vendredi 14 octobre 2016

Projet Nathalie / Florence – phrases 79-84

Parecía, más bien, un adolescente extraviado, un aprendiz de brujo cuya ideología y objetivos no estaban claros ni siquiera para él mismo. Un sector de la prensa lo llamó “la liebre” por su contextura grácil, sus movimientos nerviosos y su cara ovalada, rematada por las orejas en punta y dos largos dientes blancos que sobresalían de los labios.
“Quise intervenir discursivamente en la comunicación entre los animales, que aprendían a leer al mismo tiempo que a escribir. ¿Serían capaces de interpretar un texto literario? Pensé que la discusión iba a limitarse a los foros. Que todo se haya ido de las manos, en última instancia, no es responsabilidad mía sino de Svensson y el equipo de Animalia”.

Traduction temporaire :
Il avait plutôt l'air d'un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma « le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage ovale, qu'encadraient des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir de façon discursive dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums. Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

17 commentaires:

Nathalie El houch a dit…

Il semblait être plutôt un adolescent égaré, un apprentis sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse l'appela «le lièvre » en raison de son physique svelte, de ses mouvements nerveux et de son visage allongé, terminé par des oreilles pointues et deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir, fortuitement, dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums. Que tout ait échappé au contrôle, en définitive, cela ne relève pas de ma responsabilité mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

Je pensais que la discussions allait atteindre ses limites/ allait prendre fin.

Tradabordo a dit…

Il semblait être plutôt [pas très fluide] un adolescent égaré, un apprentis [grammaire] sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse l'appela [avec « baptiser » ? Comme vous voulez] «[espace]le lièvre » [virgule] en raison de son physique svelte [texte ?], de ses mouvements nerveux et de son visage allongé [plus près du littéral ? Possible ?], terminé par [j'hésite ; voyez si vous avez mieux en stock] des oreilles pointues [littéral ?] et deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir, fortuitement [texte ????], dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums. Que tout ait échappé au contrôle [bizarre], en définitive [syntaxe], cela ne relève pas de ma responsabilité [virgule devant « mais »] mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

Nathalie El houch a dit…

Il semblait plutôt un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma (déjà utilisé "baptiser"précédemment)« le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage en ovale, que couronnaient des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir, discursivement, dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums; Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia

Nathalie El houch a dit…

L'adverbe "discursivamente" a ,en 2ème sens, celui de "par hasard",c'est pourquoi j'avais pensé à cette traduction.

Tradabordo a dit…

Il semblait [ce sera sans doute plus naturel avec « avoir l'air de »] plutôt un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma « le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage en [nécessaire ?] ovale, que couronnaient [au fait, bizarre, puisque les oreilles ne sont pas sur la tête………… Ou alors attendez, il se peut qu'avec tous ces textes, j'ai perdu le fil ; un homme ou un animal ? :-))))] des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir, discursivement [ah, je vois votre second commentaire ; du coup, vous me faites hésiter / je demande son avis à Elena], [on supprime les virgules ?] dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums[espace]; Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia [point].

Elena a dit…

Il s'agit toujours de Codesani: "Codesani no contaba con un pasado de importantes logros académicos, ni era un hombre adulto, escéptico y con un historial de frustraciones a cuestas."

Nathalie El houch a dit…

Il avait plutôt l'air d'un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma « le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage ovale, qu'encadraient (oui ,c'est bien un homme) des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir discursivement ( on attend l'avis d' Elena ) dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums ; Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

Tradabordo a dit…

Merci, Elena.

Il avait plutôt l'air d'un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma « le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage ovale, qu'encadraient des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir discursivement ( on attend l'avis d' Elena //// dans l'intervalle, vous l'avez eu ; je vous laisse donc compléter) dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums ; Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

Nathalie El houch a dit…

Il avait plutôt l'air d'un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma « le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage ovale, qu'encadraient des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir de façon tout à fait fortuite dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums. Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

Nathalie El houch a dit…

Je préfere la formule "de façon tout à fait fortuite", qui me semble bcp plus naturelle que "discursivement"

Nathalie El houch a dit…

je crois que Elena a répondu à votre question: Homme ou animal , mais pas au problème de traduction de "discursivamente"

Tradabordo a dit…

Au-delà de la question du naturel, il faut faire attention au sens, car ça n'est pas du tout la même chose. Je la resollicite pour avoir son avis.

Elena a dit…

En effet, ça n'est pas exactement la même chose :
discursivo, va

adj. Del discurso o del razonamiento, o relativo a ellos:
método discursivo.
Que reflexiona o encierra reflexiones:
novela discursiva.

Tradabordo a dit…

Nathalie, qu'en pensez-vous ?

Merci, Elena.

Nathalie El houch a dit…

En effet Elena ne parle pas du tout du sens de "par hasard" que j'ai trouvé dans les sens de "discursivement", donc je crois qu'il vaut mieux se rallier à cette idée de réflexion...

Il avait plutôt l'air d'un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma « le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage ovale, qu'encadraient des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir de façon discursive dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums. Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

Tradabordo a dit…

Il avait plutôt l'air d'un adolescent égaré, un apprenti sorcier dont l'idéologie et les objectifs n'étaient pas clairs, pas même pour lui. Une partie de la presse le surnomma « le lièvre », en raison de son physique gracile, de ses mouvements nerveux et de son visage ovale, qu'encadraient des oreilles en pointe et de deux longues dents blanches qui dépassaient de ses lèvres. « J'ai voulu intervenir de façon discursive dans la communication entre les animaux, qui apprenaient à lire et en même temps à écrire. Seraient-ils capables d'interpréter un texte littéraire ? J'ai pensé que la discussion allait se limiter à l'espace des forums. Enfin, que tout soit parti à vau l'eau, cela ne relève pas de ma responsabilité, mais de celle de Svensson et de l'équipe d'Animalia.

OK.

Florence ?

Florence Tanguidé a dit…

Ok !