jeudi 30 avril 2015

Projet Manuel / Thomas – phrases 137-150

-¡Santiago! –gritó su mujer, pero él ya había recuperado el equilibrio.
-¿Qué pasa, mamá? –oyó la voz de Roberto.
Santiago miró a su hijo. Tenía el pelo alborotado y sólo llevaba la parte inferior del pijama.
-¿Qué está haciendo papá? ¿Otra vez está borracho?
-Cállate, Roberto –dijo ella con firmeza, aunque sin alzar la voz. –Y no te muevas -agregó. Luego se dirigió a su esposo y le habló con un tono suplicante:
-¿Por qué no bajas? Está empezando a refrescar...

Santiago apretó los dientes con fuerza. Una lágrima se escurría por su mejilla derecha. Todo estaba perdido.

Traduction en cours d'élaboration dans les commentaires

4 commentaires:

Partaud Manu a dit…

— Santiago ! Cria sa femme, mais lui avait déjà retrouvé l’équilibre. — Qu’est-ce qui se passe, maman ? Il entendit la voix de Roberto. Santiago regarda son fils. Il avait les cheveux ébouriffés et ne portait seulement la partie inférieure de son pyjama. — Que fait papa ? Il est encore saoul ? — Tais-toi, Roberto, lui dit-elle fermement, sans élever la voix. Et ne bouge pas, ajouta-elle. Puis elle se dirigea vers son époux et lui parla d’un ton suppliant : — Pourquoi tu ne descends pas ? Il commence à faire froid… Santiago serra les dents avec force. Une larme s’écoulait sur sa joue droite. Tout était perdu.

Tradabordo a dit…

— Santiago ! C[minuscule]ria sa femme, mais lui avait déjà retrouvé l’équilibre. — Qu’est-ce qui se passe, maman ? Il entendit la voix de Roberto. Santiago regarda son fils. Il avait les cheveux ébouriffés et ne [?] portait seulement la partie inférieure [il y a beaucoup plus simple et naturel] de son pyjama. — Que fait papa ? Il est encore saoul ? — Tais-toi, Roberto, lui dit-elle fermement, sans [« pourtant »] élever la voix. Et ne bouge pas, ajouta-elle. Puis elle se dirigea vers [CS !] son époux et lui parla d’[« sur »]un ton suppliant : — Pourquoi tu ne descends pas ? Il commence à faire froid… Santiago serra les dents avec force. Une larme s’[mal dit]écoulait sur sa joue droite. Tout était perdu.

Thomas Maignan a dit…

— Santiago ! cria sa femme, mais lui avait déjà retrouvé l’équilibre.
— Qu’est-ce qui se passe, maman ? Il entendit la voix de Roberto. Santiago regarda son fils. Il avait les cheveux ébouriffés et portait seulement son bas de pyjama.
— Que fait papa ? Il est encore saoul ?
— Tais-toi, Roberto, lui dit-elle fermement, sans pourtant élever la voix. Et ne bouge pas, ajouta-elle. Puis elle s'adressa à son époux et lui parla sur un ton suppliant :
— Pourquoi tu ne descends pas ? Il commence à faire froid… Santiago serra les dents avec force. Une larme coulait sur sa joue droite. Tout était perdu.

Tradabordo a dit…

— Santiago ! cria sa femme, mais lui avait déjà retrouvé l’équilibre.
— Qu’est-ce qui se passe, maman ? Il entendit la voix de Roberto. Santiago regarda son fils. Il avait les cheveux ébouriffés et portait seulement son bas de pyjama. Que fait papa ? Il est encore saoul ?
— Tais-toi, Roberto, lui dit-elle fermement, sans pourtant élever la voix. Et ne bouge pas, ajouta-elle. Puis elle s'adressa à son époux et lui parla sur un ton suppliant : Pourquoi tu ne descends pas ? Il commence à faire froid…
Santiago serra les dents avec force. Une larme coulait sur sa joue droite. Tout était perdu.

OK.

Manuel ?