lundi 13 avril 2015

Projet Déborah / Julie – phrases 183-187


Nuestra Estela no era despectiva ni orgullosa. No estaba en las páginas de un libro sino a nuestro lado, riendo traviesa mientras nos tiraba agua con ambas manos y luego huía a toda velocidad, desafiándonos a perseguirla. Era una nadadora excelente, y la luz del sol se reflejaba brillante en un millar de gotas que le perlaban la piel. No supimos cómo pero logramos alcanzarla atrapando uno de sus pies y luego tomándola por la cintura, obligándola a parar. Por un instante se debatió en nuestros brazos, pero terminó rindiéndose, su respiración agitada, nuestro corazón latiendo a mil por hora.

Traduction temporaire :

Notre Estela ne se montrait ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais était de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière brillante du soleil se reflétait, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

15 commentaires:

drouillard déborah a dit…

Notre Estela n’était pas méprisante ni orgueilleuse. Elle n’était pas sur les pages d’un livre mais de notre côté, riant de manière espiègle tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, elle fuyait à toute vitesse, en nous défiant de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur milles gouttes qui lui perlaient sur la peau. Nous ne sûmes pas comment mais nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes puis en la prenant par la taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

Tradabordo a dit…

Notre Estela n’était pas [« ni » ?] méprisante ni orgueilleuse. Elle n’était [il y a un verbe mieux et qui permettrait de ne pas répéter « être » ici] pas sur les pages d’un livre [avant « mais » dans une phrase, qu'est-ce je fais ????] mais de notre côté, riant de manière espiègle [« avec espièglerie » ?] tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, elle fuyait [« avant de… »] à toute [vous avez déjà « tout » avant…] vitesse, en nous défiant de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur milles [grammaire !] gouttes qui lui [supprimez] perlaient sur la peau. Nous ne sûmes pas comment [VIRGULE !] mais [du coup, je vois que vous avez deux dans le fragment ; essayez de changer celui-ci] nous réussîmes


à l’atteindre en attrapant une de ses jambes puis en la prenant par la taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

Dubois Julie a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas sur les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, avant de fuir à grande vitesse, en nous défiant de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur mille gouttes qui perlaient sur la peau. Nous ne sûmes pas comment, cependant, nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes puis en la prenant par la taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

Tradabordo a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas sur [« dans » ? J'hésite] les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie [virgule] tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, avant de fuir à grande vitesse [mal dit ; on pense au TGV et ça fait bizarre ;-)], en nous défiant de [« mettant au défi de » ?] la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur [cheville : « les » ?] mille gouttes qui perlaient sur [ça m'embête les deux « sur » ; une solution ?] la peau. Nous ne sûmes pas comment, cependant, nous réussîmes à l’atteindre [bof ici] en attrapant une de ses jambes [virgule] puis en la prenant [nécessaire ?] par la taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter.

Faisons déjà ça.

L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

drouillard déborah a dit…


Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, avant de fuir [Je trouve que « ensuite, avant de fuir » ce n’est pas très claire quand on lit la phrase, comme s’il manquait une suite, non ?] rapidement en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur les mille gouttes qui perlaient au contact de sa peau. Nous ne sûmes pas comment, cependant, nous réussîmes à la toucher en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter.

Tradabordo a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, avant de fuir [« s'enfuir » ?] rapidement [virgule ?] en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur les mille gouttes qui perlaient au contact de [pas naturel ; tant pis, remettez le « sur »] sa peau. Nous ne sûmes pas comment, cependant [« toujours est-il que »], nous réussîmes à la toucher [« l'atteindre » ?] en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter.

drouillard déborah a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, avant de s'enfuir rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que, nous réussîmes à la toucher [« l'atteindre » ? C'est ce que nous avions mis dans notre première traduction.] en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

Tradabordo a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, et ensuite, avant de [l'accumulation a créé un CS // relisez-vous en comparant avec la V.O.] s'enfuir rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que, nous réussîmes à la toucher [« l'atteindre » ? C'est ce que nous avions mis dans notre première traduction. /// oui, ma chère… mais parfois, on a besoin de faire du nettoyage autour pour savoir que ça marchait et donc d'y revenir] en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

drouillard déborah a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir, par la suite, rapide-ment, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente nar-ratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que, nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

drouillard déborah a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir, par la suite, rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que, nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant ainsi à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

Tradabordo a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir, par la suite, [supprimez puisque vous avez « avant de »]rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière du soleil se reflétait, brillante [avancez-le], sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que, [sans la virgule] nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant ainsi [nécessaire ? J'hésite] à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était [nécessaire ?] agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

drouillard déborah a dit…

Notre Estela n’était ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir, rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière brillante du soleil se reflétait, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

Tradabordo a dit…

Notre Estela n’était [« ne se montrait »] ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais [« était »] de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir, [virgule inutile] rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière brillante du soleil se reflétait, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

drouillard déborah a dit…

Notre Estela ne se montrait ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais était de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière brillante du soleil se reflétait, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

Tradabordo a dit…

Notre Estela ne se montrait ni méprisante ni orgueilleuse. Elle ne figurait pas dans les pages d’un livre, mais était de notre côté, riant avec espièglerie, tout en nous jetant de l’eau avec ses deux mains, avant de s'enfuir rapidement, en nous mettant au défi de la poursuivre. C’était une excellente narratrice et la lumière brillante du soleil se reflétait, sur les mille gouttes qui perlaient sur sa peau. Nous ne sûmes pas comment, toujours est-il que nous réussîmes à l’atteindre en attrapant une de ses jambes, puis sa taille, l’obligeant à s’arrêter. L’espace d’un instant, elle se débattit dans nos bras, mais elle finit par rire, sa respiration était agitée et notre cœur battait à mille à l’heure.

OK.