dimanche 23 octobre 2016

Projet Hélène / Audrey – phrases 95-100

Eso hice una mañana nublada: en vez de dirigirme derechito al colegio, seguí de largo y me distraje en mis ensoñaciones hasta llegar al pie de la huaca Pucllana, donde una voz dijo a mis espaldas: «¿Vienes a visitarme?». Al voltear, encontré al mendigo tan cerca de mí que no sé qué hubiera pasado si es que Rutka no tomaba mi mano en ese momento. ¿De dónde salió? Jamás lo supe; lo importante es que al verla el hombre retrocedió temblando y luego emprendió la carrera, como si en lugar de un par de crías tuviera frente a sí alguna visión salida del infierno. «¿Qué haces aquí?», me preguntó Rutka.

Traduction temporaire :
Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai au large et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si près du mendiant que je ne sais pas ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas attrapé la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula, tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques ici ? » me demanda Rutka.

10 commentaires:

Hélène a dit…

C’est ce que je fis [Difficile à éviter... J'ai peur de changer le sens si je mets "Je tentai ma chance" Des idées ?] un matin nébuleux ; au lieu de me diriger tout droit vers l’école, je passai ma route et me perdis en rêveries jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt du mendiant : qui sait ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas pris la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula en tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l’enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

Tradabordo a dit…

Zut, je n'avais pas vu que j'avais déjà mis la section suivante. Bref, vous avez aussi 101-103, mais ne vous en occupez pas pour l'instant.

***

C’est ce que je fis [Difficile à éviter... J'ai peur de changer le sens si je mets "Je tentai ma chance" Des idées ? / pas grave ; il y a des fois où on en a besoin ; raison de plus pour ne pas le mettre quand on a d'autres solutions] un matin nébuleux [?] ; au lieu de me diriger [« filer » ? Comme vous voulez] tout droit vers l’école, je passai ma route et me perdis en rêveries [virgule] jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt du mendiant : [ah non, avec cette ponctuation, ça ne va pas…]


qui sait ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas pris la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula en tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l’enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

Hélène a dit…

Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai ma route et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt du mendiant, qui sait ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas pris la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula en tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

Tradabordo a dit…

Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai ma route [« passait mon chemin » / « passait au large » ?] et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt [la construction ne va pas avec la suite] du mendiant, qui sait ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas pris la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula en tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

Hélène a dit…

Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai au large et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt du mendiant que je ne sais pas ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas pris la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula en tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

Tradabordo a dit…

Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai au large et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt du mendiant que je ne sais pas ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas pris [« attrapé » ?] la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula en [ou en supprimant + une virgule ?] tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

Hélène a dit…

Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai au large et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt du mendiant que je ne sais pas ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas attrapé la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula, tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

Tradabordo a dit…

Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai au large et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si prêt du mendiant que je ne sais pas ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas attrapé la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula, tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques, ici ? » me demanda Rutka.

OK.

Audrey ?

Audrey Louyer a dit…


OUPS... "près", pas "prêt" et une virgule qui me semble de trop, et une question: n'y a-t-il pas besoin d'une majuscule à Tu?. Sinon, OK pour moi.

Je tentai ma chance un matin brumeux ; au lieu de filer tout droit vers l’école, je passai au large et me perdis en rêveries, jusqu’au pied de la huaca Pucllana, où une voix s’éleva dans mon dos : « tu viens me rendre visite ? » En me retournant, je me retrouvai si près du mendiant que je ne sais pas ce qui serait arrivé si Rutka ne m’avait pas attrapé la main à ce moment-là. D’où sortait-elle ? Je ne l’ai jamais su ; le plus important, c’est qu’en la voyant, l’homme recula, tremblant, puis se mit à courir, comme s’il avait eu en face de lui, non pas deux enfants, mais une vision venue de l'enfer. « Qu’est-ce que tu fabriques ici ? » me demanda Rutka.

Tradabordo a dit…

Merci pour les coquilles et OK pour la majuscule.