lundi 31 octobre 2016

Projet Laëtitia / Michaël – phrases 10-11

La bala de cañón aguarda toda su vida para la brevedad de un estruendo, y lo asume con una rigidez que no admite pero ni vacilación. Cuando llega la hora, la bala de cañón cumple con estoicismo su destino sólo para ser olvidada, o para vivir en la triste memoria de aquellos que la recordarán con rencor; por eso no puede esconder nunca la pesadez de su existencia.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

12 commentaires:

Michael Salaün a dit…

La balle de canon attend toute sa vie pour la brièveté d’un vacarme, et l’assume avec une rigidité qui ne tolère la moindre hésitation. Lorsque c’est l’heure, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou pour vivre dans la triste mémoire de ceux qui lui garderont rancune ; c’est pourquoi elle ne peut jamais cacher l’ennui de son existence.

Tradabordo a dit…

La balle de canon attend toute sa vie pour [bizarre, non ?] la brièveté d’un [idem ???] vacarme, et l’assume avec une rigidité qui ne tolère la [coquille ?] moindre hésitation. Lorsque c’est [vous en avez un après / débrouillez-vous pour changer ici] l’heure,

la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou pour vivre dans la triste mémoire de ceux qui lui garderont rancune ; c’est pourquoi elle ne peut jamais cacher l’ennui de son existence.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon attend toute sa vie la brièveté du vacarme, et l’assume avec une rigidité qui ne tolère pas la moindre hésitation. L’heure venue, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou pour vivre dans la triste mémoire de ceux qui lui garderont rancune ; c’est pourquoi elle ne peut jamais cacher l’ennui de son existence.

Tradabordo a dit…

La balle de canon attend toute sa vie la brièveté du vacarme [c'est le bruit du coup de feu, n'est-ce pas ? Si oui, est-ce que vacarme est bien choisi ? J'hésite], et l’assume avec une rigidité qui ne tolère pas la moindre hésitation. L’heure venue, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou pour [nécessaire ?] vivre dans la triste mémoire de ceux qui lui garderont rancune [texte] ; c’est [faites sans « c'est »] pourquoi elle ne peut jamais cacher l’ennui de son existence.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon attend toute sa vie la brièveté de la pétarade, et l’assume avec une rigidité qui ne tolère pas la moindre hésitation. L’heure venue, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou vivre dans la triste mémoire de ceux qui s'en souviendront avec rancune; ainsi ne peut-elle jamais cacher l’ennui de son existence.

Tradabordo a dit…

La balle de canon attend toute sa vie la brièveté de la pétarade [connotation un peu ridicule, non ?], et l’assume avec une rigidité qui ne tolère pas la moindre hésitation. L’heure venue, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou vivre dans la triste mémoire de ceux qui s'en souviendront avec rancune; ainsi ne peut-elle jamais cacher l’ennui de son existence.

Michael Salaün a dit…

La balle de canon attend toute sa vie la brièveté d'un bruit assourdissant (j'avais mis auparavant pétarade car cela peut se rapporter à un coup de feu), et l’assume avec une rigidité qui ne tolère pas la moindre hésitation. L’heure venue, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou vivre dans la triste mémoire de ceux qui s'en souviendront avec rancune; ainsi ne peut-elle jamais cacher l’ennui de son existence.

Tradabordo a dit…

J'avais mis auparavant pétarade car cela peut se rapporter à un coup de feu.
Oui, je me doute… Ma remarque visait à vous montrer qu'au-delà du sens, il y avait aussi une question de registre à prendre en compte.

La balle de canon attend toute sa vie la brièveté d'un bruit assourdissant, et l’assume avec une rigidité qui ne tolère pas la moindre hésitation. L’heure venue, la balle de canon n’accomplit son destin avec stoïcisme que pour être oubliée, ou vivre dans la triste mémoire de ceux qui s'en souviendront avec rancune; ainsi ne peut-elle jamais cacher l’ennui de son existence.

OK.

Je ne me souviens plus, vous êtes seul pour finir le texte, n'est-ce pas ?

Michael Salaün a dit…

Je suis avec Laëtitia Robert, mais elle est très occupée en ce moment. J'essaie donc de traduire seul afin d'avancer. Je m'occupe donc de la dernière partie dès à présent.

Tradabordo a dit…

OK.

Laëtitia ?

Michaël, je vous mets donc la suite. Oui, avancez ; croyez-moi : c'est un excellent entraînement ;-)

Michael Salaün a dit…

La balle de canon accepte son sort, mais sa raison n’a pas été celle de ceux qui la contrôlent. Au dernier moment, elle défie une fois de plus toute connaissance, toute loi et remplit sa cause la plus intime. Elle s’élève avec tout son être de plomb, abandonne l’espace qui la retient et réussi à merveille son vol.
Elle meurt en un seul mot, libre comme jamais auparavant, mais certaine qu’elle n’obtiendra pas sa rédemption.

Tradabordo a dit…

Michaël, mettez la traduction dans le bon post.