samedi 22 octobre 2016

Projet Justine / Elena – texte 50

La balada del desarrollo

Hubo tiempos que la historia se niega a registrar. Durante esas épocas, en este planeta mandaban las hienas. Para evitar cualquier rebelión, controlaban los medios de comunicación, exhibían armamento pesado, torturaban. Arrodillándose ante la hiena reina, jirafas, cebras, gacelas, juraban fidelidad al régimen. Chacales y buitres colaboraban con la autoridad delatando a los perjuros. Los leones eran sus cautivos. Cazaban, es decir, trabajaban, para ellas. Leopardos, jaguares, panteras, fueron sistemáticamente perseguidos. En aquel orden no tenían cabida. Los elefantes eran libres pero vivían con miedo: “El poder de las hienas se extiende. Nosotros también seremos esclavizados” se decían unos a otros. Por causa de un malentendido cuyo origen se desconoce, vieron en el hombre un ser creado a semejanza de su propio dios. De modo que urdieron un plan, y a él acudieron rogando su ayuda. La humanidad —manada poco numerosa, débil e indisciplinada, pero astuta— supo aprovechar con creces el apoyo obtenido. A partir de entonces en este planeta mandan los seres humanos. Pocos notan el cambio.

Traduction temporaire :

La balade du développement

L'Histoire refuse de retenir certaines périodes. Pendant les périodes en question, les hyènes étaient au pouvoir sur cette planète. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, exhibaient l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, c'est-à-dire qu'ils travaillaient pour elles. Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas leur place dans ce nouvel ordre. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide. L'humanité – un petit troupeau, faible et indiscipliné, mais malin – sut largement tirer profit de l'appui obtenu. À partir de là, les êtres humains sont au pouvoir sur cette planète. Rares sont ceux qui remarquent le changement.

27 commentaires:

Justine a dit…

La balada del desarrollo
Hubo tiempos que la historia se niega a registrar. Durante esas épocas, en este planeta mandaban las hienas. Para evitar cualquier rebelión, controlaban los medios de comunicación, exhibían armamento pesado, torturaban. Arrodillándose ante la hiena reina, jirafas, cebras, gacelas, juraban fidelidad al régimen. Chacales y buitres colaboraban con la autoridad delatando a los perjuros. Los leones eran sus cautivos. Cazaban, es decir, trabajaban, para ellas.

La ballade du développement

Il y eut des périodes que l'Histoire refuse d'inscrire. Pendant les époques en question, sur cette planète, les hyènes étaient au pouvoir. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, sortaient l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, autrement dit, ils travaillaient pour elles.

Tradabordo a dit…

La ballade [ortho] du développement

Il y eut [temps / bof] des périodes que l'Histoire refuse d'inscrire [bof]. Pendant les époques en question, sur cette planète [à la fin ?], les hyènes étaient au pouvoir. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, sortaient [texte ?] l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, autrement dit [naturel ? J'hésite], ils travaillaient pour elles.

Justine a dit…

La balade du développement

L'Histoire refuse de retenir certaines périodes. Pendant les époques en question, les hyènes étaient au pouvoir sur cette planète. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, exhibaient l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, c'est-à-dire qu'ils travaillaient pour elles.

Elena a dit…

La ballade du développement

L'Histoire refuse de relever certaines périodes. Durant cette époque, les hyènes gouvernaient sur la planète. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, exhibaient leur artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, autrement dit, ils travaillaient pour elles.

Tradabordo a dit…

La balade du développement

L'Histoire refuse de retenir certaines périodes. Pendant les époques [il vaut mieux répéter, pour le coup] en question, les hyènes étaient au pouvoir sur cette planète. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, exhibaient l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, c'est-à-dire qu'ils travaillaient pour elles.

Justine a dit…

La balade du développement

L'Histoire refuse de retenir certaines périodes. Pendant les périodes en question, les hyènes étaient au pouvoir sur cette planète. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, exhibaient l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, c'est-à-dire qu'ils travaillaient pour elles.

Justine a dit…

La balade du développement

L'Histoire refuse de retenir certaines périodes. Pendant les périodes en question, les hyènes étaient au pouvoir sur cette planète. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, exhibaient l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, c'est-à-dire qu'ils travaillaient pour elles.

Tradabordo a dit…

La balade du développement

L'Histoire refuse de retenir certaines périodes. Pendant les périodes en question, les hyènes étaient au pouvoir sur cette planète. Pour éviter la moindre rébellion, elles contrôlaient les moyens de communication, exhibaient l'artillerie lourde, torturaient. S'agenouillant devant la reine des hyènes, les girafes, les zèbres, les gazelles juraient fidélité au régime. Les chacals et les vautours collaboraient avec les autorités en dénonçant les parjures. Les lions étaient leurs prisonniers. Ils chassaient, c'est-à-dire qu'ils travaillaient pour elles.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

OK.

Justine a dit…

Leopardos, jaguares, panteras, fueron sistemáticamente perseguidos. En aquel orden no tenían cabida. Los elefantes eran libres pero vivían con miedo: “El poder de las hienas se extiende. Nosotros también seremos esclavizados” se decían unos a otros. Por causa de un malentendido cuyo origen se desconoce, vieron en el hombre un ser creado a semejanza de su propio dios. De modo que urdieron un plan, y a él acudieron rogando su ayuda.

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas de place dans cet ordre établi. Les éléphants étaient libres, mais vivaient la peur au ventre : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous allons être réduits en esclavage », se disaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur propre Dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Tradabordo a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas de place dans cet ordre établi [« nouvel ordre » ?]. Les éléphants étaient libres, mais vivaient la peur au ventre [pas d'expression en V.O.] : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous allons être [« serons » ?] réduits en esclavage », se disaient[un verbe plus intéressant ?]-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur propre [nécessaire ?] Dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Justine a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas de place dans ce nouvel ordre établi. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », se s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur Dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Tradabordo a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas de place dans ce nouvel ordre établi [sans « établi », du coup]. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », se s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur Dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Justine a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas de place dans ce nouvel ordre. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », se s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur Dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Elena a dit…

Je corrige une coquille et je vous fait part de quelques doutes :

Leopardos, jaguares, panteras, fueron sistemáticamente perseguidos. En aquel orden no tenían cabida. Los elefantes eran libres pero vivían con miedo: “El poder de las hienas se extiende. Nosotros también seremos esclavizados” se decían unos a otros. Por causa de un malentendido cuyo origen se desconoce, vieron en el hombre un ser creado a semejanza de su propio dios. De modo que urdieron un plan, y a él acudieron rogando su ayuda.

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas de ["leur" ?] place dans ce nouvel ordre. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur [j'aurais mis "crainte"] : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur Dieu [Minuscule ?]. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Elena a dit…

* je vous fais part

Tradabordo a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas de ["leur" ? OK] place dans ce nouvel ordre. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur [j'aurais mis "crainte" / « peur » est mieux] : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur Dieu [Minuscule ? OK]. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Elena a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas leur place dans ce nouvel ordre. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

Justine a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas leur place dans ce nouvel ordre. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

OK.

La humanidad —manada poco numerosa, débil e indisciplinada, pero astuta— supo aprovechar con creces el apoyo obtenido. A partir de entonces en este planeta mandan los seres humanos.
Pocos notan el cambio.
L'humanité – un troupeau peu nombreux, faible et indiscipliné, mais malin – sut largement tirer profit de l'appui obtenu. À partir de là, les êtres humains sont au pouvoir sur cette planète.
Bien peu remarquent le changement.

Tradabordo a dit…

Justine, n'avance pas trop vite. Je te l'ai dit, j'ai peu de temps pour chacun.

Tradabordo a dit…

Les léopards, les jaguars, les panthères furent systématiquement pourchassés. Ils n'avaient pas leur place dans ce nouvel ordre. Les éléphants étaient libres, mais vivaient dans la peur : « Le pouvoir des hyènes s'étend. Nous aussi, nous serons réduits en esclavage », s'affirmaient-ils les uns aux autres. À cause d'un malentendu dont on ignore l'origine, ils virent en l'homme un être créé à l'image de leur dieu. Si bien qu'ils échafaudèrent un plan et allèrent le voir pour implorer son aide.

OK.

Maintenant, vous pouvez mettre la suite.

Justine a dit…

La humanidad —manada poco numerosa, débil e indisciplinada, pero astuta— supo aprovechar con creces el apoyo obtenido. A partir de entonces en este planeta mandan los seres humanos.
Pocos notan el cambio.
L'humanité – un troupeau peu nombreux, faible et indiscipliné, mais malin – sut largement tirer profit de l'appui obtenu. À partir de là, les êtres humains sont au pouvoir sur cette planète.
Bien peu remarquent le changement.

Justine a dit…

La humanidad —manada poco numerosa, débil e indisciplinada, pero astuta— supo aprovechar con creces el apoyo obtenido. A partir de entonces en este planeta mandan los seres humanos.
Pocos notan el cambio.
L'humanité – un troupeau peu nombreux, faible et indiscipliné, mais malin – sut largement tirer profit de l'appui obtenu. À partir de là, les êtres humains sont au pouvoir sur cette planète.
Bien peu remarquent le changement.

Tradabordo a dit…

La humanidad —manada poco numerosa, débil e indisciplinada, pero astuta— supo aprovechar con creces el apoyo obtenido. A partir de entonces en este planeta mandan los seres humanos.
Pocos notan el cambio.

L'humanité – un troupeau peu nombreux [bizarre, le pluriel, non ?], faible et indiscipliné, mais malin – sut largement tirer profit de l'appui obtenu. À partir de là, les êtres humains sont au pouvoir sur cette planète.
Bien peu [ou « Rares sont ceux à » ? Comme vous préférez] remarquent le changement.

Justine a dit…

La humanidad —manada poco numerosa, débil e indisciplinada, pero astuta— supo aprovechar con creces el apoyo obtenido. A partir de entonces en este planeta mandan los seres humanos.
Pocos notan el cambio.

L'humanité – un petit troupeau, faible et indiscipliné, mais malin – sut largement tirer profit de l'appui obtenu. À partir de là, les êtres humains sont au pouvoir sur cette planète.
Rares sont ceux qui remarquent le changement.

Tradabordo a dit…

L'humanité – un petit troupeau, faible et indiscipliné, mais malin – sut largement tirer profit de l'appui obtenu. À partir de là, les êtres humains sont au pouvoir sur cette planète.
Rares sont ceux qui remarquent le changement.

OK.

Elena ?

Elena a dit…

Je suis OK, mais j'aurais mis "soutien" à la place d'appui.