si debía hacerlo, de si se atrevería.
Il n'était pas sûr de devoir le faire, de se risquer."

James Salter

Tradabordo a dit…

Il faut laisser l'espagnol seulement pour la trad à rendre à la fin du semestre ! Là, je l'ai sous les yeux puisque c'est une phrase à la fois.

+ nom de l'auteur et pays.

Thomas Maignan a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables liens, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de se risquer.

James Salter

Santiago stimula sa vue, mais la luminosité des aiguilles et des numéros phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut le saisir et le porter près de son visage pour vérifier qu'il était plus de trois heures du matin.

Tradabordo a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables liens [pas exactement le sens], d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de se [« s'y » ?] risquer.

James Salter

Santiago stimula [FS] sa vue, mais la luminosité des aiguilles et des numéros [« chiffres » ? Vérifiez la fréquence d'usage dans ce contexte – vous avez, le méthode : Google avec les guillemets] phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut le saisir [ou « attraper » ? Comme vous préférez] et le porter près de son visage pour vérifier [FS ici] qu'il était plus de trois heures du matin.

Thomas Maignan a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables emmêlements [ ?], d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago aiguisa sa vue, mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et le porter près de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Tradabordo a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables emmêlements [ ? « réseaux » ?], d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago aiguisa sa vue [à mon avis, il faut complètement changer… car ce ne sont pas des choses que l'on dirait spontanément // un truc du genre : regarda plus attentivement…], mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et le porter près [« l'approcher de » ?] de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin [point]

Partaud Manu a dit…

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago accommoda sa vue mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Tradabordo a dit…

Remettez le nom de l'auteur, le pays + le titre.

JE RÉPÈTE : À LA FIN, JE DOIS FAIRE LE COPIER-COLLER DU BLOC.

Thomas Maignan a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago accommoda sa vue mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Tradabordo a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago accommoda [pas vraiment l'idée // c'est juste qu'il regarde plus attentivement] sa vue mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Thomas Maignan a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago força du regard mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Thomas Maignan a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago força du regard mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Tradabordo a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago força du regard [je pense vraiment que vous devriez vous contenter de « regarda plus attentivement »] mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Thomas Maignan a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago regarda plus attentivement mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

Tradabordo a dit…

Guillermo Niño de Guzmán (Pérou)

LE CERF-VOLANT

L'obscurité ne le protégerait pas. Il entrerait dans une nuit d'innombrables réseaux, d'yeux changeants. Il n'était pas sûr de devoir le faire, de s'y risquer.

James Salter

Santiago regarda plus attentivement mais la luminosité des aiguilles et des chiffres phosphorescents du réveil était trop faible pour ses yeux myopes. Il dut l'attraper et l’approcher de son visage pour s'apercevoir qu'il était plus de trois heures du matin.

OK.

Manuel ?