mardi 28 avril 2015

Projet Éléonore / Johanna – phrases 127-137


Pero antes Julio no era así. Antes era un hermano cariñoso. Decía: “Yo soy el hombre de la casa, yo tengo que protegerlas a ti y a mi mamá”. Pero un día todo cambió. ¿Cuándo? La niña no se acuerda. Todo es como un sueño confuso. Su memoria es precaria. Y como grabadas en el subconsciente, de pronto y de manera automática, las palabras de la vieja loca de la casa vecina se repiten en su mente: “Usted lo que debería hacer es cuidar mejor a sus criaturas y no jorobar a la demás gente”. Y su mamá, rabiosa, llorando de impotencia en su habitación.

Traduction temporaire :
Avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout avait changé. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Tout à coup, de manière automatique et, comme s'ils étaient gravés dans son subconscient, les mots de la vieille folle de la maison voisine résonnent dans sa tête : « Ce à quoi vous devriez plutôt penser, c'est à mieux vous occuper de vos gosses et pas emmerder les autres ». Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre. 

15 commentaires:

Johanna Delorme a dit…

Mais avant Julio n'était pas comme ça, il était un frère aimant. Il disait : "Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman". Mais un jour tout changea. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. Tout est comme un rêve confus. Sa mémoire est fragile. Et comme gravées dans le subconscient, rapidement et automatiquement, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit : Ce que vous devriez faire, c'est de mieux vous occuper de vos gosses et ne pas emmerder les autres". Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.

Tradabordo a dit…

Les guillemets français :

« »

Johanna Delorme a dit…

Mais avant Julio n'était pas comme ça, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour tout changea. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. Tout est comme un rêve confus. Sa mémoire est fragile. Et comme gravées dans le subconscient, rapidement et automatiquement, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit : « Ce que vous devriez faire, c'est de mieux vous occuper de vos gosses et ne pas emmerder les autres ». Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.

Tradabordo a dit…

Mais avant [virgule] Julio n'était pas comme ça, il [faites la répétition de la V.O.] était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour tout changea [temps ?]. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. Tout [un moyen de ne pas répéter ?] est comme un rêve confus. Sa mémoire est fragile [littéral ?]. Et comme gravées dans le [possessif ?] subconscient, rapidement [FS] et automatiquement, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit : « Ce que vous devriez faire, c'est de mieux vous occuper de vos gosses et ne pas emmerder les autres [avez-vous vérifié que c'est ce qu'on a dit avant ? Car il faut répéter strictement ; regardez dans « Travaux en cours » – colonne de droite du blog] ». Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.

Johanna Delorme a dit…

Mais avant, Julio n'était pas comme ça. Avant il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour tout a changé. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. Tout [un moyen de ne pas répéter ?] est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Et comme gravées dans son subconscient, rapidement [FS] et automatiquement, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit : « Ce que vous devriez faire, c'est de mieux vous occuper de vos gosses et ne pas emmerder les autres ». [ce qui a été dit : "Ce à quoi vous devriez plutôt penser, c'est à mieux vous occuper de vos gosses et pas emmerder les autres" dois-je donc retranscrire ça ? car dans la VO de ce tronçon il n'y a pas "pensar" ] Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.

Tradabordo a dit…

Mais avant, Julio n'était pas comme ça. Avant [virgule] il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour tout a changé [temps ?]. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. Tout [un moyen de ne pas répéter ? VOUS N'AVEZ PAS TENU COMPTE DE CE COMMENTAIRE ; MERCI DE FAIRE TOUT D'UN COUP, POUR M'ÉVITER DE REMETTRE LES MÊMES CHOSES D'UNE FOIS SUR L'AUTRE ; IDEM POUR LA SUITE] est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Et comme gravées dans son subconscient, rapidement [FS] et automatiquement, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit : « Ce que vous devriez faire, c'est de mieux vous occuper de vos gosses et ne pas emmerder les autres ». [ce qui a été dit : "Ce à quoi vous devriez plutôt penser, c'est à mieux vous occuper de vos gosses et pas emmerder les autres" dois-je donc retranscrire ça ? car dans la VO de ce tronçon il n'y a pas "pensar" ] Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.

Eléonore Renaud a dit…

Mais avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout changea. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Et comme gravées dans son subconscient, tout à coup, de manière automatique, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit : « Ce à quoi vous devriez plutôt penser, c'est à mieux vous occuper de vos gosses et pas emmerder les autres ». Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.

Tradabordo a dit…

Mais avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout changea [PQP ? Je vous laisse trancher]. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Et comme gravées dans son subconscient, tout à coup, de manière automatique, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit :

La syntaxe de phrase manque de fluidité.

On verra la suite après.

« Ce à quoi vous devriez plutôt penser, c'est à mieux vous occuper de vos gosses et pas emmerder les autres ». Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.

Eléonore Renaud a dit…

Mais avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout avait changé. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Tout à coup, de manière automatique et comme gravées dans son subconscient, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent dans son esprit :

Tradabordo a dit…

Mais avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout avait changé. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Tout à coup, de manière automatique et [virgule] comme [« s'ils étaient »] gravées [grammaire] dans son subconscient, les mots de la vieille folle de la maison voisine se répètent [pas très naturel ici] dans son esprit :

Eléonore Renaud a dit…

Mais avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout avait changé. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Tout à coup, de manière automatique et, comme s'ils étaient gravés dans son subconscient, les mots de la vieille folle de la maison voisine résonnent dans sa tête :

Eléonore Renaud a dit…

Avez-vous bien reçu mon dernier commentaire ?

Tradabordo a dit…

Avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout avait changé. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Tout à coup, de manière automatique et, comme s'ils étaient gravés dans son subconscient, les mots de la vieille folle de la maison voisine résonnent dans sa tête :

J'ai juste supprimé le premier « mais », parce qu'il y en avait un juste après. OK pour le reste.
Johanna ?

Johanna Delorme a dit…

Avant, Julio n'était pas comme ça. Avant, il était un frère aimant. Il disait : « Je suis l'homme de la maison, je dois vous protéger, toi et maman ». Mais un jour, tout avait changé. Quand ? La fillette ne s'en souvient pas. C'est comme un rêve confus. Sa mémoire est précaire. Tout à coup, de manière automatique et, comme s'ils étaient gravés dans son subconscient, les mots de la vieille folle de la maison voisine résonnent dans sa tête : « Ce à quoi vous devriez plutôt penser, c'est à mieux vous occuper de vos gosses et pas emmerder les autres ». Et sa mère, furieuse, pleurant d'impuissance dans sa chambre.


OK

Eléonore Renaud a dit…

OK