dimanche 1 mars 2015

Projet Éléonore / Johanna – phrases 62-64

La tunera pertenece a la vecina, una vieja huraña y algo loca que no se preocupa en lo más mínimo por el cuidado de su casa. Más de una vez la madre de la niña ha peleado a gritos e insultos con la vieja por razón de la tunera, la cual se ha expandido demasiado y, según su madre, amenaza con desplomarse en cualquier momento en el patio. “Y a mí qué chucha”, contesta la vieja loca.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

15 commentaires:

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille sauvage et un peu folle, qui ne se préoccupe pas le moindre de l'entretient de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la môme s'est disputée de grands cris et d'insultes avec la vieille à cause du figuier de Barbarie, lequel s'est trop étendu et, selon la mère, menace de s'incliner à tout moment dans la cour. «Et qu'est-ce que j'en ai à foutre moi» répond la vieille folle.

Tradabordo a dit…

Rétablissez vos espaces.

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille sauvage et un peu folle, qui ne se préoccupe pas le moindre de l'entretient de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la môme s'est disputée de grands cris et d'insultes avec la vieille à cause du figuier de Barbarie, lequel s'est trop étendu et, selon la mère, menace de s'incliner à tout moment dans la cour. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre moi » répond la vieille folle.

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille sauvage et un peu folle, qui ne se préoccupe pas le moindre de l'entretien [correction] de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la môme s'est disputée de grands cris et d'insultes avec la vieille à cause du figuier de Barbarie, lequel s'est trop étendu et, selon la mère, menace de s'incliner à tout moment dans la cour. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre moi » répond la vieille folle.

Tradabordo a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille sauvage [ambigu par rapport à la V.O. // le lecteur francophone n'ayant pas la V.O. à côté, je me demande s'il ne comprendra pas de travers…] et un peu folle, qui ne se préoccupe pas le moindre de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la môme [registre] s'est disputée de [?????] grands cris et d'insultes avec la vieille [« elle » ?] à cause du [possessif ? Comme vous voulez…] figuier de Barbarie, lequel [« parce qu'il »…] s'est trop étendu et, selon la [?] mère, menace de s'incliner à tout moment dans la cour [manque de naturel sur la fin]. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre [virgule] moi » répond la vieille folle.

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille femme grossière et un peu folle, qui ne se préoccupe pas le moindre de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'est disputée avec elle, en criant fort et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il s'est trop étendu et, selon sa mère, menace de s'incliner dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi » répond la vieille folle.

Tradabordo a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille femme grossière [plus dans le sens « râleuse » ; regardez dans la dico unilingue] et un peu folle [« cinglée » – puisqu'on a « folle » déjà à la fin], qui ne se préoccupe pas le moindre de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'est disputée [temps ? Ou PQP ? Je vous laisse voir…] avec elle, en criant fort [nécessaire ?] et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il s'est trop étendu [avec « grandir » ?] et, selon sa mère, [manque quelque chose ici] menace de s'incliner [mal dit] dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi » [virgule] répond la vieille folle.

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille femme [grincheuse ? >huraña : adj : que huye o se esconde de las gentes] et un peu cinglée, qui ne se préoccupe pas le moindre de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'est disputée avec elle, en criant et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il avait trop grandi et, selon sa mère, menace donc de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

Tradabordo a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille femme [nécessaire ?] grincheuse et [nécessaire ?] un peu cinglée, qui ne se préoccupe pas le moindre [charabia // relisez] de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'est disputée avec elle, en criant et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il avait [si vous laissez le passé composé avant, il faut le faire ici aussi] trop grandi et, selon sa mère, menace donc [?] de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille grincheuse et un peu cinglée, qui ne se préoccupe pas de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'est disputée avec elle, en criant et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il a trop grandi et, selon sa mère, menace de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

Tradabordo a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille grincheuse et un peu cinglée, qui ne se préoccupe pas de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'est disputée avec elle, en [nécessaire ?] criant et en [nécessaire ?] l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il a trop grandi [vous devriez mettre le PQP aux deux] et, selon sa mère, menace de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille grincheuse et un peu cinglée, qui ne se préoccupe pas de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'était disputée avec elle, criant et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il avait trop grandi et, selon sa mère, menace de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

Tradabordo a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille grincheuse et un peu cinglée qui ne se préoccupe pas de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'était disputée avec elle, criant et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il avait trop grandi et [« qui » ?], selon sa mère, menace de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

Johanna Delorme a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille grincheuse et un peu cinglée qui ne se préoccupe pas de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'était disputée avec elle, criant et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il avait trop grandi et qui, selon sa mère, menace de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

Tradabordo a dit…

Le figuier de Barbarie appartient à la voisine, une vieille grincheuse et un peu cinglée qui ne se préoccupe pas de l'entretien de sa maison. Plus d'une fois, la mère de la fillette s'était disputée avec elle, criant et en l'insultant, à cause de son figuier de Barbarie, parce qu'il avait trop grandi et qui, selon sa mère, menace de s'effondrer dans la cour à tout moment. « Et qu'est-ce que j'en ai à foutre, moi », répond la vieille folle.

OK.

Eleonore ?