jeudi 26 février 2015

Projet Elsa 3 – phrases 26-28

Cuando llega el final me encuentro con los ojos, aún cerrados, inundados de lágrimas arrancando en una explosión de aplausos. Ahora, con la luz encendida, miro a mi improvisado maestro. Es un adonis.

Traduction temporaire :
Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes et mes applaudissements éclatent telle une explosion. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

16 commentaires:

elsa gatard a dit…

Maria Sergia Martin Gonzalez

Quand la fin arrive je me retrouve avec les yeux, encore fermés, inondés de larmes mais une explosion d’applaudissements m’arrache à mes émotions [j’ai ajouté une cheville pour m’approcher du sens, à voir si je n’ai pas trop modifié…]. Maintenant, avec la lumière allumée, je regarde mon maître impromptu. C’est un adonis.

Tradabordo a dit…

Quand la fin arrive [virgule] je me retrouve [bof ; allez directement à une formule simple : « mes yeux… »] avec les yeux, encore fermés, inondés de larmes mais une explosion d’applaudissements m’arrache à mes émotions [j’ai ajouté une cheville pour m’approcher du sens, à voir si je n’ai pas trop modifié…]. Maintenant, avec la lumière allumée, je regarde mon maître impromptu. C’est un adonis.

elsa gatard a dit…

Maria Sergia Martin Gonzalez

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, inondés de larmes mais une explosion d’applaudissements m’arrache à mes émotions. Maintenant, avec la lumière allumée, je regarde mon maître impromptu. C’est un adonis.

Tradabordo a dit…

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, inondés [« baignés » ? Comme vous préférez…] de larmes mais [CS ?] une explosion d’applaudissements m’arrache à mes émotions. Maintenant, avec [supprimez] la lumière allumée, je regarde mon maître impromptu [littéral ?]. C’est un adonis.

elsa gatard a dit…

Maria Sergia Martin Gonzalez

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes, une explosion d’applaudissements m’arrache à mes émotions. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

Tradabordo a dit…

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes, une explosion d’applaudissements m’arrache à mes émotions [demandez à un hispanophone pour la fin de cette phrase…]. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

elsa gatard a dit…

Maria Sergia Martin Gonzalez

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes éclatant en une explosion d’applaudissements [Tous les hispanophones à qui j’ai demandé m’ont dit que l’auteure cherchait ici à amplifier les émotions de cette jeune-femme en comparant l’intensité des larmes avec l’intensité des applaudissements]. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

Tradabordo a dit…

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes éclatant en [est-ce : « éclatant telle » ou « éclatant en même temps que les applaudissements » ?] une explosion d’applaudissements. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

elsa gatard a dit…

Maria Sergia Martin Gonzalez.

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes éclatant telle une explosion d’applaudissements. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

Tradabordo a dit…

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes éclatant telle une explosion d’applaudissements. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

Je demande son avis à une des traductrices expérimentée du groupe – je ne dis pas que c'est faux, mais quand même bizarre. Or, je déteste rester avec un doute… Ça m'inquiète ;-)

Elena a dit…

Bonjour,
Je comprends que les actions sont concomitantes :

Les yeux pleins de larmes, elle commence à applaudir.

Il s'agit de "arrancar", dans le sens de "commencer".

Tradabordo a dit…

Merci, Elena. Cela aidera certainement Elsa.

elsa gatard a dit…

Maria Sergia Martin Gonzalez.

Merci beaucoup Elena, ton analyse m'aide vraiment à me rapprocher du sens :)

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes et telle une explosion je me mets à applaudir. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

Tradabordo a dit…

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes et telle une explosion je me mets à applaudir [ou : « et mes applaudissements sont une explosion » ou quelque chose comme ça ?]. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

elsa gatard a dit…

Maria Sergia Martin Gonzalez.

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes et mes applaudissements éclatent telle une explosion [Qu'en pensez-vous?]. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

Tradabordo a dit…

Quand la fin arrive, mes yeux sont encore fermés, baignés de larmes et mes applaudissements éclatent telle une explosion. Maintenant, la lumière allumée, je regarde mon maître improvisé. C’est un adonis.

OK.