lundi 23 février 2015

Projet Manuel / Thomas – phrases 43-45

Aspiró con fuerza y el olor del mar y de la noche se agolparon dentro de sus fosas nasales e inundaron sus pulmones. Un leve estremecimiento le recorrió la columna vertebral y su mano dejó escapar la lata de ginger ale. Abrió los ojos y vio cómo esta se precipitaba a la calle, en un caída que parecía eterna, como en una filmación con cámara lenta.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

11 commentaires:

Thomas Maignan a dit…

Il huma avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'accumulèrent dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et vit comment cette dernière se précipitait vers la rue, dans une chute qui paressait éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Tradabordo a dit…

Il huma [ou « inspirer » ? Je vous laisse réfléchir] avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'accumulèrent dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et vit comment cette dernière [avec « la vit » suffira] se précipitait vers la rue, dans une chute qui paressait éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Thomas Maignan a dit…

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'accumulèrent dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paressait éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Partaud Manu a dit…

Il inspira fermement et l'odeur de la mer et de la nuit s'accumulèrent dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paressait éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Thomas Maignan a dit…

[Je me suis trompé, j'ai mis "paressait" au lieu de "paraissait"…]

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'accumulèrent dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paraissait éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Tradabordo a dit…

Je prends la première traduction postée.

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'accumulèrent [« s'engouffra » ? Si pluriel, il faut ajouter « et celle »] dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paressait [orthographe] éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Thomas Maignan a dit…

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'engouffra dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paraissait éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Partaud Manu a dit…

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et celle de la nuit s'accumulèrent dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paraissait éternelle, comme dans un tournage au ralenti.

Tradabordo a dit…

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'engouffra dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paraissait éternelle, comme dans un tournage [« une séquence » ?] au ralenti.

Thomas Maignan a dit…

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'engouffra dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paraissait éternelle, comme dans une séquence au ralenti.

Tradabordo a dit…

Il inspira avec force et l'odeur de la mer et de la nuit s'engouffra dans ses fosses nasales et ses poumons. Un léger frisson parcourut sa colonne vertébrale et sa main laissa échapper la canette de ginger ale. Il ouvrit les yeux et la vit se précipiter vers la rue, dans une chute qui paraissait éternelle, comme dans une séquence au ralenti.

OK.

Manuel ?