mercredi 18 février 2015

Projet Juliette / Jordane – phrases 73-77

Otra vez el ruido extrañamente parecía entrar y salir de la casa. Súbitamente el hombre se puso a toser como si algo tratase de ahogarlo. Onel sin decirle nada miraba cómo se debatía el hombre con la tos. Sólo cuando el hombre se puso de pie, Onel estiró su brazo sobre el hombro del hombre, tal vez para que no cayera al suelo. Cuando dejó de toser el hombre, ninguno de los dos volvió a sentarse, quizá presintiendo una desgracia.

Traduction temporaire :
De nouveau, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de la demeure. Soudain, l’homme se mit à tousser, comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Sans rien lui dire, Onel le regardait se débattre avec sa toux. Au moment où l’homme se leva, Onel tendit le bras sur son épaule, sûrement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l'autre cessa de tousser, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, sentant peut-être un malheur venir.

11 commentaires:

Juliette Boudesseul a dit…

Une fois de plus, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de l’habitation [pas génial, non ?]. Subitement, l’homme commença à [pour éviter la répétition de « se mit » ?] tousser comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Onel, sans rien lui dire, regardait comment l’homme [« il » ?]s’en sortait avec sa toux. Au moment où l’homme se mit debout, Onel tendit le bras sur son épaule, surement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme ne toussa plus, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, ils présentaient peut-être une disgrâce.

Tradabordo a dit…

Une fois de plus, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de l’habitation [pas génial, non ?]. Subitement, l’homme commença à [pour éviter la répétition de « se mit » ?] tousser comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Onel, sans rien lui dire, regardait comment l’homme [« il » ?]s’en sortait avec sa toux. Au moment où l’homme se mit debout, Onel tendit le bras sur son épaule, surement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme ne toussa plus, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, ils présentaient peut-être une disgrâce.

Tranchez sur toutes les questions que vous vous posez. Je veux évaluer une proposition complète, sans solutions de rechange.

Jordane Coutin a dit…

Une fois de plus, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de l’habitation. Subitement, l’homme commença à tousser comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Onel, sans rien lui dire, regardait comment il s’en sortait avec sa toux. Au moment où l’homme se mit debout, Onel tendit le bras sur son épaule, surement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme ne toussa plus, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, ils présentaient peut-être une disgrâce.

Tradabordo a dit…

Une fois de plus, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de l’habitation [« demeure » ?]. Subitement, l’homme commença [« se mit » ?] à tousser [virgule ?] comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Onel, sans rien lui dire [au début ?], regardait comment [nécessaire de passer par là, alors que vous avez un « comme » avant ?] il s’en sortait avec [pourquoi pas littéral ?] sa toux. Au moment où l’homme se mit debout [« leva » ?], Onel tendit le bras sur son épaule, surement [orthographe] pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme ne toussa plus [pourquoi vous changez ? Dejar de = cesser de ?], ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, ils présentaient peut-être une disgrâce [la fin ?].

Juliette Boudesseul a dit…

Une fois de plus, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de la demeure. Subitement, l’homme se mit à tousser, comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Sans rien lui dire, Onel regardait l’homme qui se débattait avec sa toux. Au moment où l’homme se leva, Onel tendit le bras sur son épaule, sûrement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme cessa de tousser, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, sentant peut-être un malheur.

Tradabordo a dit…

Une fois de plus [« De nouveau » ?], le bruit semblait étrangement entrer et sortir de la demeure. Subitement [« Soudain » ou autre chose comme ça ? Comme vous avez déjà un adverbe en « -ment » dans la phrase d'avant, je crois que ce sera mieux], l’homme se mit à tousser, comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Sans rien lui dire, Onel regardait l’homme [avec un simple « le », pour ne pas avoir de pb de répétition ?] qui se débattait avec sa toux. Au moment où l’homme se leva, Onel tendit le bras sur son épaule, sûrement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme cessa de tousser, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, sentant peut-être un malheur [cheville : « venir » ?].

Juliette Boudesseul a dit…

De nouveau, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de la demeure. Soudain, l’homme se mit à tousser, comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Sans rien lui dire, Onel le regardait qui se débattait avec sa toux. Au moment où l’homme se leva, Onel tendit le bras sur son épaule, sûrement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme cessa de tousser, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, sentant peut-être un malheur venir.

Juliette Boudesseul a dit…

Ok ?

Tradabordo a dit…

Je n'avais pas vu votre commentaire ; quand vous vous rendez compte que ça bouge chez les autres et pas chez vous, réagissez avant…

De nouveau, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de la demeure. Soudain, l’homme se mit à tousser, comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Sans rien lui dire, Onel le regardait qui se débattait [avec un infinitif ?] avec sa toux. Au moment où l’homme se leva, Onel tendit le bras sur son épaule, sûrement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l’homme [« l'autre » ?] cessa de tousser, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, sentant peut-être un malheur venir.

Jordane Coutin a dit…

De nouveau, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de la demeure. Soudain, l’homme se mit à tousser, comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Sans rien lui dire, Onel le regardait se débattre avec sa toux. Au moment où l’homme se leva, Onel tendit le bras sur son épaule, sûrement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l'autre cessa de tousser, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, sentant peut-être un malheur venir.

Tradabordo a dit…

De nouveau, le bruit semblait étrangement entrer et sortir de la demeure. Soudain, l’homme se mit à tousser, comme si quelque chose essayait de l’étouffer. Sans rien lui dire, Onel le regardait se débattre avec sa toux. Au moment où l’homme se leva, Onel tendit le bras sur son épaule, sûrement pour qu’il ne tombe pas par terre. Quand l'autre cessa de tousser, ni l’un ni l’autre ne vint s’asseoir, sentant peut-être un malheur venir.

OK.