mercredi 12 octobre 2016

Projet Chloé 12 – phrases 101-107

Dos cuadras después, el alumbrado público mejoró. Recién entonces reparamos en nuestras reales fachas: enlodados por del pecho a los pies, nuestra ropa negra llevaba una mancha por donde se colaba el frío; nuestros cabellos empapados hacía tiempo que habían perdido su espesor artificial.
—Pareces un chiwillo mojado, me dijo Fredy, cuando cruzamos Moquegua. Con razón tu amorcito se fue con el calancón.
—Tú pareces un murciélago gordo, le contesté.
— Tranquilos, gallinazos, dijo Rubén.
Nos reímos, empujándonos unos a otros.

Traduction temporaire :
Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos états : boueux de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache mouillée par où le froid pénétrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

20 commentaires:

Chloé Gauthier a dit…

Après deux pâtés de maisons, l'éclairage public s'intensifia. Dès lors, nous prêtâmes attention à nos réelles allures : crottés de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une manche par laquelle s'infiltrait le froid, et nos cheveux trempés avaient perdu leur épaisseur artificielle depuis longtemps.
— Tu ressembles à un oiseau mouillé, me dit Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le grand.
— Toi tu ressembles à une grosse chauve-souris, lui répondis-je.
— Du calme les vautours, reprit Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns contre les autres.







Tradabordo a dit…

Après deux pâtés de maisons [ou : « Deux pâtés de maisons plus loin » ? Vois ce qui est mieux], l'éclairage public s'intensifia [texte ?]. Dès lors [FS], nous prêtâmes attention à nos réelles allures [très mal dit] :

Reprends. Peut-être Justine pourrait-elle t'aider, ici.

crottés de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une manche par laquelle s'infiltrait le froid, et nos cheveux trempés avaient perdu leur épaisseur artificielle depuis longtemps.
— Tu ressembles à un oiseau mouillé, me dit Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le grand.
— Toi tu ressembles à une grosse chauve-souris, lui répondis-je.
— Du calme les vautours, reprit Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns contre les autres.

Justine a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes les looks que nous avions :
crottés de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une manche par laquelle s'infiltrait le froid, et nos cheveux trempés avaient perdu leur épaisseur artificielle depuis longtemps.
— Tu ressembles à un oiseau mouillé, me taquina Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le grand.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris, lui répondis-je.
— Du calme, bande de vautours, reprit Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns contre les autres.

Tradabordo a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes les looks que nous avions [ou juste avec un possessif ?] :
crottés [naturel dans la bouche de jeunes hommes ?] de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une manche par laquelle s'infiltrait le froid [bof…………],


et nos cheveux trempés avaient perdu leur épaisseur artificielle depuis longtemps.
— Tu ressembles à un oiseau mouillé, me taquina Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le grand.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris, lui répondis-je.
— Du calme, bande de vautours, reprit Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns contre les autres.

Justine a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos looks :
couverts de boue de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une manche qui laissait passer le froid, et nos cheveux trempés avaient perdu leur épaisseur artificielle depuis longtemps.
— Tu ressembles à un oiseau mouillé, me taquina Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le grand.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris, lui répondis-je.
— Du calme, bande de vautours, reprit Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns contre les autres.

Tradabordo a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos looks [en fait, en réfléchissant, c'est pas un look… puisque c'est le résultat de leur équipée] : couverts [nécessaire ?] de boue de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une manche qui laissait passer le froid [demandez à Elena], et nos cheveux trempés avaient perdu leur épaisseur [« volume » ?] artificielle depuis longtemps.

—Pareces un chiwillo mojado, me dijo Fredy, cuando cruzamos Moquegua. Con razón tu amorcito se fue con el calancón. —Tú pareces un murciélago gordo, le contesté. — Tranquilos, gallinazos, dijo Rubén.
Nos reímos, empujándonos unos a otros.

— Tu ressembles à un oiseau [V.O. ?] mouillé, me taquina [j'hésite] Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le grand [sûres ? Je ne dis pas que c'est faux…].
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris, lui répondis-je [nécessaire ?].
— Du calme, bande de vautours [sûres ?], reprit [bof ici] Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns contre [non] les autres.

Tradabordo a dit…

Justine, voyons maintenant ce que donne Chloé.

Elena a dit…

Bonjour, Voici mes suggestions pour les mots qui posent problème, "fachas", "colaba el frío", "calancón", "gallinazos" :
Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos looks [en fait, en réfléchissant, c'est pas un look… puisque c'est le résultat de leur équipée // FACHA = dégaine / allure] : couverts [nécessaire ?] de boue de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une manche [Pour MANCHA ?] qui laissait passer le froid [demandez à Elena // "colaba el frío" = "par où le froid y filtrait"], et nos cheveux trempés avaient perdu leur épaisseur [« volume » ?] artificielle depuis longtemps.

—Pareces un chiwillo mojado, me dijo Fredy, cuando cruzamos Moquegua. Con razón tu amorcito se fue con el calancón. —Tú pareces un murciélago gordo, le contesté. — Tranquilos, gallinazos, dijo Rubén.
Nos reímos, empujándonos unos a otros.

— Tu ressembles à un oiseau [V.O. ?] mouillé, me taquina [j'hésite] Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le grand [sûres ? Je ne dis pas que c'est faux… // CALANCON = gallo desproporcionado, con patas largas y defectuosas.Il y a beaucoup de vocabulaire de ce genre appliqué aux jeunes garçons : http://gallosnavajeros.com/articulosgallisticos.asp?id=17].
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris, lui répondis-je [nécessaire ?].
— Du calme, bande de vautours [sûres ? // GALLINAZOS = dragueurs / coureurs de jupons], reprit [bof ici] Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns contre [non] les autres.

Tradabordo a dit…

Merci, Elena.
À vous de jouer.

Chloé Gauthier a dit…

Merci Elena,

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos looks : de la boue de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache par où le froid y filtrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

Pour "chiwillo" : "ave de la costa" selon le dico Quechua de Pacaraos.

Tradabordo a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos looks [cf mon commentaire précédent sur ce point] : de la boue de la [pas génial, les deux « de la » à la suite] poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache par où le froid y [incorrect / ne vous en tenez pas à un simple copier-coller de ce que propose Elena… C'est une base + « y » et « en » – pbs des hispanophones] [je ne trouve pas cela encore très clair] filtrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

Elena a dit…

Je me permets d'intervenir de nouveau, pardon pour le "y", c'est en effet un/mon talon d'Achille. :-/ Je vous propose "pénétrer", cela dit, ça n'est pas clair en espagnol non plus.

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos looks [cf mon commentaire précédent sur ce point] : de la boue de la [pas génial, les deux « de la » à la suite] poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache par où le froid pénétrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

Tradabordo a dit…

Chloé ?

Chloé Gauthier a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos profils : boueux de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache par où le froid pénétrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

Tradabordo a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos profils [FS / là, c'est vraiment le résultat de leur périple] : boueux de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache [mais pourquoi le froid pénétrerait-il par une tache ?????] par où le froid pénétrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

Elena a dit…

Je pense que c'est une licence littéraire de l'auteur. Une tache de boue, mouillée, par où le froid pénétrait.

Tradabordo a dit…

Merci, Elena.

Chloé Gauthier a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos états : boueux de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache mouillée par où le froid pénétrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

Tradabordo a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos états : boueux de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache mouillée par où le froid pénétrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

OK.

Justine ?

Justine a dit…

Deux pâtés de maisons plus loin, l'éclairage public s'améliora. Là, nous nous détaillâmes nos états : boueux de la poitrine aux pieds, nos tenues noires avaient une tache mouillée par où le froid pénétrait, et nos cheveux trempés avaient perdu leur volume artificiel depuis longtemps.
— Tu ressembles à un chiwillo mouillé, me lança Fredy, alors que nous traversions Moquegua. Ta chérie a bien fait de partir avec le mal foutu.
— Toi, tu ressembles à une grosse chauve-souris !
— Du calme, bande de débauchés, s'exclama Rubén.
Nous rîmes, en nous poussant les uns les autres.

OK.