jeudi 8 janvier 2015

Projet Ludivine / Elise – phrases 9-14

Muñecas, libros de cuentos, soldados, osos de peluche. Siempre le gustó especialmente uno muy gracioso con un libro en la mano y unas gafas redonditas, apoyadas en la punta de la nariz. Pero el verdadero tesoro estaba en el interior. Tenía que estarlo. No quiso darle más vueltas y entró. El dueño de la tienda, un señor mayor alto y delgado con chaleco negro y gafas, levantó la cabeza del tren que estaba reparando en una pequeña mesa junto al mostrador.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

9 commentaires:

Arnou Ludivine a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, appuyées sur la pointe du nez lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu lui donner plus de tours et il est rentré. Le maître du magasin, un homme âgé, grand et mince avec un gilet noir et des lunettes, leva la tête du train qu'il était entrain de réparer sur une petite table à côté du comptoir.

Tradabordo a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, appuyées sur la pointe [« posées sur le bout de son » ?] du nez [virgule] lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu lui donner plus de tours [sens ???????] et il est rentré. Le maître [FS ici] du magasin, un homme âgé, grand et mince [virgule] avec un gilet noir et des lunettes, leva [pb de temps important ; attention : il faut systématiser… soit vous êtes au passé composé (cf plus haut), soit vous être au passé simple, mais pas les deux] la tête du train qu'il était entrain [orthographe + maladroit alors que vous avez déjà « du train »] de réparer sur une petite table à côté du comptoir.

Arnou Ludivine a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, posées sur le bout de son nez, lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu se déplacer davantage et il est rentré. Le propriétaire du magasin, un homme âgé, grand et mince, avec un gilet noir et des lunettes, a levé la tête du train qu'il réparait sur une petite table à côté du comptoir.

Tradabordo a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, posées sur le bout de son nez, lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu se déplacer davantage [CS] et il [nécessaire ?] est rentré. Le propriétaire du magasin, un homme âgé, grand et mince, avec un gilet noir et des lunettes, a levé la tête du train qu'il réparait sur une petite table à côté du comptoir.

Larbalete Élise a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, posées sur le bout de son nez, lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu continuer son tour et est entré. Le propriétaire du magasin, un homme âgé, grand et mince, avec un gilet noir et des lunettes, a levé la tête du train qu'il réparait sur une petite table à côté du comptoir.

Tradabordo a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, posées sur le bout de son nez, lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu continuer son tour [CS] et est entré. Le propriétaire du magasin, un homme âgé, grand et mince, avec un gilet noir et des lunettes, a levé la tête du train qu'il réparait sur une petite table à côté du comptoir.

Ludivine Arnou a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, posées sur le bout de son nez, lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu faire demi-tour et est entré. Le propriétaire du magasin, un homme âgé, grand et mince, avec un gilet noir et des lunettes, a levé la tête du train qu'il réparait sur une petite table à côté du comptoir.

Ludivine Arnou a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, posées sur le bout de son nez, lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu faire demi-tour et est entré. Le propriétaire du magasin, un homme âgé, grand et mince, avec un gilet noir et des lunettes, a levé la tête du train qu'il réparait sur une petite table à côté du comptoir.

Tradabordo a dit…

Des poupées, des livres de contes, des soldats, des ours en peluche. L'un d'eux, très amusant, avec un livre à la main et des lunettes rondes, posées sur le bout de son nez, lui a toujours spécialement plu. Mais le vrai trésor était à l'intérieur. Il devait y être. Il n'a pas voulu faire demi-tour et est entré. Le propriétaire du magasin, un homme âgé, grand et mince, avec un gilet noir et des lunettes, a levé la tête du train qu'il réparait sur une petite table à côté du comptoir.

OK.

Élise ?