samedi 28 février 2015

Projet Hadia / Kaina – phrases 17-18

No, jamás imaginé que sería el centro de semejantes engranajes oxidados, del mundo afectivo y psíquico de los seres humanos. ¡Cómo añoro la Edad de Oro!, allá lejos, cuando los amaneceres eran numerosas ediciones de cómics; en la que mis hazañas eran acariciadas por sus dedos, que en momentos de éxtasis, se detenían para darme un espacio en su imaginación.

Traduction temporaire :
Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, qui, en ces moments d'extase, s'arrêtaient pour m'offrir un espace dans leur imagination.

38 commentaires:

Hadia Abdou a dit…

Non, jamais je n'ai imaginé que ce serait le centre de tels engrenages oxidés, du monde affectif et psychique des êtres humains. Qu'Est-ce que l'âge d'Or me manque ! Au loin là-bas, lorsque les levers du jours étaient nombreuses, les éditions de bande dessinées et de mes explois étaient cajolées par leurs doigts, lors de ces moments d'extase, ils s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination

Tradabordo a dit…

Non, jamais je n'ai imaginé que ce [CS ?] serait le centre de tels engrenages oxidés [orthographe], [sans la virgule] du monde affectif et psychique des êtres humains. Qu'E[pourquoi une majuscule + il doit y avoir un moyen de ne pas passer par « est-ce que »]st-ce que l'âge d'Or me manque ! Au loin [virgule] là-bas, lorsque les levers du jours étaient nombreuses [grammaire], les éditions de bande dessinées et de mes explois étaient cajolées par leurs doigts,

La fin de cette partie est assez confuse.

lors de ces moments d'extase, ils s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que ce serait le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme l'âge d'or me manque ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient nombreux, les éditions de bande dessinées où mes exploits étaient caressés par ses doigts, au moment d'extases, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que ce serait [qui est le sujet de « sería » ?] le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme l'âge d'or [laissez les majuscules là où elles étaient en V.O.] me manque [grammaire] ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient nombreux, les éditions de bande dessinées [CS] où mes exploits étaient caressés par ses doigts, au moment d'extases, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Hadia Abdou a dit…

C'est l'exploit héroique du personnage.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'ai jamais imaginé de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humaines. Comme l'Age d'Or me manques ! Au loin, là-bàs, aux aurores se trouvaient de nombreux éditions dans lesquels mes exploits étaient caressés par ses doights, dans des moments d'extase, d'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Tradabordo a dit…

Là, vous changez complètement. Ma question était la suivante : « sería », l'exploit (comme vous dites) ou lui ? Vérifiez en fonction de ce qui précède.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme l'Age d'Or me manques ! Au loin, là-bas, lorsque les éditions de bande dessinées étaient nombreux, mes exploits étaient caressés par leurs doigts, dans les moments d'extases, ils s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme l'Age d'Or me manques [grammaire] ! Au loin, là-bas, lorsque les éditions de bande dessinées étaient nombreux [CS ; il faut bien regarder les genre et les accords pour savoir qui va avec qui], mes exploits étaient caressés par leurs doigts, dans les moments d'extases, ils s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or! Au loin, là-bas, au lever du jour, lorsque les éditions de bande dessinée étaient nombreuses, mes exploits étaient effleurés de ses doigts, dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Tradabordo a dit…

Rétablissez vos espaces.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, au lever du jour, lorsque les éditions de bande dessinée étaient nombreuses, mes exploits étaient effleurés de ses doigts, dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, au lever du jour, lorsque les éditions de bande dessinée étaient nombreuses [pas ce que dit la V.O.], mes exploits étaient effleurés de ses doigts, dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour avaient de nombreuses éditions de bande dessinée, mes exploits étaient effleurés de ses doigts, dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour avaient [pas le verbe de l'esp.] de nombreuses éditions de bande dessinée, mes exploits étaient effleurés de ses doigts, dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bande dessinée, mes exploits étaient effleurés de ses doigts, dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bande [grammaire] dessinée [grammaire], mes exploits [cheville : « y » ?] étaient effleurés de ses [?] doigts, [et le « que » espagnol ?] dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans son [?] imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient nombreux, les éditions de bandes dessinées, mes exploits y étaient effleurés de leurs doigts, que dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient nombreux, les éditions de bandes dessinées [mais pourquoi avez-vous encore changé ce morceau alors que c'était bon ????], mes exploits y étaient effleurés de leurs doigts, que dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées, mes exploits y étaient effleurés de leurs doigts, que dans les moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées, mes exploits y étaient effleurés de leurs doigts, que [?] dans les [possessif] moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées, mes exploits y étaient effleurés de leurs doigts, en ses moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés de [« avec » ?] leurs doigts, [et le « que » espagnol ?] en ses [pourquoi un possessif ????] moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés avec leurs doigts, que en ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés avec [« par »] leurs doigts, que en [« que en » ????] ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, que dans ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, que [non] dans ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, dans ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts [il faut traduire le « que » espagnol – correctement], dans ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Hadia Abdou a dit…

Excusez-nous mais on ne sait plus quoi mettre.

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, que ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

QUI.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, qui en ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, qui en ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, qui, en ces moments d'extase, s'arrêtaient pour me laisser [mieux vaut être littéral // sinon, peut-être mieux : « offrir »] un espace dans leur imagination.

Hadia Abdou a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, qui, en ces moments d'extase, s'arrêtaient pour m'offrir un espace dans leur imagination.

Tradabordo a dit…

Non, je n'aurais jamais imaginé que je serais le centre de tels engrenages oxydés du monde affectif et psychique des êtres humains. Comme j'ai la nostalgie de l'Age d'Or ! Au loin, là-bas, lorsque les levers du jour étaient de nombreuses éditions de bandes dessinées ; mes exploits y étaient effleurés par leurs doigts, qui, en ces moments d'extase, s'arrêtaient pour m'offrir un espace dans leur imagination.

OK.

Kaina ?

Hadia Abdou a dit…

Elle est d'accord.